AccueilChroniquesMémoires d'un Junkie Dl'a Zik #8

Mémoires d’un Junkie Dl’a Zik #8

Mémoires-dun-Junkie-Dla-Zik

La petite décennie

Je ne me lancerai pas dans le classement des « 40 meilleurs albums des années 2000 » ou les « 10 plus grands singles de la décennie », simplement parce que tout classement de ce genre est fortement idiot et forcément consensuel suivant l’importance qu’on accorde à l’influence de certains disques, ou à leur vente.

Le cas Radiohead par exemple. Pour moi le chef d’oeuvre de Radiohead est Ok Computer, et je n’ai jamais pu ingurgiter ce qui s’est fait après, relevant pour moi de la masturbation de musicien voulant atteindre le statut d’artiste. C’est absolument génial de pouvoir se gargariser avec Radiohead, peu importe si on écoute vraiment ou pas, mais au moins ça donne l’air d’être érudit en musique. C’est mon avis, certainement pas partagé par la cohorte de fans du groupe, donc voila pourquoi aucun disque de Radiohead n’aura sa place dans ma liste des années 2000, alors que j’aurais certainement mis directement OK Computer dans celle des 90s. Cela ne m’a pas touché.

Bref, tout ça pour dire que l’on va refermer bientôt la petite décennie des années 2000 et que c’est quand même le moment de faire un bilan. Le mien se résumera à faire une petite liste des disques qui m’ont marqué d’une manière ou d’une autre. Pour vous faire partager cette liste, qui sera bien évident certainement très différente de la vôtre…

Voila l’album qui sort en 2001, qui prépare la décennie du Rnb. Aaliyah, le troisième d’Aaliyah. Tout y est, le song writing parfait, la production incroyable, une ingéniosité et des prouesses techniques tournées vers l’écriture et vers l’efficacité, pas juste pour l’expérimentation stérile.
C’est un disque intemporel. Il sortirait aujourd’hui, il mettrait K.O n’importe quel disque de pop/rnb actuel. La mort d’Aaliyah (qui se souvient d’elle ?) quelques semaines après la sortie de l’album n’a pas vraiment contribué au succès du disque, au contraire, si elle avait pu continuer, elle serait aujourd’hui une des plus grandes stars du genre pour le grand public.

Dans la catégorie, « Rock un peu dur, tendance punk, mais on fait des bonnes mélodies », honneur aux dames, et à Brody Dalle, avec les Distillers. Coral Fang de 2002, je l’ai écouté, et encore aujourd’hui c’est un album qui s’écoute très bien. Il aurait pu avoir été enregistré en 85, et 90 ou en 2000 c’est pareil. Simple, efficace, des bons riffs et une voix géniale. On compare souvent la voix de Brody à Courtney Love, à la différence près que Brody sait chanter en live. Bref, un disque de punk rock, mais bourré de refrains catchy, pas la peine d’en rajouter. Et puis pour une fois ce n’est pas du punk californien à la con. Dommage qu’elle part désormais du côté de Hélène Ségara, Céline Dion & Co dans sa carrière solo…

C’est mon coté pop, je n’y peux rien. La technique pour la technique, ça m’ennuie énormément. Donc de ce point vue, avec Daft Punk, contrairement à tous les « pousse-boutons » de la techno, on n’a jamais été déçu. Il y a beaucoup de très bons artistes dans l’électro qui sont bons sur des singles mais rarement en format album; c’est de la musique de club, aucun souci, on n’en demande pas tant; mais eux, savent faire des albums. Donc, en 2001, est sorti Discovery. Si vous n’aimez pas un SEUL titre de l’album, parce qu’il y en a pour tous les goûts, alors commencez à vous chercher de nouvelles oreilles. Ou une corde, tant qu’à faire.

Le rock c’est chiant. Le rock en 2009 c’est nul, on s’ennuie. Je n’écoute plus de rock à part les vieux groupes. Et pourtant l’album de White Lies je l’ai écouté en boucle à l’époque. Même si le style coldwave/rock n’est pas novateur, les titres sont tellement efficaces que ça passe tout seul et encore plus en live d’après ce que j’ai pu en voir. Tant qu’à faire, pour un groupe de rock c’est encore mieux, mais malheureusement en ces temps d’imposteurs, ce n’est pas toujours gagné.

Sur toute la décennie, il y a eu des Christina Aguilera, des Britney Spears, proclamées à chaque fois
comme les nouvelles Madonna. Il y a bien eu Stripped de Xtina.
Mais il y a mieux; il y a Lady GaGa avec The Fame, puis The Fame Monster. Que dire de plus, avec mon précédent article sur elle ?

With Teeth de Nine Inch Nails. Sorti en 2005, décrié par les fans pour son côté moins trash, moins industriel, et plus radiophonique, il s’agit seulement d’une nouvelle vie pour le seul maître à bord Trent Reznor, depuis des années en pleine auto-destruction. Un album annonciateur d’une renaissance, mélancolique des années gaspillées, interrogateur sur le futur. Mais çà n’empêche pas Reznor de continuer dans le business, puisqu’il a signé deux autres albums ensuite, a enchaîné les tournées d’adieu, a signé la BO de The Social Network de David Fincher, pour qui il va récidiver pour The Girl With The Dragon Tattoo.

Il y a bien sûr, des profusions d’autres albums, que j’ai écouté, que j’ai trouvé plutôt bien, que j’ai oublié… ce n’était juste que ceux qui me venaient à l’esprit.

Vous avez aimé ? Partagez :

Les favoris

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.