Les fans de Hideo Kojima et de Metal Gear Solid le savent, le personnage de Snake Plissken interprété par Kurt Russell dans New York 1997 a servi de base pour la création de Snake. Retour sur un personnage iconique de la Pop Culture, Snake Plissken.

S.D. Plissken aka Snake Plissken est le protagoniste des films New York 1997 (Escape from New York) et Los Angeles 2013 (Escape from L.A.). Il est interprété par Kurt Russell, et créé par le réalisateur John Carpenter et le scénariste Nick Castle. C’est un anti-héros. Il est un ancien opérateur/héros de la Special Forces pendant la Troisième Guerre mondiale devenu criminel. Les films font suite à son arrestation par la police américaine et à son recrutement pour extraire du matériel top secret de New York et de Los Angeles – qui, dans ce contexte dystopique, ont été entièrement convertis en prisons à sécurité maximale.

L’histoire de Snake Plissken

Snake Plissken est un ancien lieutenant de l’armée américaine, servant sous l’unité des forces spéciales ‘Black Light’ selon Hauk dans New York 1997. Avec deux Purple Hearts – une médaille militaire américaine, décernée au nom du président des États-Unis, accordée aux soldats blessés ou tués – il est le plus jeune soldat à être décoré par le président américain pour bravoure pendant les missions à Leningrad et en Sibérie durant la troisième guerre mondiale contre les anciennes alliances soviétiques et la guerre Eurasian Union.

Quelque temps plus tard, il s’est tourné vers la criminalité en raison de la trahison perçue du gouvernement des États-Unis pendant la ‘ruse de Leningrad’ – quand il a perdu l’usage de son œil gauche – et quand ses parents ont été brûlés vifs dans leur maison par la police américaine – événements décrits dans la novel de Mike McQuay sur New York 1997. Il a voyagé avec son seul ami de guerre, Bill Taylor. Snake s’est associé avec ses partenaires Harold Hellman – plus tard connu sous le nom de ‘Brain’ – et Fresno Bob. Vers 1993, à Kansas City, Hellman aurait laissé Plissken et Fresno Bob se faire coincer par la police, alors que Fresno Bob a été brutalement torturé et tué par des agents sadiques des forces de l’ordre américaines.

À la suite de l’incident de Kansas City, on croyait généralement dans la communauté criminelle que Plissken était mort. C’est un gag récurrent dans New York 1997 : ‘J’ai entendu dire que tu étais mort‘ (hommage au film de John Wayne, Big Jake). Dans Los Angeles 2013, la blague devient ‘Je pensais que tu serais plus grand‘.

Plissken a un cobra tatoué sur l’abdomen. Il pratique plusieurs styles d’arts martiaux dont le karaté, le taekwondo, le kung-Fu, le kenpo, le jiu-jitsu brésilien, le Krav Maga et le Jeet Kune Do.

Snake se montre très cynique, probablement à cause de l’hypocrisie du gouvernement américain, et semble prêt à tout pour survivre. Il est souvent qualifié par d’autres de misanthrope. Il est laconique, sévère dans son discours, de peu de mots, et ne tient rien de sacré ou même important. Il a cependant un code d’honneur.

Il fait souvent preuve de sang-froid dans des situations extrêmement stressantes. Bien qu’il tue sans remords ni hésitation, il ne tue pas pour le plaisir ou quand ce n’est pas nécessaire. Il est également connu pour son esprit vif et son humour noir.

Escape-from-New-York-1981-Banner-FR-01

Ses apparitions

New York 1997

Snake a été arrêté en 1997 après avoir pénétré par effraction dans la Réserve fédérale américaine à Denver, au Colorado. Il a été condamné à perpétuité à la prison de haute sécurité de New York, c’est-à-dire toute l’île de Manhattan, entourée d’un mur impénétrable, puis abandonné à l’anarchie. A cette époque, Air Force One est détourné et s’écrase sur Manhattan, et le président, joué par Donald Pleasence, est capturé par le ‘duc de New York’ (Isaac Hayes), le chef des prisonniers. Bob Hauk (Lee Van Cleef), le commissaire de police de New York, a offert à Snake une grâce totale pour chaque action criminelle qu’il avait commise aux États-Unis s’il accepte de sauver le président. Le Président avait en sa possession des informations techniques qui permettraient aux États-Unis d’être la puissance mondiale dominante, mais passé 24 heures, cela ne servirait à rien. Hauk a imposé la limite de temps en implantant des capsules explosives microscopiques dans les artères carotides de Plissken, qui exploseraient au delà des 24h. Plissken a sauvé le président avec l’aide de Harold Hellman (Harry Dean Stanton) connu sous le nom de Brain, et travaillant pour le duc de New York, Maggie (Adrienne Barbeau), et un chauffeur de taxi surnommé Cabby (Ernest Borgnine). Seuls Plissken et le Président ont survécu à leur évasion.

The Adventures of Snake Plissken

En janvier 1997, Marvel Comics sort le one-shot The Adventures of Snake Plissken. L’histoire se déroule après New York 1997 et avant sa fameuse évasion de Cleveland mentionnée dans Los Angeles 2013. Snake a volé au Center for Disease Control d’Atlanta quelques métavirus techniques et cherche des acheteurs à Chicago. Se retrouvant dans une affaire qui est vraiment un coup monté, il s’échappe et se venge de l’acheteur pour l’avoir dénoncé à la police des États-Unis. Entre-temps, un laboratoire gouvernemental a construit un robot appelé A.T.A.C.S. (Autonomous Tracking And Combat System) qui peut attraper les criminels en copiant leur personnalité dans son programme afin de prévoir et anticiper chacun des mouvements d’un criminel spécifique. Le premier sujet d’essai du robot est l’ennemi public numéro un de l’Amérique, Snake Plissken. Après une brève bataille, le vent tourne lorsque A.T.A.C.S. copie Snake au point d’adopter pleinement sa personnalité. Reconnaissant maintenant le gouvernement comme l’ennemi, l’A.T.A.C.S. se range du côté de Snake. Snake le détruit. Quand l’A.T.A.C.S. lui demander ‘Pourquoi ?’ Snake s’en va en répondant : ‘Je n’ai pas besoin de compétition’.

John Carpenter’s Snake Plissken Chronicles

Snake Plissken est apparu dans John Carpenter’s Snake Plissken Chronicles, une bande dessinée en quatre parties publiée en 2003 par CrossGen comics et Hurricane Entertainment. L’histoire se déroule le lendemain matin des événements de New York 1997. Snake doit voler la voiture dans laquelle JFK a été assassiné dans un casino et à la livrer à un acheteur sur un yacht. Le travail implique l’association de Snake avec un homme nommé Marrs qui finit par le doubler. Laissé pour mort dans une cage à crabe en train de couler, Snake s’échappe et est heureusement sauvé par un pêcheur de passage nommé capitaine Ron. Ron refuse la demande de Snake d’utiliser son bateau pour battre Marrs au vol, mais quand il finit par sauver Ron d’une mafia russe qui veut de l’argent, Ron change d’avis et aide Snake.

Une fois au casino, Snake se retrouve face à face avec Marrs et ses hommes, qui arrivent en même temps, ce qui se termine par une fusillade à grande vitesse. Snake s’en tire avec la voiture, laissant Marrs se faire prendre par le propriétaire du casino, qui lui propose de ramener sa voiture et de vivre. Après quelques ennuis, Snake parvient enfin à amener la voiture au yacht de l’acheteur avec le bateau de Ron et se fait ensuite attaquer par Marrs. Après l’incendie, le yacht et la voiture sont détruits, Marrs et le capitaine Ron sont morts, et Snake s’échappe en hélicoptère avec les 30 millions de crédits qui lui sont dus pour ce travail.

L’histoire est écrite par William O’Neill, dessinée par Tone Rodriguez et éditée par Jan Utstein-O’Neill.

Los Angeles 2013

Seize ans après son évasion de New York, Snake est de nouveau enrôlé pour une situation similaire, car l’histoire commence avec une intrigue similaire à celle utilisée dans Escape from New York. Cette fois, Snake est obligé de récupérer un disque pour une télécommande qui contrôlait une série de satellites de type EMP. Ces appareils sont positionnés dans le monde entier. Le disque est quelque part à Los Angeles. La ville s’est séparée du continent à la suite d’un tremblement de terre en août 2000 et est devenue une île séparée des États-Unis qui est devenus un État policier totalitaire et théocratique. Snake doit récupérer une boîte noire avec laquelle la fille du président (Cliff Robertson), Utopia (A.J. Langer), est allée à Los Angeles. Le Président dit qu’il se fiche qu’elle soit renvoyée ou tuée, c’est une traîtresse pour son pays. Snake refuse avant qu’on lui dise lui avoir injecté le virus de la plutoxine 7, qui conduira à sa mort dans dix heures. Snake accepte la mission. Il récupère la boîte et semble la rendre au Président ; cependant, lorsque le Président tente de l’activer, il apprend que ce n’est pas la vraie boîte. Snake révèle qu’il a échangé la boîte avec un faux, et utilise rapidement le code ‘666’ pour ‘détruire toute technologie’ dans le monde.

Plusieurs projets annulés pour Snake

Escape from Earth

Avant la sortie de Los Angeles 2013, Carpenter et Russell ont souvent mentionné une seconde suite durant la campagne promotionnelle du second opus. Le concept était que la Terre était le seul endroit où Plissken pouvait encore s’échapper. Le projet d’une nouvelle suite est tombé à l’eau suite au mauvais box office du second opus.

Escape from Mars et Ghosts of Mars

Il se dit que le film Ghosts of Mars de 2001 devait à l’origine être un autre film avec Plissken intitulé ‘Escape from Mars‘. Initialememt, le script aurait été conçu comme une suite potentielle pour Snake Plissken. Intitulée Escape from Mars, l’histoire aurait été sensiblement la même. Cependant, après que Escape from LA n’ait pas réussi à gagner beaucoup d’argent au box-office, le studio ne souhaitait pas faire un autre film sur Plissken. Snake Plissken a ensuite été remplacé par ‘Desolation Williams’ et le studio aurait également insisté pour que Ice Cube reçoive le rôle.

Un jeu vidéo

En plus de la bande dessinée, d’autres projets de Snake Plissken Chronicles ont été annoncés. Un jeu vidéo produit par Namco a été annoncé, mais a par la suite été annulé, peut-être à cause du décès de Debra Hill, la co-scénariste des films.

En effet, en 2003 un jeu vidéo avec Snake Plissken est annoncé par Namco. Développé par Namco Hometek (Dead to Rights, kill.switch), le jeu aurait du être le premier opus d’une série de jeux, dont la sortie était prévue pour Noël 2005. Kurt Russell devait également donner sa voix au personnage.

André Emerson, producteur principal pour Namco Hometek Inc., confiait à l’époque :

Snake Plissken est une icône de la culture pop et le portrait de Kurt Russell sur Snake a servi de modèle à de nombreux héros d’action. L’opportunité d’étendre le personnage de Snake Plissken à travers une franchise de jeux vidéo est un rêve devenu réalité pour nous. Nous allons nous associer directement avec les créateurs de séries John Carpenter, Debra Hill et Kurt Russell pour créer un univers dangereux où les joueurs pourront vivre directement les aventures passées, présentes et futures de Snake.

Debra Hill, productrice, ajoutait : ‘Je suis ravie que Snake Plissken Chronicles soit bientôt un nouveau jeu d’action passionnant de Namco. Cette réinvention de Snake dans un monde multimédia qui n’existait pas il y a 20 ans ne fait que renforcer notre conviction que le personnage est universel dans son charme et sans âge sur le marché.

Intitulé ‘Snake Plissken’s First Escape‘, le jeu aurait exploré une partie de la mythologie de Plissken avant les évènements de New York. Si le titre n’a jamais vu le jour, un aperçu du gameplay est disponible sur la toile.

Et voici les maquettes du disc et de la jaquette du jeu Snake Plissken’s First Escape.

Un long-métrage animé

Production I.G, mieux connu pour son travail sur Ghost In In The Shell, Appleseed, Neon Genesis Evangelion et les segments d’animation de Kill Bill Vol. 1, devait également créer un film d’animation basé sur le personnage. Apparemment basé sur le concept d’Escape From Earth que John Carpenter et Kurt Russell avaient conçu, mais cela ne s’est jamais concrétisé. John Carpenter et Kurt Russell auraient assurés la production exécutive et Russell aurait fourni la voix et la ressemblance de Snake. John Carpenter devait également composé la musique.

Le projet devait prendre la forme d’un long-métrage animé de 80 à 90 minutes. Le scénario du film animé était signé par Corey Mitchel et William Wilson sous la supervision de John Carpenter, Debra Hill et Kurt Russel. Mitsuro Hongo, un vétéran de l’anime, devait réaliser le film dont le titre de travail était ‘Snake‘. Le réalisateur est connu pour des projets comme Outlaw Star, Sakura Wars, Kasumin, World Trigger, Space Battleship Yamato 2199 et avait également travaillé sur le premier épisode de Cowboy Bebop.

Snake n’a jamais vu le jour. Apparemment une bande-annonce teaser existerait et serait disponible dans une version DVD de New York 1997, impossible de mettre la main dessus sur la toile.

Pour le moment, seulement quelques concept art sont disponibles (Via aintitcool).

Un remake pour New York 1997

– Le 13 mars 2007, il a été annoncé que Gerard Butler jouerait le rôle de Snake Plissken dans un remake d’Escape from New York. Kurt Russell, ainsi que de nombreux fans, n’ont pas approuvé.

– En juin 2008, une rumeur a circulé selon laquelle le projet se poursuivait avec Josh Brolin dans le rôle de Snake Plissken, mais le projet s’est retrouvé en development hell.

– Le 12 octobre 2015, la 20th Century Fox a engagé le créateur de Luther, Neil Cross, pour écrire le scénario du film.

– En mars 2017, il a été annoncé que Robert Rodriguez réalisera le film.

– En février 2019, un nouveau développement a fait surface lorsque Leigh Whannell a été engagée pour écrire un nouveau scénario, avec la possibilité de remplacer Rodriguez à la direction.

Snake Plissken et Metal Gear Solid

Le personnage de Solid Snake – par la suite celui de Big Boss qui est aussi un Snake – est fortement inspiré par Snake Plissken. Par ailleurs, l’introduction de Metal Gear Solid – quand Snake arrive à Shadow Moses – est quasiment identique au début de Los Angeles 2013, lorsque Plissken arrive à Los Angeles.

Dans Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty, Solid Snake se nomme lui-même ‘Iroquois Pliskin’ lors de sa première rencontre avec Raiden, Iroquois étant un mot qui signifie ‘Serpent’.

Hideo Kojima n’a jamais caché s’être inspiré du personnage de John Carpenter pour la création de Snake. Le papa de MGS avait même demandé l’autorisation au réalisateur. Carpenter a confié au site Computer and Video Games (Via Aimgehess) : ‘Hideo Kojima m’a écrit et a demandé ma bénédiction sur le jeu. Je lui ai répondu: pourquoi pas? C’est un homme très gentil.

Mais saviez-vous que Canal Plus souhaitait attaquer Hideo Kojima pour plagiat ?

C’est John Carpenter qui a révélé l’information au Hollywood Reporter en 2015.

Pour la petite histoire, à cette époque, la société EuropaCorp de Luc Besson a été condamnée à verser 80 000 euros à John Carpenter et Canal Plus pour plagiat. Le film Lock Out – sorti en 2012 – de James Mather (II) et Stephen St. Leger avec Guy Pearce, Maggie Grace et Vincent Regan reprenait les grandes lignes de New York 1997.
Dans la même logique, Canal Plus souhaitait aussi attaquer Hideo Kojima et John Carpenter s’y est opposé.

Dans d’autres nouvelles d’Escape From New York, vous avez récemment poursuivi Luc Besson devant un tribunal français pour violation du droit d’auteur.

Ils ne nous ont pas donné beaucoup d’argent.

Je pense que c’était quelque chose comme un règlement de 80 000 euros, dont 20 000 vous ont été versés ? Combien vous vouliez ?

Je n’en ai aucune idée. CanalPlus est la société qui, avec moi, possède Escape From New York. Ils sont venus me voir et m’ont dit : ‘Luc Besson t’a arnaqué en lock-out.’ Ou Lockdown, peu importe ce que c’était. Et ils m’ont envoyé le film, et oui, il l’a fait. C’est la même histoire. Je veux dire, tu ne peux pas faire ça, n’est-ce pas ? Tu dois changer certaines choses. Il en a après la fille du président ? Allez, viens. Je l’ai donc poursuivi en justice en France.

Ce qui est génial, c’est que je n’avais rien à faire, vraiment. C’est le genre de travail que j’ai toujours voulu – où vous n’avez pas à vous présenter et où quelque chose arrive. Et nous avons gagné ! Mais tous les grands rêves de retraite des riches ont été brisés parce qu’ils ne nous ont pas donné autant d’argent que CanalPlus le voulait. Ils voulaient attraper Luc Besson. Ils n’ont pas aimé ça. (CanalPlus a demandé 3 millions d’euros dans le procès.)

CanalPlus a un problème avec Luc Besson ?

Oui ! Oh, oui, oui. Il a une autre société. Mais je pense qu’ils font aussi affaire avec lui. CanalPlus voulait aussi s’attaquer au jeu vidéo Metal Gear Solid, qui est une sorte d’escroquerie d’Escape From New York, aussi, mais je leur ai dit de ne pas le faire. Je connais le directeur de ces jeux, et c’est un type bien, ou du moins il est gentil avec moi.

Références dans d’autres médias

Dans Duke Nukem 64 au niveau 3 (Le Couloir de la Mort) il est possible de trouver le corps mutilé de Snake Plissken. Ce faisant, Duke murmure : ‘Je suppose qu’il ne s’est pas échappé de L.A.‘.

– Dans Contra ReBirth, le personnage humanoïde en forme de serpent Pliskin est un hommage à Snake Plissken. De plus, il fait un discours similaire à celui de Snake à la fin du film, s’abstenant de tuer son employeur parce qu’il était ‘trop fatigué’.

– Dans le vidéoclip ‘New Lands’ de Justice, on peut voir Snake Plissken diriger une ‘jeune’ équipe contre ees ‘pros’ dans un sport qui est une combinaison de football, baseball, roller derby, et autres. Snake marque le point gagnant à la fin de la partie.

– Dans la bande dessinée ‘Deadpool : Merc with a Mouth‘, numéro 12, Snake Plissken est cité en référence, car les personnages principaux se fraient un chemin sur les débris d’un New York détruit.

– Snake est un personnage jouable dans le jeu Broforce. Plissken est appelé Snake Broskin.

– ‘Snake’ et ‘Plissken’ sont des noms que Codsworth peut dire dans Fallout 4.

– Dans la série télévisée Titans, Jason Todd utilise une fausse carte d’identité sous le nom de Robert Plissken pour essayer d’entrer dans une boîte de nuit.

Nous sommes arrivés à la fin de ce dossier consacré aux origines de Snake Plissken. Le personnage devrait tout naturellement revenir sur nos écrans dans les prochaines années. La question est qui sera en mesure de succéder à Kurt Russell dans la peau de l’anti-héro ? N’hésitez pas à réagir dans les commentaires et sur nos réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.