Pour le vingtième anniversaire de Metal Gear Solid, l’acteur, scénariste, producteur, réalisateur David Hayter raconte à Escapist Magazine comment il est devenu la voix iconique du légendaire Solid Snake.

Traduit par Thomas pour Eklecty-City.fr :

« Metal Gear à 20 ans : Comment je suis devenu Solid Snake

Il y a vingt ans, j’étais un jeune homme, je faisais mon chemin à Hollywood du mieux que je pouvais.

En 1997, j’avais produit et joué dans mon premier petit film indépendant, Burn. Nous avons gagné des prix et voyagé dans des festivals de cinéma partout dans le monde, mais nous n’avons pas décroché d’accord pour la distribution. En 1998, j’étais déprimé et complètement fauché.

J’arrivais à Hollywood à l’âge de 20 ans avec des rêves de gloire, avec l’intention d’être une star de l’action comme Harrison Ford ou Tom Cruise. Maintenant, je me demandais si je pourrais un jour gagner décemment ma vie dans l’industrie du divertissement. L’idée que quelqu’un connaisse un jour mon nom à cause de mon travail semblait impossible, au mieux.

Au milieu de cette crise existentielle, mon agent a reçu un appel. Kris Zimmerman, le directeur de casting avec qui j’avais travaillé sur Captain Planet (mon premier vrai travail de voix off à Hollywood) voulait que je vienne lire pour un nouveau projet secret de jeu vidéo.

J’ai roulé jusqu’à une étrange petite maison sur Orange Avenue, en plein milieu d’Hollywood. La maison avait été transformée en bureaux de coulée et le salon en studio d’enregistrement de fortune. Kris m’a salué chaleureusement, et le directeur de casting japonais, Keiko, m’a fait visiter l’œuvre d’art accrochée aux murs, dessinée par un homme nommé Yoji Shinkawa.

Vous le savez tous maintenant. Mais je dois d’abord le voir.

J’avais participé à beaucoup d’auditions étranges, pour beaucoup de projets bizarres qui n’allaient nulle part. J’ai déjà joué le rôle principal dans une adaptation d’un long métrage de Pilgrim’s Progress, qui a finalement perdu son financement et s’est transformée en une horrible petite adaptation scénique, qui devait être montée sur une scène d’une église de groupes de jeunes dans le comté d’Orange.

Mais celle-ci était différente dès le début. D’après l’œuvre d’art seule, je peux dire….

Ce projet m’a semblé cool. Comme si ça avait du potentiel.

J’ai demandé comment le jeu allait s’appeler. Keiko m’a raconté le titre, en japonais enthousiaste et très accentué, « Metal Gear : Solid ! »

Tant pis pour le potentiel, je me suis dit.

Mais en 1985, ma famille m’avait déménagé au Japon, où j’ai fait mes études secondaires, et j’avais passé les cinq dernières années à enregistrer du travail vocal pour des titres d’Anime comme Moldiver, They Were Eleven, Yu Yu Hakusho et War in the Pocket, alors je connaissais des titres japonais étranges.

Et en plus, un concert était un concert. J’ai fait la lecture. J’auditionnais pour le rôle de Snake : un soldat des Forces Spéciales qui se dirigeait vers une mission d’infiltration en solo. C’était exactement le genre de héros d’action que j’avais toujours voulu jouer. J’ai tout mis en œuvre. Je me sentais bien pour l’audition. Mais au bout d’une semaine, sans nouvelles, je me suis dit que ce n’était qu’une autre occasion manquée. Encore une audition parmi les autres.

Vu ma pauvreté, j’ai passé beaucoup de temps chez mon ami Adam Duritz, dont le groupe Counting Crows enregistrait son troisième album dans un vaste ranch dans les collines d’Hollywood. Je me joignais à eux la plupart du temps, surtout parce qu’ils avaient toujours de la nourriture gratuite à disposition, et qu’on pouvait habituellement prendre une bière dans le réfrigérateur du groupe. Je mangeais et je traînais avec le groupe, quand mon téléphone à rabat Motorola Star-Tac a sonné avec un pépiement numérique.

Tout comme le capitaine Kirk, je l’ai ouvert. « Allô ? » J’ai dit, comme les enfants le faisaient à l’époque.

C’était Jennifer Hale, mon amie depuis cinq ans. Jennifer était aussi une actrice de voix off bien connue, mon mentor en voix off et parfois ma marraine fée.

« Salut, c’est Jennifer, » dit-elle dans son précieux ronronnement de soie.

« Salut Jen, quoi de neuf ? »

« Devine qui va se faire du mo-ney ?! » Elle a trôné, dans une chanson enchantée.

« C’est moi ? » J’ai demandé, avec un espoir malade et désespéré. Avec ma chance, c’était probablement elle.

Sauf que cette fois, c’était moi.

Jen avait d’abord été choisie dans Metal Gear (en tant que Naomi Hunter) et quand elle a appris par Kris que j’avais décroché le rôle principal, elle a demandé si elle pouvait être celle qui me le ferait savoir. Je me souviens d’avoir regardé dans la maison, stupéfait, et d’avoir vu Adam travailler à la table de mixage, je me suis dit : « Hé, j’ai aussi un travail maintenant ! »

Ils m’ont envoyé le script. C’était plus d’un millier de pages. La pile faisait littéralement deux pieds de haut. J’ai commencé à lire. Mes soupçons ont été confirmés.

C’était cool. Et mon rôle était dur à cuire.

Sauf que …. Snake était plus vieux que moi. Il était déjà devenu une légende militaire. Il avait déjà pris sa retraite quand le colonel Campbell est retourné en Alaska pour le ramener pour une dernière mission. J’ai commencé à m’inquiéter. Ma voix ne correspondait pas du tout à celle de ce type.

Ma voix, ma voix parlante, est jeune et arrogante. Comme un pilote de chasse irresponsable qui ne sait pas quand se taire. En lisant les lignes, j’ai constaté que la voix qui commençait à se faire entendre était plus grave, plus rugueuse. Plus fatigué.

Fatigué d’être traîné sur le terrain. Fatigué de la responsabilité. Et j’en ai fini d’être considéré comme une légende.

Au fur et à mesure que ma voix devenait rugueuse et que le poids de l’expérience s’infiltrait en elle, je sentais un picotement d’électricité dans ma colonne vertébrale. Ce type n’était pas moi. Mais c’était quelqu’un. C’était son propre homme, capable et coriace. Il était plus grand que moi. Plus grand que nous tous.

C’était un rôle que tout le monde pouvait assumer. Et ils se sentiraient mal à l’aise, comme s’ils pouvaient s’attaquer au monde.

Comme nous avons enregistré ce premier jeu – cela n’a pris que 10 jours, alors que Metal Gear Solid 4 : Guns of the Patriots a pris neuf mois – j’ai commencé à penser que je pourrais enfin faire partie de quelque chose de très spécial. Quelque chose qui pourrait se répandre.

Nous y voilà, 20 ans plus tard. J’ai participé à huit comic-con et des expositions de fans jusqu’à présent en 2018. J’ai signé d’innombrables autographes et parlé à des milliers de personnes cette année seulement de leur amour pour Snake et de la façon dont ses aventures ont changé leur vie.

J’ai moi-même vécu un certain nombre d’aventures assez cool depuis lors. En 1999, l’année qui a suivi l’enregistrement de Metal Gear Solid, j’ai pris un travail en répondant au téléphone sur le film X-Men pour finir par réécrire le scénario et finalement obtenir le seul crédit sur le film. Ce coup de foudre m’a permis d’écrire beaucoup d’autres films, et j’ai construit ma vie dans celle d’un scénariste, producteur, acteur et réalisateur à part entière. J’ai réalisé un film avec Jason Momoa. J’ai eu quatre films en première partie, dans le monde entier. Mon travail actuel est la coproduction de Warrior Nun, une série télévisée qui sera diffusée sur Netflix l’été prochain.

Mais c’est Snake qui m’a rendu célèbre. Et c’est Metal Gear qui a créé l’impression la plus durable sur la plupart des vies. Les gens m’appellent une légende tout le temps maintenant. (C’est arrivé hier soir.) Et franchement, je ne sais pas comment Snake s’en est jamais autant lassé.

Je suis profondément reconnaissant du bonheur que cet homme, ce guerrier, cette légende a inspiré, de l’impact qu’il a eu, et des fans qui ont partagé leur amour avec moi au cours des deux dernières décennies.

Peut-être que ce petit titre bizarre avait du potentiel après tout. »

David Hayter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.