Laissons les tendances de côté et intéressons-nous à l’originalité. Avec Adopte un Créatif, vous allez découvrir des passionnés, des créatifs, des youtubeurs / youtubeuses méconnu(e)s qui font l’actualité du web. Pour ce nouveau numéro, je suis parti à la rencontre de Arnaud et de sa chaîne Pornorama sur Youtube.

C’est une interview qui fait écho à la chronique Carré Rose. Après avoir réalisé une émission pour Allocine sur les analyses d’extraits de films, Arnaud est parti sur Youtube et propose avec Pornorama une chronique sur le cinéma pornographique.

Bonjour Arnaud, merci de participer à notre chronique ‘Adopte un Créatif’. Dans le cas où il y aurait des internautes ignorant ton actualité peux-tu te présenter et nous rappeler ton parcours?

Arnaud : Je m’appelle Arnaud Beaudry, j’ai 35 ans, je suis réalisateur, cadreur et monteur de films pour adultes. J’ai une formation simple, j’ai fait un BAC L audiovisuel puis une fac d’arts du spectacle pendant 5 ans. J’ai réalisé pas mal de clips semi pro pour des groupes de metal, hip-hop et electro pendant un certain temps, et j’ai également fait un moyen métrage ‘Lex Talionis‘ avec le groupe Ashura, une sorte de The Wall version metal. Pendant 1 an j’ai réalisé une émission pour Allociné AFPB où j’analysais des extraits de films avec un pote, puis je suis parti sur Youtube pour faire ‘Pornorama‘, une chronique sur le cinéma pornographique.

Quelle est ta toute première expérience avec internet ?

Arnaud : J’ai connu le début d’internet et, de mon souvenir, ma toute première fois c’était chez un cousin, on surfait de manière un peu random sur des sites de cinéma et de jeux vidéo. Le modem faisait des bruits étranges avant chaque connexion et c’était presque excitant.

Présente-nous ton univers :

Arnaud : Sur Youtube je n’ai pas développé d’univers particulier, je fais des chroniques sur le cinéma en face cam, rien de créatif au sens propre du terme. Je ne fais pas de fiction sur ma chaîne, ce n’est pas le but. En revanche dans mon boulot je travaille sur le corps, sur la sexualité, sur les clichés, etc. Je ne cherche pas à révolutionner le porno, je cherche juste à faire quelque chose de personnel.

Qu’est ce qui t’a donné ta vocation ?

Arnaud : J’ai très tôt eu envie de faire du cinéma. À 8 ans j’ai vu Evil Dead de Sam Raimi en VHS et ça a été un choc pour moi, je voulais faire ça, raconter des histoires avec une caméra. Je me suis mis immédiatement à tourner des courts-métrages avec des copains en Hi-8 puis en dv-cam. J’ai usé 2 ou 3 magnétoscopes à l’époque, je passais ma vie à enregistrer des films qui passaient à la télé… ‘Les Jeudis de l’Angoisse’ sur M6 par exemple c’était fou ! Internet s’est venue bien plus tard. Au début je me servais de Youtube pour écouter de la musique, je ne regardais pas les ‘youtubeurs’. Je me suis lancé parce que j’avais envie de transmettre, de partager. C’est après coup que j’ai découvert les créateurs de contenu originaux sur la plateforme. Je regardais le joueur du grenier, Durendal, etc… j’ai compris les codes de youtube en les regardant.

Quelle a été la réaction de tes proches ?

Arnaud : J’ai toujours été soutenu par ma famille et mes potes. L’important pour eux c’est que je sois épanouie et que je continue la création sous toutes ses formes.

Quelle sont tes sources d’inspiration ?

Arnaud : J’ai grandi avec Body Double de Brian De Palma et Videodrome de David Cronenberg… ne vous étonnez pas si je suis devenu pornographe après ça (rire).

Aujourd’hui mes sources d’inspiration sont Jean-Luc Godard, Michael Haneke, John Carpenter, David Lynch, Shinya Tsukamoto, Gaspar Noé et Andrew Blake. Le cinéma m’inspire beaucoup en général, mais la musique aussi, je passe mon temps à chercher le son qui me fera vibrer. Je suis un fan absolu de rock prog de la fin des années 60 débuts 70 et d’electro, pour te donner un spectre large je dirais de King Crimson à Alphex Twin. Côté photographie j’avoue être assez friand du travail d’Helmut Newton, et côté peinture j’aime Goya, Francis Bacon et René Magritte.

Quelle est ta première expérience de tournage ? Comment cela s’est passé ?

Arnaud : Comme je te disais, j’ai très vite pris une caméra pour tourner des petits films en vidéo. Ma première expérience c’était un petit slasher tourné sans budget dans une forêt pas loin de chez moi. C’était cool, mais j’ai vite compris que mes amis n’étaient pas des acteurs, qu’on ne pouvait pas faire jouer n’importe quoi à n’importe qui.

Quel a été ton meilleur moment de réalisation ? Le pire ?

Arnaud : Le pire moment c’est facile, je l’ai vécu il y a pas longtemps. Je devais tourner une séquence sur les champs Élysée pendant la manifestation des gilets jaunes, on s’est fait gazer par les forces de l’ordre et je peux te dire que ce n’est pas agréable. Pour le meilleur moment de réalisation c’est déjà plus compliqué de te répondre… heu… certainement les tournages avec des potes, y’a rien de mieux que de tourner avec les gens qu’on aime.

Quelles sont, dans tes vidéos, celles qui te semblent les plus intéressantes, qui te tiennent le plus à cœur, et pourquoi ?

Arnaud : La vidéo qui me tient le plus à cœur est certainement celle sur le suicide d’August Ames, j’ai pris mon micro le lendemain de la nouvelle et j’ai dit ouvertement ce que j’avais sur le cœur, sans filtre. J’étais vraiment ému par l’annonce de sa mort et ça s’entend à ma voix. Sinon j’aime beaucoup ma chronique sur les 3 pornos gays cultes des années 70, j’ai aimé faire la partie historique du genre et j’ai pris du plaisir à faire des recherches, à regarder tout un tas de films que je n’aurais peut-être jamais vu.

Récemment, j’ai interviewé Julie Holly dans le cadre de la chronique Carré Rose. Nous sommes revenus sur la séquence ‘Pour ou Contre le Porno Amateur’ dans Balance Ton Post. Qu’as-tu pensé de cette séquence ?

Arnaud : J’ai fait un live de 2h20 sur ma chaîne pour débriefer cette émission, et c’était du grand n’importe quoi, j’invite les gens à regarder ce stream s’il désire en savoir plus. Ce genre de chose ne doit plus se reproduire à la télévision, ça ne fait pas avancer le débat.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux jeunes créatifs qui souhaitent partager leurs univers sur la toile ?

Arnaud : Je leur dirais de rester eux-même et de ne pas compter le nombre d’abonnés.

Si tu pouvais adresser un message à toi-même à l’âge de 10ans, lequel serait-ce ?

Arnaud : ‘Mec, ça va pas être facile, mais lâche rien.

Que ferais-tu avec un budget digne d’un blockbuster ?

Arnaud : Je ferais plusieurs petits films indépendants pour rester libre.

Nous faisons appel à ton esprit créatif. A toi de nous proposer quelque chose et de commenter.

Arnaud :

adopte-un-créatif-arnaud-beaudry-autoportrait

Tu le sais, notre thématique est la Pop Culture. Que signifie pour toi la culture populaire ?

Arnaud : Pour moi, c’est ce moment étrange où les gens mâchent, digèrent et recyclent la culture pour en faire quelque chose de plus populaire, ce n’est qu’une question d’air du temps, de réception. Ce ne sont pas les créateurs qui font la Pop Culture, ce sont les gens. Une œuvre peut rester 30 ans méconnus du grand public et, soudain, devenir culte parce que le publique est enfin près à la recevoir et à l’idolâtrer. Il n’y a pas de sous culture, la culture populaire c’est avant tout de la culture.

La Pop Culture ça rassemble les gens. Tu arrives en soirée, tu connais personne, c’est la Pop culture qui va t’intégrer au groupe. Tu dis Star WarsHarry Potter et tout le monde va parler avec toi, que tu sois du même milieu social qu’eux ou non, que tu sois d’accord avec eux ou non. C’est magique.

Selon toi, la Porn Culture fait-elle partie intégrante de la Pop Culture ?

Arnaud : Oui. Le porno c’est un laboratoire expérimental. Les pornographes sont à l’avant-garde en ce qui concerne la technologie. L’industrie du porno était la première à distribuer des VHS, la première à se focaliser sur internet, elle a immédiatement familiarisé la public avec la VR, etc. Et puis, le porno est également le premier à recycler quelque chose à la mode pour en faire un cliché.

Dés qu’une chose devient populaire dans le monde il y a une vidéo porno qui sort deux jours après, et ça fonctionne pour tout, une nouvelle paire de lunettes sort sur le marché le porno l’utilise, Fornite sort et tu trouves directement une vidéo avec une femme en cosplay Fornite. On dit souvent que le porno inspire la vie mais c’est faux, c’est la vie qui inspire le porno et la pousse à l’excès.

Le porno fait parti de nos vies, tout le monde est capable de citer le nom d’une actrice, tout le monde a déjà vu ou entendu parler d’une vidéo porno fun ou absorde qu’on a partagé sur les réseaux sociaux entre potes. Y’a des t-shirt avec la tête de Sasha Grey, des acteurs qui passent chez Ardisson, des salons de l’érotisme qui ressemblent à des conventions geek, donc oui, le porno c’est de la pop culture.

Quelles sont tes œuvres de référence dans la Pop Culture ?

Arnaud : Pour le cinéma je te dirais des films comme Retour vers le Futur, les Gremlins, Predator, Clerks, Alien, Scarface, je suis un enfant des années 80/90. J’aime aussi les comédies bien lourdes et les stoner movie genre Harold et Kumar, Eh mec ! Elle est où ma caisse ?, This is the endPrésentateur vedette : la légende de Ron Burgundy etc.

Pour les séries je suis un fan de Breaking Bad, X-Files, Buffy, Game of thrones, Twin Peaks… mais ma série préféré c’est OZ !

Pour la musique je suis un fan de Pink Floyd, Metallica, Air, David Bowie, Alice Cooper, The Rolling Stones, Vitalic et j’ai grandi en écoutant en boucle les B.O des Goblin pour les films de Dario Argento.

Pour les jeux vidéos je suis un éternel fan de Mario et Zelda. Plus jeune, j’étais Nintendo, pas Sega (rire). J’ai de très bons souvenirs également sur différents point and click comme Diskworld 1 et 2, Monkey Island, Sam et Max, Grim Fandango et Full Throttle. Clairement je suis un retro-gameur, par faute de temps j’ai totalement zappé les nouvelles générations de consoles.

En parlant de jeu vidéo, j’aimerai avoir ton avis. Nous voyons depuis quelques mois un rapprochement entre l’industrie du X et du jeu vidéo. Les actrices / acteurs ouvrent leurs chaines Twitch / Youtube et proposent des stream le tout avec des anecdotes sur leur carrière. Quand on sait que le public principal des lives reste les plus jeunes, ne faudrait-il pas encadrer davantage les lives en question ?

Arnaud : Pour moi c’est une très bonne chose ce qui arrive en ce moment sur twitch et Youtube. J’ai assisté à la naissance de la chaîne Twitch de Manuel Ferrara et c’était vraiment rafraîchissant de montrer au public qu’un acteur porno était quelqu’un d’humain, avec de l’humour, des loisirs, une culture, etc. J’aime bien quand il invite des stars du X en stream parce que, inconsciemment, ça fait un peu de prévention.

Les viewers découvrent une personnalité, des anecdotes de tournages et l’ambiance familiale du porno US. Les jeunes confondent facilement fiction et réalité, et dans ces chaînes twitch et youtube on découvre que le porno est une fiction, que la réalité est bien différente. Si tout le monde voit du porno aujourd’hui, il est préférable que l’industrie prenne la parole pour montrer l’envers du décor pour que le publique comprenne la différence entre la vidéo X fabriquée pour faire fantasmer et la réalité.

Et quelles sont tes attentes ?

Arnaud : Je n’ai pas d’attente, jamais, je veux être surpris. Je ne regarde jamais de bande-annonce ou autres. Je prends ce que les créateurs me donnent… Allez, si, j’ai une attente, que Brian De Palma nous sorte un nouveau film !
Un mot sur ton actualité ? Tes projets en cours ?

Arnaud : Je co-réalise actuellement Realitix avec Tony Caliano, une web série qui fait de la prévention pour les ados sur le sujet de la pornographie. C’est un truc qui nous tient à cœur parce que personne ne fait rien, le gouvernement ne se bouge pas.

Sinon j’ai quelques scénarios de court-métrage qui attendent sagement que je les réalise, et j’écris un long-métrage biopic dans mon coin sans pression. En 2019 va sortir également un documentaire sur l’histoire du porno et j’ai participé au tournage en tant qu’intervenant. J’ai hâte de voir le résultat.

A quel autre créatif souhaiterais-tu voir poser ces questions ?

Arnaud : Je serais curieux que l’on pose ces questions à Cinfiles, Fry3000 et le coin du bis, trois vidéastes sur Youtube dont j’apprécie le boulot.

As-tu beaucoup de retour des personnes qui te suivent ?

Arnaud : À l’heure actuelle j’ai une communauté de presque 3000 personnes qui me suivent sur Youtube. J’ai des abonnés en or, on échange souvent ensemble, et les retours sont toujours positifs..

Tes fans te soufflent des idées parfois ?

Arnaud : Oui, on me propose des sujets, des idées. Je n’ai pas toujours l’envie ou le temps de m’y attaquer mais je prends toujours le temps d’y réfléchir.

Que voudrais-tu dire à tous tes fans et aux prochains ?

Arnaud : Je n’ai pas cette impression d’avoir des fans, mais plutôt d’être en accord avec ma communauté. On partage les mêmes valeurs, la même manière de voir le cinéma. Ma chaîne c’est un forum, un réseau social, on échange, on partage. Je cherche surtout à réunir les gens autour d’un même point de vue sur l’art. Je voudrais dire à mes abonnés et aux prochains qu’ils peuvent venir discuter sans problème, je réponds toujours aux questions qu’on me laisse en commentaire.

Pour terminer, quelle question aurais-tu souhaité que l’on te pose et qu’aurais-tu répondu ?

Arnaud : J’aurais souhaité que tu me poses la question « Arnaud, pourquoi tu parles de porno et pourquoi es-tu devenu pornographe ? ». Je t’aurais répondu que si je parle de porno c’est parce que tous les genres cinématographiques méritent d’être traités, d’être intellectualisés. À la manière d’un western ou d’une comédie musicale, le porno a des codes, des figures de style qu’il faut comprendre et décrypter. Si je suis devenu pornographe c’est pour jouer avec ces codes.

Encore une fois merci Arnaud d’avoir participé à Adopte un Créatif.

Arnaud : Merci à toi.

Arnaud sur Twitter
Arnaud sur Youtube

Propos recueillis par Thomas O. pour Eklecty-City.fr, qui remercie Arnaud, de s’être prêté au jeu d’une interview.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.