Mémoires-dun-Junkie-Dla-Zik

The Crow

Quoi ? Je vais vous parler d’un film ?

Ben ouais, au vu de la qualité de bande originale.

Je vais passer les poncifs rapidement: mort accidentel de Brandon Lee (fils de Bruce), l’acteur principal, blablabla. Bien que sa mort soit assez ironique, avec le scénario du film…
Un type revient d’entre les morts. Il tient à se venger des malfrats qui les ont assassiné, lui et sa petite amie, un an auparavant. Cela augure de l’Eros et du Thanatos, tout çà !

Je replace dans le contexte. Nous sommes dans la première moitié des années ’90. Les années ’80, en matière visuelle et philosophique, exerce encore un certain ascendant, dans tout ce qui n’est pas joyeux. La brit-pop commence tout juste à se faire entendre. Kurt Cobain, Jeff Buckley, Serge Gainsbourg, Freddy Mercury meurent. L’URSS n’existe plus. Une certaine grisaille et monotonie s’installent, dédiées au Dieu Capitalisme du vainqueur, les USA. Vous voyez le topo..?
Dans ce début de fin du monde, on ne combat plus, on subit: les gens deviennent des produits, des robots. Même l’amour devient un travail, un poids; d’où une certaine non-sensualité, mais plutôt hyper-sexualité (sublimé, entre autres, par l’album Erotica de Madonna). Terreau des néo-romantiques, en somme (qu’on appelle les gothiques, vous savez, les gens qui s’habillent et se maquillent en noir, qui parlent de souffrances, ce qui avait avant les émos des années 2000). Mais aussi du « renouveau » d’un rock plus brut, qui avait été assagie par les années ’80.

Sort donc un film avec un scénario presque risible, mais où se dégage une atmosphère à la fois lumineuse et sombre, touchante et inquiétante, presque monochromatique. Le héros n’est pas en reste, affublé d’un long manteau sombre, les cheveux longs et crades, avec un maquillage criard de clown morbide (Heath Ledger n’a rien inventé pour l’aspect du Joker de The Dark Knight…).

The Crow, à l’image des années ’90, pleure sur l’innocence perdue.
La B.O., parce qu’on est là pour çà, y est pour beaucoup dans le succès du film. Des titres de grands groupes de cette mouvance sont proposés, participant à ce conte sur la mort et l’amour. Pour une fois, la musique ne sert pas qu’à alimenter le sujet ou à faire un clin d’oeil, elle devient un personnage. Pas anodin que le héros était un ancien musicien…

The Cure – Burn

Machines Of Loving GraceGolgotha Tenement Blues

Stone Temple Pilots – Big Empty

Nine Inch Nails – Dead Souls

Rage Against The Machine – Darkness Of Greed

Violent Femmes – Color Me Once

Rollins BandGhost Rider

Helmet – Milktoast

PanteraThe Badge

For Love Not Lisa – Slip Slide Melting

My Life With The Thrill Kill KultAfter the Flesh

The Jesus And Mary ChainSnakedriver

MedecineTime Baby III

Jane SiberryIt Can’t Rain All the Time

Sinon, Lady Gaga revient.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.