Star Wars 8 : Les Derniers Jedi est sorti il y a désormais quelques semaines de cela. La hype fut intense. Après un épisode VI que certains qualifieront de bon ou bien de mauvais, Ryan Johnson avait le devoir de livrer une suite honorable. Celui-ci ayant eu la dure tâche d’introduire Luke Skywalker. Qu’en est-il réellement ? Quel bilan en tire-t-on du film ?

Une histoire de famille

Bien évidemment. Le long-métrage reprend là où son ainé réalisé par J.J Abrams s’est arrêté. Nous retrouvons donc Rey tenant le sabre laser de Luke pour le lui remettre et ainsi espérer entamer une formation de Jedi afin de mettre fin au règne du Premier Ordre. Mais ce que va faire Luke… va vous étonner.

Rian Johnson a un parti pris assez particulier et plutôt osé dans le sens où celui-ci va « jeter » ou plutôt expédier toutes les fondations posées par le père Abrams. Le changement radical concerne le Supreme Leader Snoke. Ceux ayant déjà vu le film connaissent le problème. Le film ne nous pousse à aucun moment à nous interroger les motivations de cet ennemi contrôlant extrêmement bien la force et semblant si puissant. Le supreme leader meurt d’une manière abjecte. Manipulé par Kylo Ren, ce dernier se fait sabrer par le sabre laser présent à ses côtés. D’accord, mais pourquoi avoir introduit un personnage de la sorte dès le premier volet (l’épisode VII) alors qu’au final, celui-ci n’a le droit à aucun approfondissement ? Ryan Johnson jette clairement les bases posées par Abrams. Cela va clairement se corser pour l’épisode IX.

C’est tout le problème du film : le manque d’enjeu. Pourquoi le Premier Ordre agit de la sorte ? Quel est l’utilité de Finn & Rose. Ils vont tous deux effectuer une mission qui ne serte strictement à rien, cela ne fait pas avancer l’intrigue, pire encore, le résultat est totalement inutile. La seule utilité du personnage de Rose étant de sauver Finn à un instant T. Mais dès lors pourquoi introduire un personnage comme celui-là.

Malheureusement, ces personnages ne servent à rien. Ils vont jusqu’à aller sauver un prisonnier pour les aider à infiltrer un croiseur intergalactique pour aider la flotte rebelle à s’enfuir. La mission aurait pu être intéressante surtout que le corsaire joué par Benicio Del Toro était une idée intéressante. Mais non, celui-ci décide de les trahir sans même les aider à la fin à la manière de Lando Calrissian. Bref, tout l’enjeu tombe à l’eau, la mission ne sert à rien car son but est inutile.

Ce n’est pas le seul enjeu à tomber à l’eau. A côté de la mission de Finn et Rose, Poe organise une mutinerie pour leur laisser du temps. Même cette mutinerie est inutile. C’est clairement un manque de communication véritablement très frustrante. Surtout qu’au final le tout débouche sur une mission suicide menée par l’amirale Holdo (jouée par Laura Dem). Pourquoi prendre une actrice si talentueuse pour la réduire à une simple mission suicide ? Tout cet arc mené par Finn, Poe et la rébellion tombe vraiment à l’eau, car celle-ci ne fait que rallonger artificiellement la durée du long-métrage.

Bien sûr tout n’est pas à jeter comme la connexion entre Rey et Kylo Ren. La mise en scène est vraiment bien exécutée. Le tout sous fond de manigance. Les deux personnages, tourmentées semble partagent leurs peines et leurs douleurs. L’une des meilleures scènes du film étant le questionnement de Luke Skywalker vis-à-vis de Ben Solo. Aurait-il pu changer le cours de l’histoire. Concernant ce dernier, tous les préceptes auxquels celui-ci croyait sont tous « brûler » via l’apparition d’un personnage haut en couleur. Les Jedi n’existent plus. Ont-ils disparu par leur excès de confiance ou par leur manque de jugement. Tout cela étant que tous les faits établis par la trilogie et prélogie sont ici jetés.

Rian Johnson ne fait pas dans la demi-mesure. L’histoire peut sembler bancale tout comme la maitrise de la force par Leia Organa. Cela a irrité bon nombre de spectateurs. Toujours étant que cela ne laisse pas entrevoir un épisode 9 des plus trépidants.

Dans quelles directions aller ? Ce n’est pas Hux et son manque de charisme qui va faire office de méchant. Tout comme Kylo Ren plutôt absent durant ses 2h20. Plus éteint et moins inspiré que durant l’épisode VII. Notons d’ailleurs qu’il a enfin ôté son casque pour laisser paraitre son jeu d’acteur.
Mention toute spéciale à Phasma. Aussi inutile que dans le précédent volet. Comme énoncé plus haut, l’épisode 9 sera compliqué. Abrams va devoir reprendre ce qu’a fait Johnson. Comment s’en sortir après cela.

L’incertitude est totale. On ne peut pas dire que c’est la fin de l’épopée Star Wars. Mais elle est à l’image de l’univers… sombre.
Arrivera-t-il à générer un enjeu important pour tous ses personnages ? Le Premier Ordre fera-t-il enfin office de véritable méchant ? Creuseront-ils les backgrounds des personnages. Nous ne savons rien sur les origines des personnages.

Conclusion :

Que dire de cet opus de Star Wars. Ce n’est clairement pas le meilleur volet. Il est difficile d’en sortir avec un sentiment positif. Trop de questions restent en suspens. Le personnage de Luke est intéressant, même s’il passe clairement son temps à refuser d’aider Rey sans lui apprendre quoi que ce soit, n’empêchant d’ailleurs pas notre héroïne de devenir très forte et adroite au sabre laser.
Pour juger de cette nouvelle trilogie il faudra attendre l’épisode IX et ainsi voir ce que donne l’œuvre dans son ensemble. Il reste encore du temps. Restons optimiste. Wait and see comme dirait l’autre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.