AccueilJeux Vidéo Gunborg Dark Matters : Un jeu aussi difficile qu’accessible

[TEST] Gunborg Dark Matters : Un jeu aussi difficile qu’accessible

Gunborg fait partie de ces petits jeux intéressants, bien calibrés et dont la difficulté peut ajouter une forme de challenge intéressante tout comme elle peut s’avérer insurmontable pour les non-initiés au die & retry. Rickard Paulsson est l’homme derrière le titre. L’homme touche à tout livre ici une expérience et un challenge relevé.

Red Art Games a eu l’excellente idée d’éditer le titre pour notre plus grand bonheur. En effet, Gunbord Dark Matters est un bon petit jeu. Pourquoi petit ? De par son contenu. Comptez deux ou trois bonnes heures pour arriver au bout. Vous pourrez rallonger tout cela grâce à la rejouabilité offerte par le titre.

Toutefois, côté narration le titre ne brille pas. Ne vous attendez à rien, le développeur ayant concentré toute son énergie sur le gameplay et l’ambiance. Celle-ci est d’ailleurs très réussie. Ce côté 80’s synthé et coloré donne l’impression de parcourir un monde totalement eighties.

Cependant ne vous faites pas avoir par le style ô combien vendeur, Gunbord est un jeu difficile. Très difficile. Il vous faudra plusieurs reprises pour venir à bout des niveaux. Ces derniers rappelant la progression des metroidvania (en plus simple) du moins dans le level-design qui se veut linéaire mais pas totalement et même dans la progression globale des niveaux.

Ces derniers se déroulant dans un vaisseau spatial. Malgré tout, le ultra difficile est à minimiser. Paulsson a tenu à garder une dose d’accessibilité. Lorsque vous mourrez, vous recommencez immédiatement. Les niveaux étant assez courts, cela compense, ne créant ainsi que peu de frustration.

Pour évoquer plus en profondeur le level-design, il vous faudra faire attention au décor. Nombreux sont les pièges présents et en plus de cela vous pourrez accéder à certaines zones pour récupérer des bonus. Le titre ajoute également un petit côté plateformer mais plutôt bien géré tant l’héroïne se manipule avec simplicité.

Côté arme, vous débutez avec une simple épée, mais au fur et à mesure de votre épopée vous ramassez des armes sur les ennemis morts. Celles-ci sont d’ailleurs assez variées et permettent de venir à bout des différents ennemis. Toutefois, petit bémol concernant les boss. Ces derniers sont au nombre de trois et très clairement anecdotique avec de courts dialogues qui le sont tout autant.

Gunborg : Dark Matters est disponible sur PC, PS5, Switch, PS4 et ONE.

RÉSUMÉ

Gunborg Dark Maters est un titre intéressant, rafraîchissant et donnant envie de s’y accrocher durant les petites heures de jeu proposées. Ce n’est clairement pas un GOTY mais Paulsson a au moins le mérite de proposer un titre avec un gameplay aux petits oignons et avec une direction artistique plus que réussi. On notera toutefois le manque de scénario et des boss loin d’être convaincants.

Vous avez aimé ? Partagez :

Rami
Rami
Fils caché de Kurosawa et de Robert Downey Jr, il est à la recherche perpétuelle du meilleur film.Vous le trouverez très souvent dans une salle de cinéma, à toute heure, de jour comme de nuit. Attention, ne jamais nourrir après minuit.

Les favoris

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Gunborg Dark Maters est un titre intéressant, rafraîchissant et donnant envie de s’y accrocher durant les petites heures de jeu proposées. Ce n’est clairement pas un GOTY mais Paulsson a au moins le mérite de proposer un titre avec un gameplay aux petits oignons et avec une direction artistique plus que réussi. On notera toutefois le manque de scénario et des boss loin d’être convaincants.[TEST] Gunborg Dark Matters : Un jeu aussi difficile qu’accessible