Le réalisateur belge Joachim Lafosse n’est pas à son premier essai puisque Continuer est son huitième long-métrage aux côtés de Virginie Efira et Kacey Mottet Klein. C’est également une adaptation du roman de Laurent Mauviginier.

Un cadre rafraîchissant

Pour le coup et ça fait du bien, on sort des sentiers battus avec des décors panoramiques issus du Kirghizistan. L’intrigue débute avec Samuel et Sibylle, les seuls protagonistes du film. Deux personnages tourmentés par le passé, cherchant à recoller les morceaux.
Par le biais de ce voyage qu’elle a organisé au détriment de son fils, elle fera tout pour le retrouver quitte à le bousculer dans ses derniers retranchements et endurer sa colère. La douleur d’un fils et d’une mère, isolés du monde.

Virginie Efira, une fois encore

Assez rare dans le paysage cinématographique, mais Continuer ne dure qu’1H15 sans le générique, très court donc.
Même si ce n’est pas la même histoire, et à contrario du film Un Amour Impossible, Continuer fonctionne là ou ce dernier a échoué. L’alchimie entre les deux acteurs est très bonne. Avec un interprète masculin de qualité, Virginie Efira excelle. On la sent plus concernée et mieux dirigée.

Après une bonne demie-heure, On pense évidemment à un épisode quotidien «En terre inconnue», Samuel et Sibylle traversent les différentes locations du Kirghizistan, et font la rencontre de villageois aux cultures et pratiques différentes.

Continuer est un long-métrage dépaysant malgré quelques défauts – bande-son souvent larmoyante, plans et scènes répétitifs, des clichés – Joachim Lafosse prône la sincérité et l’empathie. Il le doit surtout aux Kacey Mottet Klein et Virginie Efira, excellents.

Le film sortira le 29 Mai prochain en DVD.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.