Depuis quelques heures, internet est une nouvelle fois chamboulé par Hideo Kojima. Le légendaire directeur du jeu a dévoilé une nouvelle bande-annonce de Death Stranding, son prochain projet. Dans une interview durant l’E3 2018, il revient sur comment il a convaincu Lea Seydoux, Norman Reedus, Guillermo Del Toro et Lindsay Wagner de croire en sa vision du jeu de l’esprit.

Le créateur de Metal Gear a présenté son nouveau projet, Death Stranding pour la première fois à l’E3 2016. Le jeu a alimenté de nombreuses discussions, théories sur Internet depuis son annonce. Deux ans plus tard, Hideo Kojima est de retour à la convention annuelle de jeu avec de nouvelles séquences montrant des environnements magnifiques, de nouvelles stars les actrices Lea Seydoux et Lindsay Wagner, rejoignant une distribution qui compte déjà Norman Reedus, Mads Mikkelsen et Guillermo del Toro.

Heat Vision (via le Hollywood Reporter) a rencontré Hideo Kojima à l’E3 pour discuter de son nouveau jeu, le premier titre à être publié sous sa bannière Kojima Productions après son départ de Konami en 2015.

Ce fut une grande surprise de voir Seydoux et Wagner révélés dans la dernière bande-annonce. Vous avez rassemblé toute la distribution pour ce jeu. Comment avez-vous fait ?

D’abord, c’était Norman et c’était avant que le plan ne soit solidifié et gravé dans la pierre. J’ai décidé de faire un jeu avec Norman comme personnage principal. Après cela, j’ai commencé à penser à qui devrait être l’héroïne et Lindsay est une personne très spéciale pour moi depuis mon adolescence. C’est la personne que j’admire le plus. Maintenant, j’ai 55 ans et je ne sais pas combien de temps encore je serai actif, alors avant de dire que je voulais faire quelque chose avec elle. Le lendemain du jour où j’ai choisi Norman, j’ai décidé que je voulais faire quelque chose avec elle.

Lindsay apparaît comme une version plus jeune d’elle-même dans la bande-annonce.

Avant de solidifier le scénario, je savais que je voulais qu’elle soit une version plus jeune d’elle-même dans la trentaine. Très tôt, nous avons commencé à faire des expériences sur la façon de la faire paraître jeune en temps réel. C’était l’un des défis à relever. Pour l’autre héroïne, Lea est une actrice que je respecte beaucoup et je savais que ce serait un grand honneur si elle acceptait ce rôle. Avec des jeux comme Detroit, The Last of Us, Ghost of Tsushima, il est assez courant de nos jours d’utiliser des acteurs et des actrices dans les jeux, il s’agit donc de savoir si l’acteur aime ce que j’essaie de créer. J’essaie toujours d’abord de les rencontrer face à face sans agent dans la salle, de parler de mes idées et d’établir une relation avec eux. Pour Norman Reedus, Guillermo del Toro est un bon ami à moi et il a une relation étroite avec Norman et il nous a présentés. Pour Mads Mikkelsen, un ami proche m’a mis en contact avec lui.

death-stranding-e3-2018

A-t-il été difficile d’obtenir l’un de vos héros, Lindsay Wagner, pour faire le jeu ?

Lindsay sait que dans la plupart des jeux il y a beaucoup d’armes à feu et beaucoup de violence, elle n’aime pas ce concept. Malgré cela, elle a accepté de me rencontrer et j’étais très nerveux, très stressé, parce qu’elle est une personne si importante pour moi. Quand j’ai commencé à parler avec elle, j’ai mentionné que je fais des jeux depuis 30 ans, et alors que la plupart des jeux sont sur la violence et l’utilisation de bâtons, d’armes, etc. pour montrer qui est le meilleur… dans mon jeu, alors que oui, vous serez pas obligé d’utiliser des bâtons, des armes, etc. Elle est devenue très émotive et a été très séduite par ce que je disais. « C’est vraiment quelque chose qu’on peut faire ? » dit-elle, et elle était en larmes et à un moment donné. À ce moment-là, elle a accepté l’offre et j’étais vraiment heureux de ce résultat.

Guillermo del Toro vient de remporter l’Oscar du meilleur réalisateur et du meilleur film. Il a clairement un œil cinématographique. Cette dernière bande-annonce de Death Stranding était très cinématographique, voyez-vous un mélange entre les deux médiums ?

Le processus est presque le même. La seule différence aujourd’hui est de savoir s’ils sont interactifs ou non. Quand il s’agit de contrôler, de pouvoir ajuster la caméra, je pense que cela va continuer à changer et ce sera un élément qui sera de plus en plus combiné et peut-être que la ligne entre ces deux médiums va disparaître.

Est-ce que Guillermo a donné son avis sur la direction de ce jeu ?

Oui, on en parle beaucoup. Nous sommes à la fois créateurs et les créateurs aiment beaucoup parler de l’avenir. Nous parlons de jeux, de films, de jouets, d’art – nous avons beaucoup de choses en commun. On n’est jamais à court de choses à discuter.

C’est le premier jeu sous votre propre société de production. Est-ce que cela offre plus de liberté ou est-ce plus intimidant ?

Ce n’est pas très différent de ce que j’ai fait. Il s’agit de penser ce que je veux faire et comment surprendre les gens et comment ils vont réagir. Évidemment, c’est une histoire complètement différente, mais le processus créatif lui-même n’a pas beaucoup changé. Bien sûr, il y a beaucoup de pression parce que je ne peux pas me tromper sur ce point.

Comment équilibrer le fait de faire une expérience interactive satisfaisante et de la rendre cinématographique ?

Tout d’abord, les jeux ne sont pas des films. Le joueur contrôle le personnage, cela doit être très clair ou bien cela mène à l’échec. Un jeu consiste à contrôler le joueur, à aller là où il veut aller, à regarder ce qu’il veut et, de là, à arriver à la catharsis. Cela dit, à moins que nous parlions d’expression, quand il s’agit d’audio et d’images, c’est juste un cadre carré et c’est tout ce que vous avez à exprimer.

Les stars de ce jeu ont des horaires très chargés. Quel est l’avantage d’utiliser des acteurs célèbres par opposition à des acteurs moins connus qui ont beaucoup plus de liberté avec leur temps ?

Je n’ai pas tenu compte de ce facteur. Pour moi, c’est un projet dans lequel je mets toute ma vie. Ce pourrait être le dernier jeu que j’ai jamais fait, ce qui est un concept que je prends dans chaque jeu que je fais. Comme les jeux sont numériques, nous aurions pu nous contenter de rendre les acteurs, mais ce n’est pas amusant. Nous voulions quelque chose de vivant, quelque chose d’organique. Quand on a un acteur, on a des choses qui les rendent uniques, chacune des taches de rousseur, chacune de leurs rides. Je voulais m’assurer que vous pouviez dire que cette personne joue ce personnage. Pour chaque personnage, nous avons fait une capture de performance[dans différents endroits dans le monde]. Une de nos grandes difficultés a été la grève SAG-AFTRA de l’année dernière pour les acteurs de jeux vidéo. Cela a eu un impact énorme sur nous et sur l’équipe de développement.

Pensez-vous qu’il y aura toujours un public pour les jeux solo, narratifs ?

Je sais qu’il y a des gens qui aiment les jeux solo et qu’ils existeront toujours. Cependant, je veux adopter une approche différente pour les jeux à un seul joueur. Pour Death Stranding, par exemple, je voulais faire quelque chose qui soit solo mais en même temps en ligne et utiliser certaines choses spéciales. Je veux essayer une connexion différente, semblable à ce que j’ai expliqué à Lindsay, qui est différente de se tirer dessus ou de faire une bataille royale ou de se réunir pour vaincre un ennemi commun. Quelque chose de différent de ça.

E3-2018-Coliseum-Yoji-Shinkawa-Hideo-Kojima-Jordan-Vogt-Roberts

Comme l’année dernière, le réalisateur Jordan Vogt-Roberts – qui dirigera l’adaptation de Metal Gear Solid – a organisé une masterclass avec Hideo Kojima au coliseum de l’E3 2018.

Nous avons appris par exemple que Yoji Shinkawa voulait ajouter une vraie queue de démon à Venom dans Metal Gear Solid V : The Phantom Pain. Hideo Kojima a rejeté l’idée et ils sont arrivées à l’idée du cordon qui pend de la ceinture du personnage.

Concernant Death Stranding, nous apprenons que la combinaison de Sam devait être similaire celle de Raiden dans Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty. Le résultat n’étant pas concluant, elle ressemble aujourd’hui à un « bleu de travail ». Le résultat est plus naturel. Hideo Kojima explique également qu’il souhaite aller à contre-courant de la fluidité d’action grisante à laquelle on est habitués depuis Mario. C’est pourquoi le personnage joué par Norman Reedus a des difficultés à se déplacer. En quelque sorte, Sam n’est pas un « héros » c’est Monsieur tout le monde.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.