On continue le catalogue Netflix avec le dernier film de Dan Gilroy à savoir Velvet Buzzsaw, disponible depuis le 1° février. Après Nightcrawler, On retrouve une seconde fois les acteurs Rene Russo et Jake Gyllenhaal dans le monde de l’art moderne et contemporain.
Nos impressions.

Dan Gilroy et l’art, mauvaise équation

Nightcrawler était un film abouti – critique des médias réussie, interprétation remarquée de Jake Gyllenhaal, le cadre nocturne de Los Angeles, malheureusement Velvet Buzzsaw est une déconvenue.
On y retrouve également dans ce long-métrage les acteurs Toni ColletteJohn MalkovichNatalia Dyer – aperçue dans Stranger Things – et Zawe Ashton.
Le réalisateur s’attaque à un autre genre que son film précédent. Moins urbain et sombre visuellement, Dan Gilroy ne parvient pas à faire décoller l’intrigue, ni à rendre empathiques ses personnages.

Une tentative horrifique qui échoue

Le gros point noir du film est son approche horrifique et surnaturelle, ici peu convaincante. La mise en scène fonctionne bien, jouant sur des plans longs, des plongées et contre-plongées dans Los Angeles – comme dans Nightcrawler – et des situations assez dérangeantes – la majorité des scènes ou Jake Gyllenhaal isolé est confronté à de sévères hallucinations ; Les meurtres sont bien emballés mais rarement transcendants.

Il y a de bonnes idées, l’exécution reste de maigre facture.
Certes il y a une critique sur l’art et ses différents interlocuteurs, cela reste assez caricatural.

Parfois prétentieux, Velvet Buzzsaw est une sorte de coquille vide, froide et peu inspirée. Une déception au goût amer après l’excellent Nightcrawler.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.