Akira Kurosawa est un maitre de la réalisation japonaise. Prolifique durant de nombreuses années dont les années 60. Le réalisateur japonais a mis au monde l’un de ses chefs-d’œuvre avec Barberousse.

Un médecin pas comme les autres

L’histoire suit un jeune médecin en devenir. Celui-ci pense faire une visite de courtoisie dans une petite bourgade où travail un médecin de renom nommé Barberousse, dû à la couleur de sa barbe, son vrai nom étant Dr.Kyojo Niide. Le jeune Dr.Noboru Yasumoto découvre qu’il fera plus qu’une simple visite, celui-ci devra rester avec son éminent confrère qui ne sera autre que son mentor.
Ce jeune bleu pensait à un avenir tout autre. La place de médecin du Shogun étant libre, il pensait la pourvoir, mais cet ex-étudiant de l’université de médecine de Nagasaki devra d’abord faire ses preuves auprès de Barberousse.
S’ensuit une histoire d’égo entre les deux personnages débouchant sur énormément de situations cocasses et certaines assez tristes. Mais force est de constater que c’est l’apprentissage à la dure avec les côté sombre de la médecine de l’époque et le besoin de s’occuper de tous les malades aussi bien pauvres que riche. Ainsi est fait le serment d’Hypokhâgne.

Je ne vais pas dévoiler toute l’intrigue du film sous peine de vous gâcher l’un des monuments du cinéma japonais.

Une œuvre ! Une très grande œuvre !

Kurosawa était un génie tout comme d’autres réalisateurs de cette époque comme Yasujiro Ozu. Tout y est millimétré. L’histoire, la mise en scène et certains plans à couper le souffle comme celle où Barberousse se bat en pleine pluie contre plusieurs malotrus.
Le docteur aigri au grand cœur est campé ici par l’immense Toshiro Mifune, l’acteur phare du réalisateur nippon. Un acteur que l’on a pu découvrir à l’écran pour la première fois en 1947 avec le film « La Montagne d’Argent ». 25 ans plus tard et quelques rides, l’artiste n’a rien perdu de sa superbe. Toujours au sommet de son art, celui-ci délivre une prestation inoubliable à l’image d’un Yojimbo.

Yūzō Kayama fait aussi partie des festivités et ce derniers fait face à un très grand Mifune. L’alliance des deux donne un long-métrage haut en couleur. La seule chose à retenir est de ne pas passez à côté de Barberousse.

Concernant les bonus vous aurez le droit à un portrait de Tohsiro Mifune et un petit documentaire concernant le film. Rien d’extraordinaire, mais toujours très intéressant surtout si vous avez aimé le film.

Conclusion :

Barberousse est un film grandiose et culte. Akira Kurosawa a déployé tout son talent au service du spectateur en mettant en scène un médecin de campagne faisant face à la relève par le biais de son assistant.

Ce film est un immanquable et possède une valeur inestimable. Une valeur sûre du cinéma.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.