Laissons les tendances de côté et intéressons-nous à l’originalité. Avec Adopte un Créatif, vous allez découvrir des passionnés, des créatifs, des youtubeurs / youtubeuses méconnu(e)s qui font l’actualité du web. Pour ce nouveau numéro, je suis parti à la rencontre de Ace Modey.

Avec sa chaîne ‘Lo Film’, Ace Modey nous parle de Teen Movies, mais aussi de Stoner Movies. Récemment, Ace a eu une belle exclusivité avec la participation de Redman sur l’une de ses vidéos. Rencontre avec un jeune des 90’s biberonné à la megadrive et au magnétoscope.

Bonjour Ace Modey, merci de participer à notre chronique ‘Adopte un Créatif’. Dans le cas où il y aurait des internautes ignorant ton actualité peux-tu te présenter et nous rappeler ton parcours ?

Ace Modey : Mon pseudo c’est Ace Modey, de la chaîne LO FILM, je suis un kid des 90’s, biberonné à la megadrive et au magnétoscope, de toujours il semble que je sois attiré par les films et donc le cinéma pour je ne sais quelle raison.

Tout ce que je sais c’est qu’à l’âge de 3 ans j’étais si attiré par cette machine dans laquelle on pouvait mettre des VHS pour voir des dessins animés que je me suis coincé les doigts dedans, provoquant du coup une grosse frayeur à mes parents qui ont pu sauver ma petite mimine du dévoreur de bande magnétique du salon.

Jump dans le futur, j’ai 16 ans je quitte le collège, j’hésite entre un BAC PRO Audiovisuel ou un BEP Métiers de la Communication & Industrie Graphique Spécialisée en PAO, en gros apprendre à créer de la publicité pour des entreprises via Photoshop, Illustrator ou encore Indesign. Je choisis la deuxième option car c’est la seule qui me permet de me mettre en alternance et donc gagner de l’argent, bêtement. Mais étant déjà sur de multiples forums et étant habitué à faire des bannières et autres avatars via Photoshop, l’envie d’en apprendre plus et me faire payer pour ce que je faisais déjà gratuitement depuis mes 13 ans était une motivation trop forte pour écouter mon instinct.

Entre-temps j’ai créé une chaîne Dailymotion où j’y poste mes premières vidéos, il y a donc 12 ans de ça, j’y poste surtout des montages sur de la musique Rap entre autre du Parkour, du Stunt etc. inspirés des vidéos des Ruff Ryders.

J’y fais mes premiers essais de motion design aussi pour des rappeurs indépendants, et je réalise mes premiers clips pour mon meilleur ami d’enfance qui rap encore de nos jours, Lartson.

2 ans d’apprentissage plus tard mon BEP n’existe plus, mon patron ne me garde pas pour un BAC PRO, et je me retrouve à 18 ans à devoir trouver un job, du coup j’enchaîne les boulots alimentaires.

J’ai ramassé des fraises, des kiwis, des pêches, des salades, des concombres, des pommes, bref à des années-lumières de mon rêve ultime, travailler dans l’image. Bref on skip toute cette période douloureuse pour arriver enfin en 2012, je crée ma première chaîne Youtube, j’y poste un peu de tout et n’importe quoi, surtout du gaming, puis en 2016 je crée enfin ma chaîne actuelle mais sous son premier nom, ‘TaspasVu ?‘ avec comme envie de faire découvrir mes films préférés que je trouve méconnu à un public plus large.

Hors le nom est une horreur pour le référencement, les gens ne me trouvent pas, les vidéos ne sont pas assez bonnes, bref voilà 2019, je suis papa de deux enfants, je quitte un énième job alimentaire déprimant et qui me bousille la santé pour ENFIN me lancer cœur et âme dans l’aventure de la vidéo avec comme idée de vivre de mes créations et de mes connaissances pour mettre en images tout ce qu’on peut me demander, LO FILM est né et voilà j’en suis maintenant à la gratifiante expérience de se faire interviewer pour mon travail, c’est dingue.

Quelle est ta toute première expérience avec internet ?

Ace Modey : Des bruits de modem horribles, un chronomètre et des codes d’heures gratuites, voilà mes premiers souvenirs sur Internet. A l’époque mes sites préférés c’est JeuxVideo.com ou encore Allocine. Je peux enfin avoir avoir accès aux filmographies de mes acteurs et actrices préférés.

Avant ça je lis le Télé Star familial dont je découpe les résumés des films qui me donnent envie et que je rassemble dans des cahiers avec comme but de me renseigner pour trouver d’autres films du même genre qui pourraient m’intéresser.

Un peu plus tard, mon papa craque n’ayant pas assez de temps d’internet à disposer entre ma sœur, mon petit frère et lui-même – ma maman n’utilisait pas internet – il passe enfin à l’internet illimité et les 512kbs. Mon papa me fait alors découvrir un site magique qui lui permet d’avoir accès au dernier Spider-Man encore au cinéma, ou bien un petit film pour enfant qui s’appelle Harry Potter et tout ça gratuitement.

Ce qui l’arrange beaucoup vu que je suis surement insupportable à demander sans cesse d’aller au cinéma voir tel ou tel film, et l’ayant forcé une fois de trop à aller voir un film de 3h nommé Le Seigneur Des Anneaux.

Je découvre le piratage, l’accès à de multiples œuvres que mes parents ne peuvent pas m’acheter faute de moyens et étant littéralement boulimique d’œuvre du 7ème art.

Avec l’arrivée de l’ADSL, Kazaa, Emule ou Bittorrent tout s’accélère, je découvre quelques centaines de longs métrages puis l’arrivée des DVDs vient un peu chambouler le tout, j’en ai marre de la qualité DIVX et on prend l’habitude avec mon père encore une fois d’aller chercher à Vidéofutur des films que l’on peut louer pour 2€ et copier sur des DVDs vierges. J’établis une collection de DVDs ‘pirates’ d’un de mes genres favoris à l’époque et toujours aujourd’hui, les Teen Movies.

Puis je découvre les forums, msn, j’ai enfin mon ordinateur personnel, ultime cadeau d’anniversaire que je réclame depuis 6 ans et tout le reste est raconté dans la question précédente.

Présente-nous ton univers :

Ace Modey : (Rires) alors pas de flippe hein mais Ace Modey vient du démon Asmodée ou Asmoday ou encore en latin Asmodeus, représentation du péché de luxure, ange déchu qui serait le fameux serpent qui aurait fait craquer Eve pour une pomme. Tout un délire donc, qui m’avait énormément plu étant assez fan d’ésotérisme et autres délires occultes car n’étant pas croyant. Si je croyais vraiment en ça jamais je n’aurais choisi ce pseudo c’est sûr.

Et Ace Ventura est l’un de mes films d’enfance, du coup j’ai décidé d’écrire ce nom différemment en y posant ma patte pour ne pas être associé seulement à un démon mais en m’appropriant ce nom que je trouve stylé et plein de sens.

Mon univers est celui des Teen Movies, des Stoner Movies, et tout ce qui peut s’apparenter à de la contre-culture. J’aime beaucoup aussi tout ce qui est documentaire, surtout politique, comme ceux de Michael Moore par exemple.

L’horreur est aussi un genre que j’aime énormément notamment tout ce qui est compilation de courts-métrages comme ABC of Death ou la trilogie V/H/S, et tout ce qui peut être culture street c’est mon totalement mon délire.

Qu’est ce qui t’a donné ta vocation ?

Ace Modey : Je pense sincèrement que cela vient de mes parents, ils m’ont très vite autorisé à regarder des œuvres pourtant déconseillées pour mon âge, parce que je les suppliais de le faire d’ailleurs.

Grâce à ça j’ai pu voir des films comme Les Dents de la Mer, Scream ou encore Blade a seulement 7-8 ans et j’ai même pu aller voir Le Pacte Des Loups au cinéma à l’âge de 10 ans alors que le film était déconseillé au moins de 12 en salle.

Tout ça parce que j’étais fan de The Crow, la série avec Marc Dacascos et qu’il joue dans le film de Christopher Gans.

Ils m’ont rendu cinéphile, donné un accès à une culture illimité grâce à internet et leur porte-monnaie, ils ont acheté une caméra DV avec laquelle j’ai pu m’amuser, puis j’ai eu mon appareil photo caméra personnel pour toujours plus expérimenté avec ma passion, et ils ont fait de moi le passionné que je suis, si passionné que maintenant je ne peux pas m’empêcher de partager ça avec des inconnus via ma chaîne Youtube.

Quelle a été la réaction de tes proches ?

Ace Modey : Ils m’ont poussé à faire ce dont j’étais passionné, donc ils n’étaient ni surpris, ni choqué que je me lance dans toute cette aventure, c’est quelque chose que je traîne depuis si longtemps que c’était logique pour eux que j’essaye en tout cas.

Ma femme m’a offert mon premier Canon Eos 550D avec lequel j’ai pu tourner mes premières vidéos sur le cinéma et m’a poussé à concrétiser mon envie de partager ça avec le plus grand nombre donc elle était ravie que son cadeau puisse servir à m’épanouir et généralement mes proches comme mon petit frère avec qui j’ai tourné le pilote de mon émission ou mes plus proches cousins (Bambu & RBT) m’ont toujours soutenu et son à l’origine de longues discussions sur divers films. Ils m’ont aidé à construire mon argumentaire et m’ont fait réaliser que tout ce que je leur raconte sur les films qu’on regardait ensemble pouvait être utilisé de manière divertissante pour d’autres personnes.

Quelle sont tes sources d’inspiration ?

Ace Modey : Il y en a beaucoup, dans les inspirations majeures il y a Kevin Smith, qui est mon réalisateur préféré et qui m’a montré la voie à suivre grâce à ses films et ses livres.

Puis il y a Yannick Dahan, dont je dévorais chaque Opération Frissons, scotché à son éloquence et son phrasé si particulier et passionné.

Puis il y a eu Rurik Sallé, dont les Panoramad sur le site Mad Movies m’ont fait découvrir des œuvres hors normes et dont j’étais friand, lassé des productions grand public.

Après ces trois personnes vient une personne particulière, avec qui j’ai pu échanger au tout début de mes réflexions pour créer une chaîne à mon image et qui m’a poussé lui aussi à le faire, j’ai nommé le talentueux et trop sous côte Punky, qui par le biais de conversations Skype et Twitter m’a aidé à trouver les outils nécessaires à tout bon vidéaste qui se respecte et qui m’a aidé à m’améliorer sûr de nombreuses vidéos. C’est définitivement l’une de ces personnes qui m’a inspiré mais aussi et surtout convaincu que moi aussi je pouvais le faire.

Après ça viens évidemment Karim, Gilles et Jeremy, parce que honnêtement comment ne pas être inspiré par leur travail remarquable… Pas grand monde je pense.

Quelle est ta première expérience de tournage ? Comment cela s’est passé ?

Ace Modey : La toute première expérience de tournage pour ma chaîne c’était un délire, il y avait mon petit frère, Bambu et ma femme. On a tourné une espèce de sommaire que j’avais préparé ainsi que des bouts de textes, on n’est pas allé jusqu’au bout car on n’arrivait pas à avoir le résultat que je voulais, j’ai réitéré l’expérience, seul cette fois-ci, et quelques jours plus tard j’ai monté la vidéo. J’en étais pas fier, trop stressé et trop coincé à mes yeux, j’ai donc tourné une troisième fois la vidéo et voilà que mon premier TPV, sur The Interview, sort sur ma chaîne Youtube.

C’était éprouvant, démotivant même mais au final d’avoir enfin terminé une vidéo entière sur un sujet qui me tenait à cœur m’a permis d’en écrire une deuxième, puis troisième et ainsi de suite jusqu’à maintenant.

Quel a été ton meilleur moment de réalisation ? Le pire ?

Ace Modey : Le meilleur moment de réalisation, je pense pour l’instant que c’était ma vidéo sur Speed, tourné chez mon acolyte Lartson et avec RBT, c’était fun on a bien rigolé, j’ai pu décomplexer et gagner en confiance, j’étais bien entouré donc c’était facile à faire.

Le pire, c’est sûrement pour ma vidéo sur Kidulthood, j’étais stressé, Papa depuis peu, j’ai recommencé le tournage 3 fois jusqu’à atteindre le résultat qu’on peut voir sur ma chaîne, je n’étais jamais content du ton employé, ou de mon éloquence. Si je devais remake une vidéo de ma chaîne ça serait celle-là juste pour pouvoir me venger de moi-même et ma timidité.

Je note également que ta chaîne a gagné en visibilité avec ta vidéo consacrée à Scream 3 (que je vous conseille de regarder). Comment expliques-tu cela ? As-tu changé ton approche dans l’analyse de film ou dans le montage ?

Ace Modey : Merci, en fait pas plus que sur une autre vidéo, je pense avoir juste choisi un sujet assez catchy, en vrai à chaque sortie de vidéo je passe par une phase de réflexion et d’auto-critique assez sévère, ce qui me permet de sortir des vidéos toujours plus travaillées.

J’ai eu de la chance pour ma vidéo sur Scream 3, dont je voulais parler depuis très longtemps car comme je le dis je l’ai vu très jeune, et c’est ce film qui m’a fait découvrir Jay & Silent Bob et donc Kevin Smith, ce qui me mettra sur la voie de la réalisation. Puis j’ai eu la chance d’être partagé par Punky, Zoltan, et d’autres comptes plus suivis que le mien ce qui m’a donné pas mal de visibilité.

Quelles sont, dans tes vidéos, celles qui te semblent les plus intéressantes, qui te tiennent le plus à cœur, et pourquoi ?

Ace Modey : En vrai chacune de mes vidéos à une histoire derrière qui m’est propre, je pourrais parler de celle sur Chevalier, qui est la première vidéo que j’ai faite en étant Papa, et vu le sujet du film et son raisonnement chez moi c’était vraiment pour laisser quelque chose à mon fils pour plus tard.

La vidéo sur Harold & Kumar était une vidéo qui me tenait vraiment à coeur tant j’aime cette trilogie et je voulais à tout prix montrer à tout le monde que les Stoner Movies pouvait être drôle ET intelligent à la fois.

Je pourrais encore évoquer celle sur Best Of The Best qui est un clin d’oeil pour mon Père, car c’est ces VHS que je piquer en boucle et BOTB en faisais partie. Mais si je devais en retenir qu’une seule ça serait celle sur How High, parce qu’il y a Redman dedans qui dit mon blaze et ça c’est un rêve que j’ai traîné avec moi sur une très longue période de ma vie, Redman étant l’une de mes influences majeures dans mon humour et mon amour du rap.

Quel(s) conseil(s) donnerais-tu aux jeunes créatifs qui souhaitent partager leurs univers sur la toile ?

Ace Modey : Regarde d’autres vidéos, cherche ce que t’aimes chez les autres vidéastes et ce que tu n’aimes pas chez les autres, une fois que tu as trouvé regarde les vidéos qui te marquent le plus, en bien ou en mal, 2, 3, 10 fois, étudie le montage, écoute comment sont mixés les différents éléments de la vidéo, vois les erreurs qu’ils ont faites, note tout ce que t’aime, note tout ce que tu n’aimes pas, puis une fois cette phase de recherche effectuée, écris, prend un sujet que t’aime, écris dessus, avec tes mots, ton regard unique à toi-même et lance toi.

N’ai pas peur de l’échec, on est tous passés par des 10 vues au début, c’est après que ça prend, quand tu es assez bon pour être recommandé par d’autres c’est là que tu commences à gagner. J’ai mis 5 ans à dépasser les 400 vues par vidéo. 5 années de doute, de colère, de frustration, utilise tout ça comme des armes pour sortir des vidéos toujours plus travaillées et ne crie pas victoire si ta vidéo dépasse 1500 vues en 3 jours parce que la prochaine peut faire 200 en 1 mois. Ce n’est rien, faut dépasser les échecs et les transformer en apprentissage, et pour citer le poète et rappeur Demi-portion ‘qui ne se plante pas, n’a aucune chance de pousser’.

Si tu pouvais adresser un message à toi-même à l’âge de 10ans, lequel serait-ce ?

Ace Modey : Achète des bitcoins bordel ! (Rires)

Blague à part, honnêtement je lui dirais peut-être d’attendre ses 18 ans pour fumer ses premiers joints et d’y mettre aucune trace de tabac. Je lui dirais de profiter de ses proches car tu ne sais pas quand ils vont partir, mais aussi de ne pas aller en apprentissage, suis ton instinct, va faire un bac pro audiovisuel.

Que ferais-tu avec un budget digne d’un blockbuster ?

Ace Modey : Un survival-horror qui se terminerait dans un château en France où on découvrirait que le grand méchant du film qui a organisé une chasse d’être humain sur ses Terres avec ses amis bourgeois est en réalité le patron d’une société secrète qui à chasser des créatures cryptozoologiques, et qu’ils gardent leur tête en trophée, mais qu’un seule de ses monstres n’a pas pu être tué et qu’il est captif dans un bâtiment situé en dessous du château.

Le climax serait le suivant, le héros de notre film qui court depuis près d’une heure et quart du film et dont l’histoire est liée à l’immigration libère le monstre qui détruit une partie du château et tue tous les bads guy pour enfin s’enfuir en s’envolant. Hypé ? Le scénario est écrit, j’ai même des plans storyboardés, amis producteurs, je me tiens à votre disposition.

Nous faisons appel à ton esprit créatif. A toi de nous proposer quelque chose et de commenter.

Ace Modey : Je me suis senti inspiré par le nom de ton site, et vu que ma formation de GFX est encrés en moi, voilà le résultat, j’espère que ça sera à ton goût.

ace-modey-adopte-un-creatif

Tu le sais, notre thématique est la Pop Culture. Que signifie pour toi la culture populaire ?

Ace Modey : C’est large, pour moi la culture pop c’est tout ce qui peut être évoqué avec des inconnus sans qu’ils se sentent étrangers du sujet dont tu parles. Évidemment c’est surtout tout ce qui est blockbuster, mais aussi les œuvres cultes du 7ème art. Après la culture de niche c’est super aussi et ça reste ce que je préfère car c’est une terre inconnue très souvent et j’aime rattacher certaines œuvres obscures à des œuvres populaires car il y a plein d’œuvres qui se retrouvent cachées par des années de suprématie de films ultras populaires dont on connaît tous les secrets et moindres détails. Il est temps de chercher plus que ça.

Quelles sont tes œuvres de référence dans la Pop Culture ?

Ace Modey : Dans le désordre le plus total ça peut aller de la série Lost à X-Files, en passant par Fringe, Buffy Contre Les Vampires, Weeds, Sons of Anarchy et évidemment Breaking Bad et Better Call Saul.

Côté jeux vidéo mes classiques vont de Metal Gear Solid et Mortal Kombat jusqu’à Resident Evil, Grow Up.

Il y a aussi évidemment les grandes licences comme Star Wars, Le Seigneur des Anneaux, Freddy, Jason, Chucky, Les Gremlins ou pour changer totalement d’univers il y a n’importe quel album de Tupac, Meth & Red, DMX, Mac Miller, Salif, Nessbeal, Despo, NX, Necro, Run The Jewels, 21 Savage, Cunninlynguists, Jedi Mind Tricks, Ill Bill, R.A The Rugged Man… bref un univers Rap, parfois hardcore et borderline qui m’attire depuis les débuts de mon adolescence et qui me suit depuis de nombreuses années.

Mais je ne m’arrête pas au Rap car j’aime aussi énormément le rock avec des artistes comme The Offspring, Chuck Berry, Nirvana, Kiss, AC/DC, les Red Hot Chili Peppers, Black Puma, Sum 41, Limp Bizkit, Korn, Tom Waits ou évidemment Rage Against The Machine.

Après j’aime bien aussi la soul et la musique plus douce comme Nina Simone, Mazzy Star, David Gray, The Verve, Cuco, Rex Orange County, Moby.

En résumé, mon univers musical s’étend sur une variété d’artistes plus ou moins connus mais je ne m’enferme pas dans un seul style.

J’aime la provocation, la vulgarité, donc évidemment South Park est pour moi l’une des meilleurs série animée existante à ce jour. Et sinon j’aime beaucoup la culture hacktiviste, j’ai une peine immense quand je pense au destin tragique d’Aaron Swartz et je supporte Edward Snowden.

Sinon pour finir en ce moment je me plonge dans le 3ème Art, avec des artistes comme Gustave Doré ou Zdzisław Beksiński dont les oeuvres m’impressionnent et m’inspirent énormément.

Voilà donc mon univers, rajoute à tout ça une tonne de vidéastes sur Youtube dont le nombre est bien trop élevé pour être cité ici mais je pense que tu as compris, je suis curieux de toutes les cultures et de tous les arts.

Et quelles sont tes attentes ?

Ace Modey : J’attends de pied ferme le Snyder Cut de Justice League. Ça fait 3 ans que j’attends ça, je l’ai vu au ciné et même si j’avais plutôt aimé certaines scènes c’était pas au niveau du Batman V Superman, ce qui m’avait déçu puis bon le premier trailer était à l’opposé du film que j’ai vu au cinéma donc vivement que ça sorte que je puisse effacer ce mauvais souvenir et revoir mes super-héros préférés dans toutes leurs splendeurs.

Sinon j’attends le Army Of The Dead de Snyder, n’importe quel projet de Guillermo Del Toro, David Fincher ou Jordan Peele. Et bien sûr j’attends la suite de Mallrats de Kevin Smith, son MooseJaws, bref n’importe quel truc que ce mec peut pondre je suis là à l’attendre comme le messie.

Niveau série j’attends la dernière saison de Better Call Saul pour enfin pouvoir dire qu’elle est meilleure que Breaking Bad, je le pense pas encore mais ce n’est pas loin honnêtement.

Un mot sur ton actualité ? Tes projets en cours ?

Ace Modey : Dernièrement est sortie ma vidéo sur That’s 70 Show que je trainais depuis 2016 et qui a changé de forme plusieurs fois, ça a été difficile de concrétiser cette vidéo mais elle est sortie et ça fait du bien parce que j’en suis plutôt fier.

Prochainement on a des clips à tourner pour Lartson, et le 3 juillet je sortirai une vidéo sur un film que je considère meilleur que Fast & Furious et qui pour moi aurait mérité pléthores de suite. Un croisement entre Oceans Eleven et Braquage a L’Italienne, qui a eu son succès à son époque mais que je trouve trop souvent oublié.

Puis il y aura une pause cet été avec peut-être un portrait de cinéphile pour quand même avoir du contenu à poster et on reprendra à la rentrée avec des sujets qui je l’espère attireront le public, mais toujours avec mon point de vue particulier, voire déviant (rires).

A quel autre créatif souhaiterais-tu voir poser ces questions ?

Ace Modey : J’aimerais bien voir Punky, Zoltan ou Azz l’épouvantail répondre à tes questions, il y a moyen d’avoir de très bonnes réponses puis j’aimerais beaucoup les lires.

Sinon il y a Cinéma & Politique que j’aimerais beaucoup voir dans ta section découverte de créatif.

As-tu beaucoup de retour des personnes qui te suivent ?

Ace Modey : De plus en plus, ce qui me fait énormément plaisir, surtout quand ce sont des retours constructifs qui me permettent de m’améliorer. Le plus dur quand on commence c’est justement de n’avoir aucun avis extérieur, généralement la famille trouve ça toujours cool à regarder parce qu’ils veulent te faire plaisir et leurs critiques sont souvent en dessous de la réalité, alors qu’avec des inconnus c’est plus souvent sans filtre du coup ça remet plus facilement en question. Le retour le plus plaisant est celui de raviver des souvenirs oubliés, et de faire découvrir des oeuvres, ça c’est hyper gratifiant.

Tes abonné(e)s te soufflent des idées parfois ?

Ace Modey : C’est plus souvent mes proches, et surtout Punky qui me souffle des idées de génie pour mes vidéos, sinon mon public n’est pas assez gros et présent pour me souffler quoi que ce soit, mais le peu que j’ai c’est déjà super, j’ai plein d’encouragements et des ‘Tu vas percer’ c’est génial et ça booste ma confiance en moi. Le mieux reste de voir les gens partager mon travail à leurs proches pour leur dire que c’est bien et qu’ils doivent regarder ma chaîne, ça me touche vraiment ce genre de geste, car sans partage je ne serais pas visible.

Que voudrais-tu dire à tous tes abonné(e)s et aux prochains ?

Ace Modey : Mettez la cloche (rires), ne vous arrêtez pas à la miniature ou au titre je suis obligé d’être provocateur pour attirer le maximum de personnes, mais je me rend compte que certains jugent la vidéo à ça alors que j’argumente très souvent et que mon avis sur les questions posées dans les titres de mes vidéos est très souvent plus nuancé que ce que ça peut laisser paraître.

Pour terminer, quelle question aurais-tu souhaité que l’on te pose et qu’aurais-tu répondu ?

Ace Modey : Tu m’as pas demandé qu’elle était ma variété de Weed préférée, je suis assez déçu, du coup pour répondre je dirais la Blue Cheese avec son goût sucré et son odeur si particulière, j’aime énormément la Super-Skunk aussi. Dernièrement je me suis mis au CBD et la variété Chiquita Banana de chez Green Évolution est une tuerie.

Ah et pour finir, SNOOTCHIE BOOTCHIES !

Encore une fois merci Ace Modey d’avoir participé à Adopte un Créatif.

Ace Modey : Merci à toi de m’avoir invité, abonnez-vous (rires).

Ace Modey sur Youtube
Ace Modey sur Twitter

Propos recueillis par Thomas O. pour Eklecty-City.fr, qui remercie Ace Modey de s’être prêté au jeu d’une interview.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.