Quand on nous parle de Columbia Pictures, on pense de suite à son introduction et à son célèbre logo qui utilise l’image de Columbia, la personnification féminine des États-Unis. Ce logo a une histoire, la voici :

Les origines de Columbia Pictures

Il y a tant de chose à raconter sur l’histoire du studio de Sony, dans les grandes lignes, voilà ce qu’il faut savoir. Columbia Pictures Industries Inc. (communément appelé Columbia Pictures ou simplement Columbia) est un studio de cinéma et une société de production américaine qui fait partie du Sony Pictures Motion Picture Group, une division de Sony Pictures, filiale de Sony Entertainment et du conglomérat multinational japonais Sony Corporation.

Parmi les filiales de Sony Pictures Entertainment nous avons Columbia Pictures, TriStar Pictures et Sony Pictures Classics. Là aussi, il y aurait énormément à dire sur ces entités. Par exemple, l’origine de TriStar Pictures remonte à 1982. Cette année là, Columbia – alors filiale de la Coca-Cola CompanyHBO et CBS vont créer une société commune pour limiter les coûts liés à la production et à la distribution de films. C’est en 1989 que Coca-Cola se désengage de la production, ses activités cinéma sont reprises par Sony qui fusionne Columbia et Tristar. Toutefois, si Columbia et TriStar ont fusionné, Sony utilise l’un ou l’autre des deux noms pour ses productions. Ci-dessous, l’introduction de TriStar Pictures pour Terminator 2 : Le Jugement Dernier.

Revenons à Columbia. Ce qui allait devenir Columbia Pictures, CBC Film Sales Corporation, a été fondée le 19 juin 1918 par Harry Cohn, son frère Jack Cohn et Joe Brandt. Elle a adopté le nom de Columbia Pictures en 1924, est devenue publique deux ans plus tard et a finalement commencé à utiliser l’image de Columbia, la personnification féminine des États-Unis, comme son logo.

Dans ses premières années, Columbia était un acteur mineur à Hollywood, mais a commencé à se développer à la fin des années 1920, sous l’impulsion d’une association réussie avec le réalisateur Frank Capra. Avec Capra et d’autres, Columbia est devenu l’un des foyers principaux de la screwball comedy (comédie loufoque, un sous-genre de la comédie hollywoodienne). Dans les années 1930, Jean Arthur et Cary Grant étaient les deux principaux contractuels de Columbia. Dans les années 1940, Rita Hayworth est devenue la vedette principale du studio et a propulsé leur fortune jusqu’à la fin des années 1950. Rosalind Russell, Glenn Ford et William Holden sont également devenus des vedettes du studio.

C’est l’un des plus grands studios de cinéma au monde et fait partie des ‘Big Five’, les grands studios de cinéma américains. Columbia était l’un des ‘trois petits’ parmi les huit grands studios de cinéma de l’âge d’or d’Hollywood. Cette société était principalement responsable de la distribution de la série de films Silly Symphony de Disney ainsi que de la série de dessins animés Mickey Mouse en 1929 et 1930.

Aujourd’hui les majors actuelles sont :

  1. Walt Disney Studios Entertainment (Walt Disney Company) avec pour principal studio Walt Disney Pictures ; pour labels Disneynature, Lucasfilm, Marvel Studios et la 20th Century Fox ; pour studio d’animation DisneyToon Studios, Lucasfilm Animation, Marvel Animation, Pixar Animation Studios et Walt Disney Animation Studios ; et labels secondaires The Muppets Studio, Touchstone Pictures et UTV Motion Pictures.
  2. Fox Entertainment Group (21st Century Fox) – depuis sous Walt Disney Studios Entertainment – avec comme principal studio 20th Century Fox ; pour label Fox Searchlight Pictures et Fox Faith ; pour studio d’animation ; Blue Sky Studios et 20th Century Fox Animation ; et label secondaire New Regency Productions.
  3. Warner Bros. Entertainment (Time Warner) avec pour principal studio Warner Bros. Pictures ; pour studio d’animation Warner Bros. Animation ; pour labels Castle Rock, HBO Films, New Line Cinema et Turner Entertainment.
  4. Universal Studios NBC Universal (Comcast) avec pour principal studio Universal Pictures ; pour labels Focus Features, WT2 Productions et Working Title Films ; pour studio d’animation Illumination Entertainment, DreamWorks Animation et Universal Animation Studios.
  5. Sony Pictures Motion Picture Group (Sony) avec pour principal studio Columbia Pictures ; pour labels Sony Pictures Classics, Screen Gems, Affirm Films, Stage 6 Films, Sony Pictures Releasing,TriStar Pictures, TriStar Productions et SPWA ; pour studio d’animation Sony Pictures Animation.
  6. Paramount Motion Pictures Group (Viacom) avec pour studio principal Pramount Pictures ; pour label Paramount Vantage, Insurge Pictures, MTV Films et Nickelodeon Movies ; et pour studio d’animation Paramount Animation.

L’évolution du logo de Columbia Pictures

Le logo de Columbia Pictures qui représente une femme portant une torche et un drapeau (représentant Columbia, personnification des États-Unis), a subi cinq révisions majeures.

À l’origine, en 1924, Columbia Pictures utilisait un logo représentant une femme soldat romaine tenant un bouclier dans sa main gauche et une tige de blé dans sa main droite. Le logo a changé en 1928 avec une nouvelle femme (Columbia, la représentante de l’Amérique) portant un drapeau et une torche. La femme portait une stola et une palla de la Rome antique, et au-dessus d’elle se trouvaient les mots ‘A Columbia Production‘ (‘A Columbia Picture‘ ou ‘Columbia Pictures Corporation‘) écrits dans un arc. L’illustration est basée sur l’actrice Evelyn Venable, connue pour la voix de La Fée Bleue dans Pinocchio de Walt Disney.

En 1936, le logo a été changé : la Dame de la Torche (Torch Lady) se tenait sur un piédestal, ne portait pas de coiffe, et le texte ‘Columbia’ apparaissait en lettres ciselées derrière elle. Jane Chester Bartholomew, originaire de Pittsburgh, que Harry Cohn a découvert, représenta la Dame de la Torche dans le logo. Il y a eu plusieurs variations au logo au cours des années – ce qui est significatif, c’est qu’une version en couleur a été réalisée en 1943 pour The Desperadoes. Deux ans plus tôt, le drapeau est devenu un simple drap sans marquage. Ce dernier changement est survenu après qu’une loi fédérale a été adoptée rendant le port du drapeau américain comme vêtements illégal. Taxi Driver de 1976 a été l’un des derniers films à utiliser la ‘Torch Lady’ dans son apparence classique jusqu’en 2019 où Once Upon a Time in Hollywood utilise l’apparence classique de la ‘Torch Lady’ (avec une légère modification pour ajouter une signature Sony au logo) pour correspondre à l’année (1969) où le film se déroule.

De 1976 à 1993, Columbia Pictures a utilisé deux versions du logos. La première, de 1976 à 1981 (1976 à 1982 pour les territoires internationaux), n’a utilisé qu’un rayon de soleil représentant les faisceaux de la torche. La partition accompagnant le premier logo a été composée par Suzanne Ciani. Le studio a embauché le pionnier des effets visuels Robert Abel pour animer le premier logo. La femme est revenue en 1981, mais sous une forme beaucoup plus lisse décrite comme ressemblant à une bouteille de coca.

Le logo actuel a été créé en 1992 (en même temps que le début de la version télévisée) et a commencé à être utilisé dans les films l’année suivante, lorsque Scott Mednick et The Mednick Group ont été engagés par Peter Guber pour créer des logos pour toutes les propriétés de divertissement appartenant à Sony Pictures. Mednick a engagé l’artiste de la Nouvelle-Orléans Michael Deas pour repeindre numériquement le logo et lui redonner un look ‘classique’. Michael Deas a engagé Jenny Joseph, graphiste pour The Times-Picayune, comme modèle pour le logo. En raison des contraintes de temps, elle a accepté de l’aider pendant sa pause déjeuner. L’animation a été créée par Synthespian Studios en 1993 par Jeff Kleiser et Diana Walczak, qui ont utilisé des éléments 2D du ‘tableau’ et les ont convertis en 3D.

En 2012, Jenny Joseph a donné une interview à WWL-TV : ‘Alors on s’est juste approchés à l’heure du déjeuner et ils ont enroulé un drap autour de moi et j’ai tenu une petite lampe de bureau ordinaire, une lampe de côté et j’ai juste tenu ça et on l’a fait avec une ampoule électrique‘. Michael Deas ajoute ‘Je n’ai jamais pensé qu’il arriverait sur grand écran et je n’ai jamais pensé qu’il serait encore en place 20 ans plus tard, et je n’ai certainement jamais pensé qu’il serait dans un musée, donc c’est plutôt gratifiant‘.

Quelques photos du shooting avec Jenny Joseph :

Évolution du logo de Columbia Pictures :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.