AccueilCinéma The Replacement : La quintessence de l'ennui

[CRITIQUE] The Replacement : La quintessence de l’ennui

Réalisateur espagnol de plusieurs films et d’une série, Óscar Aibar revient – 9 ans après ‘El Bosc’ – avec ‘The Replacement’ aka ‘El Sustituo’, thriller policier et politique sur l’Espagne post-franquiste au début des années 80.

L’histoire ne fait pas tout

Le visionnage fut très difficile, surtout un dimanche après-midi.
On va essayer de vous donner envie, seulement en quelques lignes.
Durant l’été 1982, Andrès rejoint la police de Denia, village côtier de la Costa Blanca, pour remplacer un flic décédé au cours d’une sombre affaire. Menant l’enquête avec son acolyte Columbo, il s’aperçoit qu’un groupe d’anciens nazis mène une vie paisible non loin de Denia et qu’il y a un lien possible avec la mort de l’inspecteur.

Mise en scène et découpage dignes d’un téléfilm

Les trente premières minutes du film sont d’une mollesse absolue. Cadre, découpage et mise en scène sont aux abonnés absents. Quand il s’agit de filmer l’action, le réalisateur Óscar Aibar noie sa caméra et nous avec – on est plus dans l’exposition durant la majeure partie du film, il n’y a que trois scènes d’action importantes – .

Faute de budget ou de talent? fort probable, la scène de poursuite en voiture est un calvaire en terme de découpage. C’est découpé à la truelle avec un cadrage très serré. Le montage fait très amateur, la réalisation est très faible. Il n’y a pas grand chose à sauver, l’histoire se tient un minimum – heureusement d’ailleurs -, les acteurs ne donnent aucune empathie, et ne dégagent rien. La deuxième partie de ce pseudo long-métrage est un supplice.

Aucune fulgurance est à noter, c’est dire. Quelques twists à gogo, et encore. Que reste-t-il dans ce marasme ? Nada. Cela aurait pu être un téléfilm, cela ne nous aurait pas choqué.

Conclusion

Un film espagnol raté et bavard. Ce n’est même pas un beau ratage.

RÉSUMÉ

Óscar Aibar avait sans doute la tête ailleurs, ce n'est pas un prétexte pour infliger aux téléspectateurs deux heures d'ennui interminables.

Vous avez aimé ? Partagez :

François
François
Grand fan de Batman, d'Alien et d'Halloween. Il vit dans sa grotte, mais reste toujours à l'écoute de l'actualité cinématographique. Disponible à plein temps, il réagit plus vite que son ombre. Il déteste la langue de bois, et n'hésite pas à descendre les films surestimés.

Les favoris

Sur le même sujet

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Óscar Aibar avait sans doute la tête ailleurs, ce n'est pas un prétexte pour infliger aux téléspectateurs deux heures d'ennui interminables.[CRITIQUE] The Replacement : La quintessence de l'ennui