Interprétée par Misato Morita dans la série Netflix The Naked Director, nous vous proposons de revenir sur l’histoire de l’actrice Kaoru Kuroki, l’idole de la vidéo pour adultes au Japon. Qui est Kaoru Kuroki ? Voici sa mini biographie.

Kaoru Kuroki est une ancienne actrice japonaise de vidéo pour adultes (AV) et une personnalité multimédia dont le rôle en tant que conseillère médiatique exprimant ouvertement ses opinions sur le sexe et la société a établi des comparaisons avec Cicciolina (Ancienne star du porno, ancienne politicienne et chanteuse hongroise italienne) et Dr Ruth (une sexologue germano-américaine).

L’actrice pornographique Kaoru Kuroki

Kaoru Kuroki (dont le nom de scène se traduit par ‘Blackwood Fragrance’) est né le 21 janvier 1965 dans une famille conservatrice et confortablement bourgeoise. Fille d’ingénieur, Kuroki était une enfant naturellement douée et a montré un talent artistique dès son plus jeune âge. Elle a quitté l’école publique à l’âge de 15 ans pour aller à l’école des beaux-arts, puis a étudié l’histoire de l’art de la Renaissance à l’Université nationale de Yokohama.

Alors qu’elle fréquentait encore l’Université nationale de Yokohama, Kaoru Kuroki a commencé à apparaître dans les arts visuels, considérant d’abord cela comme une autre forme d’art.

Je voulais l’aborder uniquement comme une forme d’art de la performance, mais il s’est avéré que c’était beaucoup plus fou que ça. En fait, si j’avais continué à voir la vidéo porno comme de l’art sans en faire un film de merde, je ne serais pas allé aussi loin‘ confie l’actrice à Nicholas Bornoff.

Elle exprime son admiration pour les films de Nagisa Oshima, Ingmar Bergman et Bernardo Bertolucci, mais, tout en continuant à considérer ses performances audiovisuelles comme une mission sociale, elle les oppose au cinéma. Elle dit que l’AV ‘a une atmosphère différente. Ce n’est pas très sophistiqué, en fait c’est primitif. C’est un peu comme manger et manger au restaurant : on a faim et on a une envie soudaine de nouilles, alors on va manger des nouilles. Votre appétit est vers une vidéo porno, alors vous allez louer tout ce qui vous excite. Et comme pour la nourriture, les téléspectateurs peuvent utiliser des ingrédients de base pour  » cuisiner  » eux-mêmes la stimulation désirée à partir de la vidéo‘.

Kaoru Kuroki Idole de la vidéo pour adultes

Le premier film vidéo pour adultes de Kaoru Kuroki est SM Poi no suki, sorti en octobre 1986 par la grande compagnie audiovisuelle Crystal-Eizou, sous la direction de Toru Muranishi, réalisateur novateur et ancien acteur porno, qui est reconnu comme l’un des créateurs du style documentaire souvent reproduit par les chaînes japonaises. Kuroki, partage l’opinion de Toru Muranishi au sujet des films AV. Pour eux l’AV devoit avoir une qualité documentaire. Elle a continué à travailler avec Toru quand il a quitté Crystal-Eizou pour fonder sa propre société, Diamond Visual. Ses vidéos pour Muranishi commençaient généralement par un discours improvisé sur un sujet comme la libération sexuelle, où elle s’asseyait, s’habillait bien et s’adressait à la caméra. Ceci était généralement uivi par un segment de modélisation, soit nu ou en maillot de bain. Les images vidéo restantes étaient prises avec diverses performances sexuelles, souvent dans le cadre de S&M.

En ce qui concerne les scènes de sexe, Nicholas Bornoff explique ‘les périphériques d’une vidéo Kuroki sont assez violents. Elle oscille entre l’esclave sexuelle maltraitée et l’incarnation de l’affirmation de soi avec une rapidité schizophrène. Pour certains, le documentaire est une expérience bouleversante ; les commentaires qu’elle reçoit des téléspectateurs peuvent être surprenants. Certains disent qu’ils la trouvent presque effrayante, qu’ils ne peuvent pas bander‘.

Kuroki répond : ‘Les hommes qui trouvent mes vidéos effrayantes reconnaissent souvent le côté le plus sauvage et le plus désinhibé de leurs propres petites amies. Pour se libérer, ils doivent d’abord enlever leur armure. Si un homme reconnaît Kuroki chez sa femme ou sa petite amie, il est forcé de la dépouiller pour pouvoir s’occuper d’elle. C’est ainsi que je libère les deux sexes‘.

Un porn-star féministe

Kaoru Kuroki était engagée dans des apparitions vidéo et magazine pour modèles AV quand elle a attiré l’attention des médias grand public en 1988. Sa décision d’arrêter de se raser les aisselles, en guise de protestation symbolique contre la censure de longue date exercée par le Japon sur la représentation des poils pubiens dans les journaux ou au cinéma, lui a valu des interviews avec les médias grand public. Kuroki admet que sa décision d’arrêter de se raser les aisselles l’a aidée à se démarquer de la masse des autres filles AV, mais elle considère que c’est aussi une expression de féminité et d’identité.

Impressionnée par sa capacité à parler de manière intelligente et réaliste de sujets que l’on aborde pas généralement, Kuroki a été invitée dans des talk shows nocturnes. Bientôt, elle était devenue une panéliste populaire de la télévision, elle apparaissait dans des publicités et servait comme fille de campagne dans un grand magasin. Bien qu’elle ait été populaire auprès de son auditoire masculin pour ses apparitions à la télévision, elle a également séduit un auditoire féminin en exprimant un point de vue féministe à la télévision de jour. En plus des émissions de causerie télévisées, Kaoru Kuroki a également joué un rôle le film dramatique costumée Shigotonin, Kyōto E Iku Yamiuchinin No Nazo No Shuryō qui a été diffusée le 3 mars 1989.

Lorsqu’elle sa popularité sans précédent pour une modèle AV, Kuroki souligne qu’il y avait un besoin social pour quelqu’un comme elle. ‘Je parle de la vie d’une femme, mais avec mon passé, il est évident que l’accent est mis sur le sexe. Je semble être devenue la porte-parole d’un trop grand nombre de femmes qui ont honte d’en parler‘.

En 1988, Kaoru a visité l’Italie où elle a rencontré Cicciolina, qu’elle considère comme sensei. Sensei est un terme honorifique partagé en chinois et japonais qui se traduit par ‘personne née avant une autre’ ou ‘qui vient avant’. En général, on l’utilise, en bonne et due forme, après le nom d’une personne et signifie ‘enseignant’.

Elle était heureuse de constater que beaucoup de leurs opinions coïncidaient, mais a été surprise par l’inconfort de Cicciolina avec les tendances masochistes de Kuroki et sa préférence pour le genre S&M. Kuroki attribue cela à des différences culturelles et personnelles, et ne pense pas que la S&M soit synonyme de soumission. En effet, Kjell Fornander souligne dans ‘A Star is Porn‘ que Kuroki a fait de l’audiovisuel en général et du S&M en particulier une question féministe au Japon.

En mars 1989, Kuroki s’est associé à Kimiko Matsuzaka, la nouvelle actrice vedette de Diamond Visual, dans la vidéo pour adultes 1107 Millimeter Impression. Plus tard en 1989, Kuroki et Matsuzaka ont été réunis de nouveau dans le film rose de Kimiko Matsuzaka de décembre 1990, Daikyonyuuu : Noshikakaru.

Retraite et héritage

Kaoru Kuroki s’est retirée de la vie publique en 1994. Dans le numéro de janvier 2002 du magazine Josei Seven et dans le numéro de janvier 2004 du Shukan Post, des histoires et des photos sur la vie privée de l’actrice ont été publiées. Elle a affirmé qu’en tant que citoyenne ordinaire qui n’est plus sur le devant de la scène, les magazines avaient besoin de sa permission pour imprimer ces histoires. Kuroki a poursuivi l’éditeur, Shogakukan, pour 22 millions de yens pour atteinte à la vie privée. En avril 2007, le juge qui présidait l’audience a déclaré les articles illégaux et a accordé à Kuroki 1,7 million de yens (environ 14 000 $).

Au plus fort de sa popularité, les AV de Kuroki atteignaient en moyenne 17 000 ventes par unité, un montant énorme selon les normes de l’industrie, dépassant un million de dollars. Selon Rosemary Iwamura, ‘Kaoru a changé l’image des filles de l’audiovisuel ; elle ne semblait pas faire des vidéos par manque d’options, mais plutôt comme un choix éclairé‘. Pour attirer l’attention des médias grand public au Japon, ainsi que son franc-parler sur des sujets comme le sexe et la censure, Kjell Fornander l’appelle ‘la première actrice AV très connue‘ elle change définitivement la vision du public au Japon sur l’industrie et les acteurs AV.

Misato Morita est Megumi dans The Naked Director

Dans The Naked Director, la série Netflix semi-biographique dédiée à Toru Muranishi, Kaoru Kuroki est interprétée par Misato Morita. Nous avons très peu d’information sur la jeune actrice de 22 ans – ele est née le 13 septembre 1996 – mais clairement après son excellente prestation dans The Naked Director on devrait entendre parler d’elle pendant longtemps. Sans vous spoiler la série, dans l’épisode 5 Kuroki tourne son premier film non simulé. Muranishi lui donne un sifflet comme accessoire afin de montrer au spectateur ce qu’elle ressent. Nous avons trouvé pour vous la scène originale avec la vraie Kaoru Kuroki.

La plupart des citations proviennent de l’ouvrage suivant :
Bornoff, Nicholas (1994) [1991]. « Bye-Bye Pink Cinema, Hello Adult Video ». Pink Samurai: An Erotic Exploration of Japanese Society; The Pursuit and Politics of Sex in Japan (Paperback ed.). London: HarperCollins. ISBN 0-586-20576-4.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.