Après un téléfilm sorti en 1990 avec Tim Curry dans le rôle de Grippe-sou le clown, Ça est revenu au cinéma en 2017 pour nous faire vibrer de nouveau avec ce classique issu de la littérature de Stephen King. Profitons donc de la sortie Blu-Ray pour parler de nouveau du film.

Une histoire de clown

L’histoire reprend celle du livre et du téléfilm. Nous retrouvons une bande d’adolescent à Derry dans le Maine. Une petite bourgade pas si tranquille que cela, car un mystérieux mal touche la ville. Un clown est présent et a causé pas mal de souci aux habitants. La scène d’ouverture nous le prouve avec Georgie, le frère de Billy, l’un des héros, parti faire naviguer son bateau en papier durant une grosse averse.

C’est à partir du décès tragique de l’enfant que l’on comprend que le long-métrage se veut pus gore et adulte que ne l’était le téléfilm. Nos sept héros forment le « club des ratés ». Rejetés par leur camarade, ces derniers ont tous une chose en commun : Grippe-sou le clown. Ils vont tous enquêter au péril de leur vie et notamment Bill Denbrough, ce dernier n’acceptant pas la disparition de son frère.

Notre bande va devoir combattre ce mal rongeant Derry tous les 27 ans. Cela ne sera pas une mince affaire car celui-ci est très puissant et sait manipuler les peurs de notre cher groupe. D’ailleurs, en plus de ce problème, chacun des enfants à son propre background et surtout ses problèmes individuels. Entre histoire de racisme, de poids ou encore problème paternel ou maternelle, cela ne fait que corser l’histoire déjà bien compliquée. Cela nous permet également de nous attacher à eux via les problèmes qu’ils traversent seuls ou en équipe.

L’histoire est bien plus approfondie que ce que nous avons pu voir dans le téléfilm. Notons que le long-métrage n’est que la première partie. En effet, si vous avez pu lire le livre ou regarder le téléfilm, vous constaterez qu’il y a une partie où Ça est de retour à Derry et cette fois nos héros reviendront… adultes.

Mais comment cela arrive-t-il ? Pour répondre à cette question, je vous laisse le soin de visionner le film sous peine de vous spoiler l’intégralité de l’intrigue. Mais, pour en finir avec le scénario, celui-ci est très bien écrit et nous tient en haleine du début à la fin.

Stephen-King’s-IT-2017-Movie-Picture-02

Ça s’en va et ça revient !

Le long-métrage réalisé par Andrés Muschetti à qui l’on doit notamment Mama maitrise son sujet du début à la fin. Les prestations des acteurs nous permettent de nous immerger davantage. Bill Skarsgard en Grippe-sou est excellent. Il n’y a rien à redire à cela, si ce n’est que les puristes regretteront probablement la prestation de Tim Curry dans le téléfilm. Mais la relève est assurée tout en étant clairement à la hauteur.

Nous retrouvons d’ailleurs Finn Wolfhard dans le rôle de Richie. Vous le connaissez surement puisqu’il joue le rôle de Mike dans la série Stranger Things de Netflix. Rien à redire donc du côté du casting. Les enfants jouent tous très bien et aucune fausse note n’est à déplorer.

Côté mise en scène et photographie, là aussi c’est de l’excellent travail. Le côté lugubre et glauque de Derry et ses habitants est très bien transposé. Certains regretteront probablement que le film ne fasse pas très peur. Mais au contraire, celui-ci tient plutôt du survival-horror que de l’horreur pur. Ce qui n’est pas pour déplaire, surtout quand cela est maitrisé.

Côté bonus dans le Blu-ray nous retrouvons :

• La préparation de Bill Skarsgard dans le rôle de Grippe-sou
• Le quotidien des acteurs faisant partie du « club des losers »
• Stephen King raconte comment il en est venu à créer Ca
• Et pour finir, des scènes coupées du film

Le contenu n’est pas transcendant mais a tout de même le mérite d’être présent et nous permet de comprendre comment Skarsgard est entré dans le rôle de Grippe-sou. Bref, des bonus agréable à regarder et loin d’être avare en informations intéressantes.

Conclusion :

Ça est un excellent long-métrage. Nous aurions pu penser que nous aurions un énième film d’horreur totalement raté et à côté de la plaque, mais c’est tout l’inverse. Andrés Muschetti livre ici une œuvre très intéressante dont le dénouement s’avèrera, avec un peu de chance, époustouflant. Les acteurs sont au top de leur forme. La ville, le clown et notre club de losers forment une alchimie parfaite.
Si vous cherchez un film à vous mettre sous la dent dans les prochaines semaines, alors ça est fait pour vous.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.