La chaîne Youtube Pop N Chill revient sur la Success Story de la franchise Fast and Furious.

Après Amalgam Comics, l’univers partagé de Marvel et DC Comics dans lequel nous retrouvons la fusion de Batman avec Wolverine, intéressons-nous à Just Imagine ou quand Stan Lee a réinventé les héros de DC Comics à la sauce Marvel.

Just Imagine… est une série de bandes dessinées publiée par DC Comics. Il s’agit de la seule œuvre réalisée pour DC Comics par Stan Lee, co-créateur de nombreux personnages populaires de Marvel Comics, dans laquelle il a réimaginé plusieurs super-héros DC, dont Superman, Batman, Wonder Woman, Aquaman, Green Lantern et Flash. Dans le cadre d’une blague interne, Lee a changé plusieurs des noms civils de la plupart des super-héros de DC en noms allitératifs, en référence à la pratique de Lee lorsqu’il a nommé des personnages de Marvel Comics.

Dans le multivers DC original d’avant la crise, il a été établi que ces personnages existaient sur la Terre-901. Dans la série de livres The Multiversity de Grant Morrison (2014-2015), il a été établi depuis que ces personnages existent sur la Terre 6. Just Imagine… se compose de 13 numéros dont cinq, ceux consacrés à Batman, Superman, Catwoman, Wonder Woman et Robin, ont été publiés en France par Semic.

Les différents numéros de Just imagine

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Aquaman, le biologiste marin Ramon Raymond fait des expériences avec de l’ADN de dauphin pour voir si les humains peuvent vivre sous l’eau et décide de se servir de lui-même comme cobaye. Mais lorsqu’il traverse à la nage une zone d’eau de mer lumineuse, il découvre qu’il peut désormais se transformer en un être d’eau vivante. Cette version est co-créée avec Scott McDaniel et est basée sur le personnage de Mort Weisinger et Paul Norris.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Batman, Comme l’original, ce Batman n’a pas de superpouvoirs. Contrairement à Bruce Wayne, Wayne Williams est afro-américain et non caucasien. Il est en excellente condition physique et dispose d’une vaste fortune personnelle, ce qui lui permet d’avoir accès à un équipement personnalisé, notamment des lentilles de vision nocturne, un costume en Kevlar, des capteurs pour amplifier le son et une cape hybride wingsuit/hang glider pour planer. Le père de Wayne Williams était un policier qui a été tué dans une embuscade. Wayne est piégé pour un crime, alors il jure de se venger de « Handz », le chef de gang qui l’a piégé. En prison, Williams se lie d’amitié avec un scientifique nommé Frederick Grant, qui lui apprend à « développer son esprit », ainsi que la couture et le bodybuilding. Pendant son incarcération, Williams apprend que sa mère est également décédée et il en rend Handz responsable. Après avoir sauvé le directeur de la prison lors d’une émeute, il bénéficie d’une grâce totale. À l’extérieur, Williams fuit Handz, alors, pour faire un profil bas, il se rase la tête. Williams a besoin d’argent, alors il devient catcheur sous le nom de Batman, sans jamais se démasquer en public. En quelques semaines, Batman est devenu une superstar du catch et s’est enrichi de façon considérable. Il recherche Grant et lui confie son identité secrète. Wayne Williams a l’argent, l’habileté et la force nécessaires pour combattre Handz, mais Frederick Grant possède le savoir-faire technique, si bien que les deux hommes deviennent partenaires. Pour garder un profil bas, Wayne offre à Frederick un manoir et lui sert de garde du corps. Batman finit par trouver et combattre Handz, qui fait accidentellement une chute mortelle dans le conflit. Ne cherchant plus à se venger, Batman entame une mission de justice pour combattre le crime et protéger les innocents des méchants comme Handz. Les créateurs Stan Lee et Joe Kubert ont basé cette version sur le personnage créé par Bob Kane et Bill Finger.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Catwoman, la mannequin Joanie Jordan et son chat Ebony sont frappés par un étrange éclair vert, qui crée un lien entre eux et confère à Jordan des capacités félines, notamment une agilité hors du commun, des sens aiguisés et des griffes acérées comme des rasoirs. Cette version est co-créée avec Chris Bachalo et est basée sur le personnage de Bob Kane et Bill Finger.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s The Flash, une étudiante typique dont le père est un scientifique, la vie de Mary est très ennuyeuse et elle rêve d’être un super-héros comme dans les bandes dessinées qu’elle lit. Elle est également atteinte d’une maladie mortelle qui draine lentement son énergie. Un jour, des ennemis du passé de son père, qui font partie d’une organisation appelée STEALTH (Special Team of Espionage Agents Licensed to Target and Hit), le trouvent et le tuent. Mais avant de mourir, il injecte à Mary l’ADN d’un colibri pour la sauver de sa maladie mortelle. Cela lui confère la capacité de se déplacer à très grande vitesse et elle se fait appeler Flash. Les créateurs Stan Lee et Kevin Maguire ont basé cette version sur le personnage original créé par Gardner Fox et Harry Lampert.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Green Lantern, Un professeur est à la recherche de quelque chose appelé « l’Arbre », mentionné dans les légendes nordiques sous le nom d’Yggdrasil et dans le christianisme comme l’Arbre de la connaissance du bien et du mal. Il finit par retrouver la trace de la plante dans une région d’Afrique. Mais lorsqu’il trouve l’Arbre, des agents travaillant pour le Révérend Dominic Darrk, le leader de l’Eglise de l’Eternal Empowerment, qui recherchent également l’Arbre, l’abattent et le laissent pour mort. L’Arbre montre alors au professeur son histoire, qui inclut une race de pré-humains. Il lui accorde ensuite son pouvoir afin de « servir de lanterne en ces temps sombres ». Les créateurs Stan Lee et Dave Gibbons ont basé cette version sur le personnage original créé par Martin Nodell et Bill Finger.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Robin, la version de Stan Lee de Robin, co-créée avec John Byrne, est un adolescent aigri qui travaille pour le grand méchant de l’univers Just Imagine… de Lee, le révérend Dominic Darrk (qui apparaît dans les 13 numéros de Just Imagine…). Darrk envoie Robin sur diverses missions, tout en lui promettant quelque chose en retour. Le livre s’ouvre sur la tentative de Robin de remplir sa mission actuelle : tuer la version de Batman de Lee.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Sandman, lors d’une mission habitée visant à étudier Titan, la plus grande lune de Saturne, l’astronaute Col Larry Wilton effectue une sortie dans l’espace lorsque sa longe est coupée par son collègue traître, le Major Bryan Bleier. Laissé pour mort, Wilton dérive dans un mystérieux nuage vert et se retrouve dans un royaume étrange dont il avait toujours rêvé étant enfant. C’est là qu’une belle fille nommée Melana lui confère les pouvoirs du marchand de sable. Cette version est co-créée avec Walt Simonson et est basée sur le personnage de Gardner Fox et Allen Bert Christman.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Shazam!, Stan Lee réimagine le principe original de Captain Marvel / Shazam ! en faisant du héros un agent d’Interpol aux manières douces, Robert Rogers. Associé à la belle et bien plus coriace Carla Noral, ils sont tous deux en Inde à la recherche du maître criminel mégalomane Gunga Kahn. Cette version est co-créée avec Gary Frank et est basée sur le personnage de Bill Parker et C. C. Beck. Dans une histoire de fond écrite par Michael Uslan, scénarisée par Lee et Uslan et dessinée par Kano, un jeune Américain orphelin se trouvant en Inde, au même moment que les aventures de Shazam, sauve héroïquement un village de la famine avec l’aide d’un garçon du coin nommé Zubin Navotny. Le garçon s’appelle Billy Marvel et lui et Zubin sont nommés capitaines honoraires dans le Corps de la Paix américain par un ambassadeur nommé Batson, faisant ainsi du garçon le « Captain Marvel ».

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Superman, Salden était le membre le plus faible de la police kryptonienne. Il a utilisé un harnais de vol et a réussi à capturer un dangereux criminel dans un laboratoire de téléportation. Cependant, le criminel a envoyé Salden et lui-même dans un voyage sans retour vers une insignifiante petite planète bleu-vert : la Terre. Les deux hommes arrivent séparément, découvrant tous deux qu’ils ont des capacités physiques accrues. Le criminel se fait passer pour le roi d’une tribu de la jungle. La Terre est trop primitive, mais elle a le potentiel pour développer la technologie dont Salden a besoin pour retourner sur sa planète. Le problème, c’est qu’il y a trop d’obstacles à l’avenir pacifique nécessaire au progrès technologique : la guerre, le crime, la pauvreté, etc. Salden décide de devenir un super-héros afin de débarrasser le monde de ces obstacles et se fait appeler Superman. Les créateurs Stan Lee et John Buscema ont basé cette version sur le personnage créé par Jerry Siegel et Joe Shuster.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Wonder Woman, Maria est une activiste qui proteste contre l’excavation par une entreprise d’un ancien site sacré inca près de son village. Le PDG Armando Guitez a un plan : obtenir le pouvoir du site et s’emparer du monde. Lorsque le père de Maria est enlevé par le PDG et emmené sur le site d’excavation, Maria le suit, mais arrive trop tard pour empêcher la mort de son père. Guitez acquiert des pouvoirs démoniaques grâce aux artefacts du site, puis se rend à Los Angeles. Maria trouve le bâton de Manco Capac, qui lui confère les pouvoirs du dieu inca du soleil, et les utilise pour le poursuivre et le vaincre. Elle décide ensuite de rester à Los Angeles et prend le nom de Wonder Woman. Les créateurs Stan Lee et Jim Lee ont basé cette version sur le personnage original de DC créé par William Moulton Marston.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s JLA, un homme appelé le Révérend Dominic Darrk tente d’invoquer un être appelé Crisis sur la Terre afin qu’il puisse prendre le contrôle de la planète. Pour ce faire, il crée des hommes de main sous la forme de la Doom Patrol, dont les membres sont le Blockbuster, le Parasite et Deathstroke. Mais le fils de Darrk, un jeune garçon nommé Adam Strange, informe les cinq héros des intentions de Darrk et ils se réunissent. Darrk, battu, tue son fils et s’enfuit, bluffé par Green Lantern, qui est (à l’insu de Darrk) trop faible pour se battre car ses forces ont été drainées par le Parasite. Mais Strange a aussi des pouvoirs et promet aux héros qu’il reviendra sous une forme ou une autre. Il meurt ensuite et les héros se constituent officiellement en Ligue de Justice.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Secret Files and Origins, le National Exposer interroge les membres de la Justice League. Ils expliquent leurs origines et préviennent la Terre de la menace de Darrk. Wonder Woman obtient un indice sur l’avenir de la Ligue. Le numéro contient également des profils de chaque héros, du Révérend Dominic Darrk et de l’Eglise de l’Eternal Empowerment.

 

  • Dans Just imagine Stan Lee’s Crisis, lorsque l’une des runes Inca hawk est volée, Wonder Woman convoque tous les nouveaux héros de la Terre. Sandman arrive avec le corps de Darrk et les prévient de la venue du maître de Darrk : un être appelé Crisis. Crisis arrive sur Terre et seule la Justice League peut l’arrêter… ou pourrait le faire, s’il n’y avait pas un traître parmi eux. Dans ce numéro, qui marque la fin de l’histoire, nous voyons d’autres versions de certains des autres personnages de DC : l’Oracle, le Phantom Stranger, Hawkman et l’Atome.
La chaîne Youtube Pop N Chill revient sur la Success Story de la franchise Fast and Furious.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.