Sorti en 1982, Blade Runner de Ridley Scott est aujourd’hui reconnu comme une œuvre culte. Inspiré librement du roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? écrit par Philip K. Dick en 1966, Blade Runner connait un échec commercial et critique lors de sa sortie.

Avec les années, Blade Runner gagne en notoriété notamment avec une version director’s cut approuvée par Ridley Scott en 1992. Le film devient une référence de la science-fiction, du mouvement cyberpunk et de la Pop Culture. Il existe de nombreuses versions du film de Ridley Scott, dont une avec des plans inutilisés de Shining.

Il existe sept versions différentes de Blade Runner qui ont été projetées pour tester le public ou en salle. Les plus connus sont le Workprint – une version de travail d’un film, utilisée lors des phases de montage et de postproduction -, le U.S. Theatrical Cut, le International Cut, le Director’s Cut et le Final Cut. Ces cinq versions sont incluses à la fois dans l’édition 2007 sur les cinq disques de la version Ultimate Collectors Edition et dans l’édition collector du 30e anniversaire de 2012. Il existe aussi le San Diego Sneak Preview Cut, qui n’a été montré qu’une seule fois lors d’une avant-première et le U.S. Broadcast Cut, qui a été monté pour la télévision. Dans le documentaire de 2007 Dangerous Days : The Making of Blade Runner, il est fait référence au réalisateur Ridley Scott présentant une huitième version, un « Early Cut » de près de quatre heures, qui n’a été montré qu’au personnel du studio.

Voici une chronologie de ces différentes versions.

Blade Runner : Workprint Prototype Version (1982)

La version ‘Workprint’ (1982, 113 minutes) a été montrée à Denver et Dallas en mars 1982. Il a également été vu en 1990 et 1991 à Los Angeles et San Francisco comme un Director’s Cut sans l’approbation du réalisateur Ridley Scott. Les réactions négatives aux avant-premières d’essai ont conduit aux modifications qui ont abouti à la US theatrical version, tandis que les réactions positives aux projections de 1990 et 1991 ont poussé le studio à approuver le travail sur le Director’s Cut. Cette version a été rééditée en 2007 dans le cadre de Ultimate Collectors Edition de cinq disques.

Les principales différences entre le Workprint et la plupart des autres versions (dans l’ordre chronologique) sont :

– Les réplicants sont présentés au début du film comme « des humains synthétiques aux capacités paraphysiques, conçus avec des cultures cellulaires de peau et de chair » ; cette description n’est pas présente dans les quatre autres versions DVD.
– La séquence d’ouverture expliquant l’histoire des réplicants n’est pas présente dans cette version.
– Quand Deckard, pris dans un état dépressif, joue du piano, il n’y a ni licorne ni musique de fond dans son rêve. La licorne rêvée a été ajoutée au Director’s Cut et au Final Cut.
– La mort de Batty est montrée différemment, de loin, Deckard le regardant alors que le réplicant agonise. Il existe aussi une version alternative dans laquelle Deckard commente la scène : « Je l’ai regardé mourir toute la nuit. C’était long, lent… Et il s’est battu tout le long. A aucun moment, il n’a gémi, ou abandonné. Il prit tout le temps qu’il avait, comme s’il aimait la vie. Il en a goûté chaque seconde, même dans la douleur. Et puis il est mort. »
– Il n’y a pas de « happy end » ; le film se termine lorsque les portes de l’ascenseur de l’appartement de Deckard se ferment quand lui et Rachel partent.
– Il n’y a pas de générique de fin. Les mots « The End » sont simplement montrés pendant que la musique de sortie joue.

Blade Runner : San Diego sneak preview version (1982)

Une avant-première de San Diego montrée une seule fois en mai 1982. Cette version est presque identique à la U.S. Theatrical Cut de 1982, sauf qu’elle comprenait trois scènes supplémentaires non montrées auparavant ou depuis, y compris dans la version Final Cut (2007).

Blade Runner : US Theatrical Release (1982)

La version cinéma américaine (1982, 116 minutes), connue sous le nom de version originale ou Domestic Cut, est également sortie sur Betamax et VHS en 1983. Cette version est restée inédite sur DVD pendant de nombreuses années. Cette version (avec le montage international) a été rééditée dans le cadre de l’Ultimate Edition à cinq disques en 2007, présentée dans le même transfert vidéo et audio que la version remasterisée Director’s Cut de 2006.

La version cinéma américaine de 1982 publiée par le studio comprenait la « fin heureuse » et avec l’ajout de la voix off de Harrison Ford. Bien que plusieurs versions différentes du scénario aient inclus une sorte de narration, Harrison Ford et Ridley Scott ont décidé d’ajouter des scènes pour fournir l’information ; mais les financiers ont réécrit et réinséré la narration pendant la post-production après que les spectateurs aient indiqué des difficultés à comprendre le film. Ridley Scott n’avait pas le privilège du montage final pour la version sortie en salle. Harrison Ford déclarait en 1999 : « Je l’ai contesté avec force à l’époque« . Il a été suggéré que Harrison Ford avait intentionnellement mal interprété la voix off, dans l’espoir qu’elle ne soit pas utilisée, mais dans une interview accordée en 2002 au magazine Playboy, l’acteur a déclaré déclaré : « Je l’ai livré au mieux de mes capacités, étant donné que je n’avais pas mon mot à dire. Je ne pensais pas qu’ils l’utiliseraient. Mais je n’ai pas essayé de le saboter. » Les plans aériens du « happy end » n’ont pas été filmés par Ridley Scott, il s’agit des plans aériens inutilisés de Stanley Kubrick pour The Shining.

Le « Happy Ending » fait référence à la scène après que Deckard et Rachael aient quitté l’appartement. Gaff épargne la vie de Rachael, lui permettant ainsi qu’à Deckard de s’échapper des confins nauséabonds de Los Angeles. Ils s’enfoncent dans un paysage naturel, et Deckard nous informe que malgré ce que Gaff avait dit « C’est dommage qu’elle ne puisse pas vivre, mais qui le sait ?« ), Rachael n’a pas la limite intégrée de quatre ans de vie que les autres réplicants ont.

Blade Runner : International Theatrical Release (1982)

Le montage international (1982, 117 minutes), également connu sous le nom de « Criterion Edition » ou version intégrale, comprenait trois scènes d’action plus violentes que la version théâtrale américaine. Bien qu’initialement indisponible aux États-Unis et distribué en Europe, en Australie et en Asie par le biais des sorties en salles et locales de disques laser Warner Home Video, il est ensuite sorti sur VHS et Criterion Collection Laserdisc en Amérique du Nord, et réédité en 1992 en tant qu' »édition 10e anniversaire« . HBO a diffusé cette version aux États-Unis dans les années 1980 et 1990 et en 2015.

Cette version est similaire à la sortie en salles américaine, mais elle est plus violent dans trois scènes spécifiques qui ont été insérées plus tard dans le Final Cut.

Blade Runner : US Broadcast Version (1986)

La version diffusée à la télévision américaine (1986, 114 minutes) était la version cinéma américaine éditée par la société de télévision CBS pour atténuer la violence, le blasphème et la nudité afin de respecter les restrictions de diffusion. Cette version est précédée d’un « teaser du film du samedi soir » de CBS qui explique le principe du film, indiquant clairement que Deckard n’est pas un réplicant, et qui affirme « Blade Runner : Où l’amour pourrait être le péché le plus mortel« . Dans cette version, le texte initial au début du film expliquant ce qu’est un réplicant « Early in the 21st Century… » est lu par un annonceur anonyme, ce n’est pas Harrison Ford.

Le texte actuel du texte d’ouverture est différent de celui de la sortie en salles aux États-Unis en 1982 : « Au début du 21e Siècle, les robots appelés des Réplicants, ont été créés comme hors du monde de l’esclavage et identique à l’homme. Les Réplicants ont une force et une agilité supérieure et une intelligence au moins égalant celles de leurs créateurs. Après une sanglante mutinerie, les Réplicants ont été déclarées illégaux sur la Terre. Un groupe de police spécial, les unités Blade Runner, ont pour ordre de tirer pour tuer les Réplicants intrus. Ce n’était pas appelé une exécution. Il appelaient ça, « un retrait »« .

Blade Runner : The Director’s Cut (1991)

La version Director’s Cut (1991, 116 minutes) a été approuvée par Ridley Scott à la suite de la sortie en salle non autorisée en 1990-1991 de la version Workprint du film. Le Director’s Cut contenait des changements importants par rapport à la version cinéma ‘Workprint’. Ridley Scott a fourni de nombreuses notes et consultations à Warner Bros. bien que Michael Arick, restaurateur et conservateur de films, ait été chargé de créer le Director’s Cut.

En octobre 1989, Michael Arick découvre une copie de 70 mm de Blade Runner dans les chambres fortes de Todd-AO en cherchant des images pour Gypsy. Quelque temps plus tard, le ‘Workprint’ est redécouvert par deux autres conservateurs de films dans la même chambre forte en cherchant des images de Alamo.

Lorsque le Cineplex Odeon Fairfax Theater de Los Angeles a appris cette découverte, la direction du théâtre a obtenu la permission de Warner Bros. de projeter la copie pour un festival de films qui se tiendra en mai 1990. Jusqu’à la projection, personne ne savait que ce tirage était la version ‘Workprint’ du film. En raison de cette surprise, Warner Bros. a réservé d’autres projections du film maintenant annoncé « Director’s Cut » de Blade Runner dans 15 villes américaines.

Ridley Scott a publiquement désavoué cette version ‘Workprint’ du film en tant que « Director’s Cut », citant le fait qu’il avait été grossièrement monté, qu’il manquait une scène clé et que le point culminant n’était pas la partition composée pour le film par Vangelis. Il s’agit d’un morceau temporaire utilisant la partition de Jerry Goldsmith de Planet of the Apes. En réponse à l’insatisfaction de Ridley Scott, Warner Bros. a présenté des projections théâtrales de la version ‘Workprint’ dans certaines villes, bien qu’elle ait joué au NuArt Theater de Los Angeles et au Castro Theatre de San Francisco à partir de fin 1991.

En réponse aux projections à guichets fermés de l’œuvre – et aux projections du montage théâtral à Houston et Washington, D.C. – et à la popularité grandissante du film au début des années 90, Warner Bros. a décidé de monter une version définitive du film – sous la direction de Ridley Scott – pour une nouvelle sortie officielle en salle en 1992.

Warner Bros. a embauché Michael Arick, qui faisait déjà du travail de consultation pour l’entreprise, pour diriger le projet avec Ridley Scott. Il a commencé par passer plusieurs mois à Londres avec Les Healey, qui avait été l’assistant du monteur de Blade Runner, pour tenter de dresser une liste des changements que Ridley Scott voulait apporter au film. Il a également reçu un certain nombre de suggestions/directives directement du réalisateur lui-même. Quatre changements majeurs ont été apportés à la version cinéma originale :

– Le retrait des 13 voix off explicatives de Deckard.

– L’insertion d’une séquence onirique d’une licorne courant à travers une forêt. La séquence originale du rêve de Deckard entrecoupée de la licorne qui court, n’a pas été trouvée dans un tirage d’une qualité suffisante. Michael Arick a donc été contraint d’utiliser un tirage différent qui ne montre que la licorne en cours d’exécution, sans aucun intercoupement avec Deckard. Cette scène de licorne suggère une interprétation complètement différente à la fin du film : La licorne d’origami de Gaff implique que les rêves de Deckard lui sont connus, ce qui implique que les souvenirs de Deckard sont artificiels et qu’il est donc une réplique de la même génération que Rachael.

– Le retrait du « happy end » imposé par le studio, y compris certains visuels associés qui avaient à l’origine couru sous le générique de fin du film. Le film s’est donc terminé de façon ambiguë lorsque les portes de l’ascenseur se sont fermées.

Ridley Scott s’est plaint depuis que les contraintes de temps et d’argent, ainsi que son obligation envers Thelma & Louise, l’ont empêché de réoutiller le film d’une manière totalement satisfaisante. Bien qu’il soit plus satisfait de la sortie du film en 1992 que de sa version originale en salle, il ne s’est jamais senti aussi à l’aise avec sa version définitive de réalisation.

En 2000, Harrison Ford a donné son point de vue sur le montage du film par le réalisateur, où il a dit que même s’il le trouvait « spectaculaire« , il ne l’a pas « touché du tout ». Il a donné une brève raison : « Ils n’ont rien mis, donc c’est encore un exercice de conception« .

Le Director’s Cut a été mis à disposition sur VHS et disque laser en 1993 et sur DVD en 1997. Il a été réédité en 2007 dans le cadre de l’Ultimate Edition à cinq disques.

Le DVD original à un seul disque sorti en mars 1997, avec des versions panoramique et écran large sur les différents côtés du disque, a été l’un des premiers DVD sur le marché. Le DVD était un disque de base de qualité vidéo et audio médiocre, provenant du laserdisc de 1993, et sans caractéristiques particulières.

En 2006, Warner Home Video a réédité le Director’s Cut avec une qualité d’image et de son remasterisée, la vidéo provenant d’un nouveau master 2K et l’audio d’un nouveau remix 5.1. Il s’agit du transfert vidéo et audio des versions théâtrales, internationales et du montage du réalisateur inclus dans l’édition collector Ultimate à cinq disques de Blade Runner.

Blade Runner : The Final Cut (2007)

Le Final Cut de Ridley Scott (2007, 117 minutes), ou l’édition du 25e anniversaire, sorti brièvement par Warner Bros. le 5 octobre 2007 en salle, puis sur DVD, HD DVD et Blu-ray en décembre 2007 (Royaume-Uni le 3 décembre ; États-Unis le 18 décembre) est la seule version sur laquelle Ridley Scott avait un contrôle artistique complet, car la production du Director’s Cut ne lui a pas confié directement la responsabilité. En conjonction avec le montage final, des documentaires et d’autres documents ont été produits pour les sorties de vidéos maison, culminant en une sortie de cinq disques « Ultimate Collector’s Edition » par Charles de Lauzirika.

Ridley Scott a trouvé le temps, au milieu de l’année 2000, de participer à l’élaboration d’une version finale et définitive du film avec le producteur de restauration Charles de Lauzirika, qui n’a été que partiellement achevée à la mi-2001, avant que des problèmes juridiques et financiers ne forcent l’arrêt des travaux.

Après plusieurs années de litiges, Warner Bros. a annoncé en 2006 qu’elle avait finalement obtenu tous les droits de distribution du film et qu’il y aurait une sortie en trois étapes :

– Une réédition en single-disque remasterisé numériquement de la version du réalisateur de 1992 est sortie le 5 septembre 2006 aux Etats-Unis, le 9 octobre 2006 en Irlande et au Royaume-Uni, et dans les mois suivants en Europe continentale. Il contenait une bande-annonce pour le Final Cut.
– La version finale du film de Ridley Scott a commencé une sortie en salle limitée à New York et Los Angeles le 5 octobre 2007; à Washington D.C. au Uptown Theatre le 26 octobre 2007; Chicago le 2 novembre 2007; à Toronto le 9 novembre 2007 au Theatre D Digital’s Regent Theatre; Sydney, Australie au Hayden Orpheum le 8 novembre 2007; Melbourne, Australie le 15 novembre 2007 au The Astor Theatre; Brookline au Coolidge Corner Theater le 16 novembre 2007 et Austin, Texas le 18 novembre 2007. Un coffret multidisques est sorti sur les formats DVD, HD DVD et Blu-Ray.

Le coffret comprenait le ‘Workprint’, les deux versions théâtrales originales de 1982 – coupures nationales américaines et internationales non censurées – le montage du réalisateur remanié en 2006, le montage final de 2007 – entièrement restauré à partir du négatif original et soumis à un nouveau transfert approuvé par le réalisateur, avec des séquences 35 mm numérisées en 4K ou 6K selon le type de caméra Panavision filmé et des éléments 65 mm numérisés en résolution 8K et un mixage 5.1 entièrement nouveau, tiré des éléments de la piste d’origine mais complètement restauré et soumis aux derniers standards audio, et plusieurs heures de bonus.

Le coffret est sorti en Europe le 3 décembre 2007 et aux Etats-Unis le 18 décembre 2007. Des ensembles de deux et quatre disques ont également été lancés, contenant certaines des caractéristiques de l’ensemble de cinq disques.

Le 10 novembre 2008, la première de The Final Cut a eu lieu sur la chaîne Sci-Fi.

Un DVD intitulé All Our Variant Futures a présenté le tournage de la version Final Cut, y compris des séquences en coulisse du fils de Harrison Ford, Ben Ford, et le tournage de nouvelles scènes pour le Final Cut. Selon le documentaire, l’actrice Joanna Cassidy a suggéré de refilmer la scène de la mort de Zhora alors qu’elle était interviewée pour le documentaire Dangerous Days: Making Blade Runner et les images de sa suggestion sont entrecoupés d’images de sa participation à la séance d’enregistrement numérique qui suivra.

Le Final Cut contient la version intégrale originale du rêve de la licorne, qui n’avait jamais été dans aucune version, et a été restaurée. De plus, toutes les scènes de violence supplémentaires et les montages de rechange de la coupure internationale ont été insérés.

Le Final Cut a été réédité sur Blu-ray Ultra HD le 5 septembre 2017, un mois avant la sortie en salles de Blade Runner 2049. Cette sortie comprend les éditions Blu-ray standard de The Final Cut avec le montage théâtral américain, le montage international et le montage du réalisateur, ainsi que le documentaire Dangerous Days sur DVD.

Source

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.