Dans le rayon des bons films de cette année 2019, Rocketman, le biopic d’Elton John réalisé par Dexter Fletcher, qui a les moyens de montrer qu’il peut faire un excellent biopic après le moyen Bohemian Rhapsody.

Un monstre de la pop-culture

Rocketman se sert des codes de la comédie musicale pour raconter son histoire. Le récit c’est celui d’Elton John. Suivre son histoire du début en passant par son succès et sa chute. L’histoire s’ouvre sur Elton évoquant ses addictions et c’est quelque chose d’assez étonnant et plutôt intéressant comme point de vue de départ. La déconstruction du personnage dès le départ pour ensuite le reconstruire par nous-mêmes et mieux comprendre sa vie.

On suit son parcours dès l’enfance. Ses parents invivables et en même temps son talent musical l’amenant à développer se dernier pour en faire son métier. L’on suit également ses péripéties amoureuses et la difficulté d’être gay dans une société fermée comme celle des années 60/70.

Dexter Fletcher montre qu’il maîtrise sa réalisation et sa mise en scène. Il cerne très bien les codes des comédies musicales venant ici à servir son propos et puis propose des bulles fictives maitrisés. Une scène de concert où tout le monde plane, une rue où tous les passants chantent.

Ça reste tout de même un biopic assez fictif déjà par le biais des différentes phases musicales et puis le tout s’enchaine très rapidement. Elton est la pièce maîtresse du film, il lui est voué un culte dans le film. Long-métrage dont Sir Elton John est le producteur exécutif.

Outre son enrobage musicale, on sort du film sans en avoir appris énormément sur l’homme derrière la musique. Sa vie est beaucoup trop condensé et le temps n’est pas réaliste du tout et pour le coup le côté biopic tombe à l’eau pour mettre en avant davantage l’aspect musicale avec des tons graves par moments. Loin d’un biopic sur Dalida par exemple.

Il faut vivre Rocketman comme un film montrant le héros gravir les échelon du succès pour ensuite en tomber, mais en musique. Le côté fictif est invraisemblable prend le pas sur le sérieux et on en vient à se demander ce qui est réel ou non. Une part de nous rejette le côté biopic.

Conclusion :

Rocketman est un bon film, du moins une bonne comédie musicale, mais loin d’être un bon biopic. On sort de la séance sans savoir ce qui est vrai ou non sur la vie d’Elton John, du moins si ce n’est le fait qu’il s’appelle Reginald. Sinon, mention spéciale à Taron Edgerton jouant le rôle principal. Il est excellent dans son rôle et on a hâte de la revoir dans d’autres films.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.