Daniel Robitaille, familièrement connu sous le nom de Candyman, est un personnage de fiction et le principal antagoniste de la série de films Candyman, issu de la nouvelle de Clive Barker de 1985, ‘The Forbidden’.

Dans la série de films, il est représenté comme le fantôme vengeur d’un Afro-Américain qui a été brutalement battu, mutilé et piqué à mort par des abeilles en se faisant étaler du miel sur le corps suite à une histoire d’amour interraciale interdite au XIXe siècle. Candyman hante et tue quiconque qui appelle le nom de Candyman devant un miroir cinq fois de suite. Candyman vise aussi parfois ceux qui nient ouvertement la légende urbaine de son existence en tant que fantôme.

Il apparait dans Candyman (1992), Candyman : Farewell to the Flesh (1995) et Candyman : Day of the Dead (1999) sous les traits de l’acteur Tony Todd qui reprend son rôle dans Candyman (2020), une suite directe du film original de 1992.

  • Les origines du personnage

Avant les adaptations cinématographiques, le personnage du Candyman est issu de la nouvelle ‘The Forbidden‘ du recueil d’anthologies Books of Blood de Clive Barker (le créateur d’Hellraiser). D’après l’histoire, la description de l’apparition du Candyman était la suivante :

Il est brillant au point d’être vantard. Sa chair est d’un jaune cireux. Ses fines lèvres sont d’un bleu pâle. Ses yeux sauvages brillent comme si leur iris sont sertis de rubis. Sa veste et son pantalon sont un patchwork de plusieurs éléments. Le personnage d’Helen le décrit dans la nouvelle comme presque ridicule avec ses taches de sang et un soupçon de rouge sur ses joues jaunies.

Le visage de la version littéraire est décrit comme ‘effrayant’ et ‘jaunâtre’, tandis que son odeur est celle de la barbe à papa. Le crochet et les abeilles emblématiques sont introduits dans la nouvelle ainsi que les autres personnages comme Helen, mais son origine afro-américaine, le nom, le lieu d’origine ou l’histoire du Candyman ne sont jamais évoqués et ont été introduits avec la série de films. L’élément qui consiste à l’appeler en disant ‘Candyman’ vient également du film original de Bernard Rose. Le simple doute de son existence suffisait à le faire apparaître.

  • Candyman dans les films

La première apparition du personnage dans un film se fait avec Candyman (1992), où la protagoniste féminine nommée Helen Lyle enquête sur une légende urbaine qui tourne autour d’un personnage énigmatique connu seulement sous le nom de Candyman. Il semble lié à une série de meurtres macabres dans les environs de Cabrini-Green, Chicago, où au moins 26 victimes sont éventrées ‘de l’aine à l’œsophage’ par un auteur inconnu qui ne aucune trace derrière lui, si ce n’est les corps. Les habitants du quartier semblent tous convaincus que le ‘Candyman’ est derrière tout cela. Il s’agit d’un spectre que l’on peut soi-disant convoquer en répétant son nom cinq fois devant un miroir et qui aurait un grand crochet métallique à la place d’une main. Helen doute de son existence après avoir rencontré un gangster qui utilise le pseudonyme du Candyman pour intimider les autres. Après qu’elle se soit fait agresser par le gangster, elle conclut que les histoires dont elle a entendu parler sont uniquement des légendes urbaines.
Ce déni de Candyman a finalement fait sortir le vrai fantôme de Candyman. Il se révèle à Helen et affirme que puisqu’elle doute de son existence, il doit verser le sang d’innocents pour maintenir son mythe en vie. Il massacre le chien et enleve le petit garçon d’une résidente nommée Anne-Marie McCoy, et assassine brutalement l’amie et collègue d’Helen, Bernadette, en faisant porter le chapeau à Helen.

Candyman se vante que tous ceux qu’elle aime, y compris son mari Trevor, l’abandonnent et que se rendre à lui et faire partie de sa légende urbaine est sa seule option. Helen est internée, mais Candyman massacre son psychiatre et lui permet de quitter l’établissement. De retour à Cabrini-Green, Helen découvre qu’elle est peut-être la réincarnation de l’ancienne amant de Candyman, ce qui explique pourquoi il la vise particulièrement. Finalement, elle retrouve le bébé disparu dans un feu de joie, mais les résidents, ayant vu le Candyman dedans, sont sortis en foule pour brûler le meurtrier. Pris dans l’incendie, Helen réussit à sauver le bébé d’Anne-Marie McCoy, mais au prix de sa propre vie. A la fin du film, Trevor tente de ‘convoquer’ Helen en répétant son nom cinq fois devant un miroir, elle apparait derrière lui et le tue. Helen fait partie de la légende mortelle de Candyman.

Candyman apparaît de nouveau dans la suite, Candyman : Farewell to the Flesh (1995) trois ans après la mort d’Helen. Il massacre le professeur Philip Purcell, qui apparait dans le premier film et le roman. Purcell n’était pas convaincu que la légende avait un quelconque élément surnaturel et il a essayé de prouver le contraire en disant cinq fois le Candyman dans le miroir (papier glacé) de son propre livre. Cela a conduit à sa mort atroce peu de temps après. Ethan Tarrant, un descendant du Candyman lui-même, a été suspecté de ce crime parce qu’il avait, par négligence, proféré publiquement des menaces contre le professeur juste avant son assassinat, tout en n’ayant aucun alibi.

Suivez le lien pour le résumé de la trilogie Candyman.

Candyman-1992-Movie-Picture-02

  • La création de Candyman

L’histoire de Candyman, fils d’un esclave, un peintre qui devient l’amant de la fille d’un riche propriétaire, n’est pas présente dans la nouvelle ‘The Forbidden’ ni le nom de Daniel Robitaille. Dès que Tony Todd et sa co-star, Virginia Madsen, ont été choisis pour incarner respectivement Candyman et Helen, Bernard Rose, le réalisateur de Candyman (1992), leur a donné les mains libres pour étoffer eux-mêmes l’histoire de leur personnage.

L’histoire de l’amour interracial qui a mal tourné n’est pas dans le livre. Tout ce qui est dans le livre est dans le film, mais ça a été amplifié. Todd a trouvé l’histoire du personnage pendant les répétitions avec Madsen. Le nom que Todd a donné au personnage était ‘Granville T. Candyman’, qui avait une histoire d’amour interdite avec une femme blanche dont il faisait le portrait, ce qui a conduit à son lynchage fatal par une foule en colère. Le nom de Granville n’a jamais été utilisé dans le premier film, qui laisse le personnage sans nom. Le nom de Daniel Robitaille lui est finalement attribué dans le second opus. Alors que dans le roman, l’intrigue principale se déroule à Liverpool, au Royaume-Unis, l’histoire prend place à Chicago pour les besoins du film. L’élément de la Nouvelle-Orléans a été ajouté dans la suite Candyman : Farewell to the Flesh (1995).

‘Granville T. Candyman était le rejeton d’une riche famille noire de Chicago dans les années 1870. Ayant acquis une certaine notoriété grâce à ses portraits, Granville est chargé de peindre Helen, la ravissante fille d’un riche propriétaire de terres. Granville demande à Helen de poser nue comme Vénus et leur rencontre se transforme rapidement en amour. Cette affaire interraciale interdite provoque la colère de la ville contre Granville. Coupant sa main droite de peintre avec une lame rouillée et après l’avoir battu, la foule couvre son corps nu de miel, il meurt après des dizaines de piqûres d’abeilles’.

 

La première version d’un background de Candyman écrit par Tony Todd pour le film de Bernard Rose.

Avec le succès du film original, le personnage de Candyman est considéré par les réalisateurs, les acteurs et les spécialistes du genre comment étant le Dracula afro-américain. Candyman est l’un des méchants les plus iconiques du cinéma d’épouvante et de la Pop Culture.

Pour approfondir l’histoire de Candyman poursuivez la lecture avec ce dossier consacré aux 16 secrets que vous ne saviez pas sur ce classique de l’horreur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.