Sorti en 1995, Heat est l’un des films favoris de la rédaction et clairement l’un des meilleurs films Policier jamais réalisé. Le long-métrage de Michael Mann confronte deux monstres sacrés du cinéma, Robert De Niro et Al Pacino, alors au sommet de leur art.

La chasse au chat et à la souris. La scène emblématique du diner. La fusillade épique. Ces choses sont vraiment arrivées.

De L.A. Takedown à Heat

Le 27 août 1989, la chaîne NBC diffuse un téléfilm policier, L.A. Takedown ou encore Made in L.A., réalisé par Michael Mann avec Scott Plank (Vincent Hanna) et Alex McArthur (Patrick McLaren). Avec un scénario de 180 pages, Michael Mann n’a pas pu adapter pour la télévision correctement son projet. Six ans plus tard, Michael Mann a la possibilité de l’adapter en long-métrage, Heat.

michael-mann-l.a.-takedown-vincent-hanna-scott-plank-parick-mclaren-alex-mcarthur

L’histoire de Heat, et du téléfilm L.A. Takedown avant lui, est basé en partie d’une affaire criminelle s’étant déroulée à Chicago au début des années 1960. Le personnage de Vincent Hanna, joué par Al Pacino, est inspiré de l’inspecteur Chuck Adamson qui a traqué et tué le véritable Neill McCauley en 1963. Quant au personnage de Nate joué par Jon Voight est inspiré d’Edward Bunker, un ancien truand de Los Angeles reconverti en romancier spécialisé dans le polar.

Du côté du casting, Mel Gibson, Nick Nolte et Jeff Bridges, Kevin Costner ont été pressentis pour les rôles de Vincent Hanna et Neil McCauley. Avant que Val Kilmer signe pour le rôle de Chris Shiherlis, plusieurs acteurs ont été approchés pour camper le personnage : Keanu Reeves, Johnny Depp, Jean Reno et Brad Pitt. Pour le rôle de Justine Hanna, avant que Diane Venora ne soit choisie, le personnage a été initialement écrit pour Gong Li – qui a refusé – et fut aussi proposé à Madeleine Stowe.

Avant d’accepter le rôle de Nate, John Voight a refusé de jouer dans le film, il a été alors proposé à Kris Kristofferson et James Caan. Avant que Kevin Gage ne signe pour le rôle Waingro, le rôle a été proposé à Ted Levine, mais l’acteur ne voulait pas être catalogué comme acteur qui joue les méchant. Ted Levine décide alors de jouer Bosko. Toujours au sujet du personnage de Waingro, Xander Berkeley l’interprétait dans le téléfilm L.A. Takedown, l’acteur est de retour dans Heat, mais joue cette fois l’amant de la femme de Vincent Hanna. Enfin, avant que Tom Sizemore signe pour le rôle de Michael Cheritto, celui-ci a été proposé à Michael Madsen, Don Johnson, William Petersen et Jean-Claude Van Damme. Vous imaginez JCVD dans un film de Michael Mann ?

La vraie histoire derrière Heat

Nos confrères de filmschoolrejects reviennent en détail sur l’origine du projet de Michael Mann. Comme indiqué plus haut, Michael Man c’est inspiré de l’histoire de Chuck Adamson. Les passionnés de la Pop Culture connaissent le nom de Chuck Adamson grâce à son travail à la télévision. Après un passé de détective, dans les années 1980, il a créé la série Crime Story et a écrit quelques épisodes de la Miami Vice avec Michael Mann avant que le réalisateur dirige un film en 2006 avec Colin Farrell et Jamie Foxx. Chuck Adamson est apparu dans quelques projets au cinéma et à la télévision comme Thief, Le Flic de Beverly Hills Cop et The Stand. Chuck Adamson était également un bon ami de Michael Mann et un consultant pour le directeur sur divers projets.

chuck-adamson-neil-mccauley

En 1964, Chuck Adamson s’est lancé dans une poursuite obsessionnelle du vrai Neil McCauley (Robert De Niro dans Heat), un criminel à Chicago. Neil McCauley a plongé dans le banditisme dès son plus jeune âge. Il a purgé trois peines d’emprisonnement à l’âge de 20 ans. Par la suite, il a passé la majeure partie de sa vie d’adulte en prison et hors de prison, car il retombait toujours dans ses vieilles habitudes lorsqu’il était libéré de prison.

Depuis les 60’s Chuck Adamson surveillait Neil McCauley. Le détective avait le sentiment que McCauley allait retomber dans ses vieilles habitudes, alors il a gardé un œil sur lui et sur son équipe. Son intuition s’est finalement avérée vraie, et dès qu’ils ont commencé à commettre des vols, il les a découverts.

Tout cela s’est terminé le 25 mars 1964. Neil McCauley et son équipe ont cambriolé une épicerie et se sont enfuis en espérant s’évader avec audace. Malheureusement pour eux, ils ignoraient que Chuck Adamson et son équipe avaient bloqué leurs sorties potentielles de la scène du crime. Une fusillade débute et conduit Neil McCauley à se faire tirer six fois dessus avant d’être tué par Adamson.

Certains des braquages du film sont basés sur des incidents réels qui ont eu lieu pendant cette période. Le vol du véhicule blindé et l’opération avortée de l’entrepôt ont vraiment eu lieu. De plus, M. McCauley a également abandonné un entrepôt parce qu’il savait que son équipe était surveillée après avoir entendu l’un des agents de police qui l’observait faire du bruit.

La célèbre scène de la rencontre du bar dans Heat est basé sur une rencontre entre Adamson et McCauley. Cette scène met en scène deux acteurs au sommet de leur art et montre que leurs personnages partagent une compréhension et un respect mutuel l’un pour l’autre. Comme si ce sont les deux faces d’une même médaille.

Vincent Hanna : On est ici tous les deux, toi et moi, comme deux types vraiment ordinaires. Toi, tu fais ton truc comme tu le sens, et moi je fais la même chose. Et bien qu’on se soit vus face-à-face, si je suis là-bas et que je dois te neutraliser, ça me plaira pas mais je le ferai. Si j’ai à choisir entre toi et un pauvre malheureux qui a une femme dont tu t’apprêtes à faire une veuve, mon pote, je serai forcé de te descendre.

Neil McCauley : Mais y a le revers de la médaille comme toujours. Parce qu’admettons que je me retrouve coincé et que moi je doive te descendre, quoi qu’il arrive, je te laisserai pas me barrer la route. On s’est vus face-à-face, c’est vrai, mais crois pas que j’hésiterai, pas l’ombre d’une seconde.

La conversation qui se déroule dans le film est presque mot pour mot la même que l’échange de Neil McCauley et Chuck Adamson pendant leur rencontre. Dans une interview publiée dans le livre de Steven Rybin, ‘Michael Mann : Crime Auteur‘, le réalisateur a développé la relation entre le détective et le voleur :

Chuck avait respecté le professionnalisme du gars – c’était un très bon voleur, ce qui est excitant pour un détective, et il essayait de réduire les risques au minimum – mais en même temps, c’était un sociopathe au sang froid qui vous tuait dès que vous le regardiez – si nécessaire…

Il continue :

Chuck traversait des crises dans sa vie, et ils ont fini par avoir une de ces conversations intimes que vous avez parfois avec des étrangers. Il y avait une vraie relation entre eux, mais les deux hommes ont reconnu verbalement que l’un tuerait probablement l’autre.

Michael Mann était clairement fasciné par le lien étrange entre Neil McCauley et Chuck Adamson, et cela a servi de rampe de lancement pour les thèmes de la solitude et de la dualité qui imprègnent Heat. Bien qu’ils vivent aux antipodes de la loi, les personnages de Al Pacino et de Robert De Niro se ressemblent. Tous les deux sont des professionnels dans leur travail respectif, mais ils sont rongés par leur mode de vie.

24 ans après sa sortie, Heat n’a pas pris une ride et demeure la référence absolue du film Policier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.