De la pop culture à la porn culture, avec Carré Rose la rédaction d’Eklecty-City va à la rencontre des actrices X qui nous confient leurs débuts dans l’industrie du porno, les coulisses du métier, leurs actualités du moment et bien-sûr leurs gouts culturels. Pour ce nouveau numéro, nous sommes partis à la rencontre de l’actrice Susan Ayn. Susan est née en République Tchèque, elle a débuté sa carrière en 2013 à l’age de 21 ans, elle comptabilise aujourd’hui plus de 300 scènes.

Interview en Anglais

Bonjour Susan, merci à toi de participer à « Carré Rose » notre chronique coquine. Dans le cas où il y aurait des internautes qui ne te connaissent pas peux-tu te présenter ?

Susan : Salutations à vous, Thomas, et à tous les lecteurs du Carré Rose. Eh bien, je suis né en République Tchèque (Moravie), et j’ai vécu dans ma ville natale jusqu’à la fin de mes études secondaires, puis, peu après mon dix-huitième anniversaire, j’ai commencé à tourner et à travailler dans des boîtes de nuit locales. Dans ces clubs, des agents de Prague m’ont remarqué et j’ai voyagé à Prague pour y trouver des emplois. J’ai ensuite déménagé à Prague, la capitale, où j’ai travaillé pendant quelques années. Et à partir de maintenant, je voyage dans toute l’Europe en freelance.

A quel âge as-tu décidé de rentrer dans l’industrie du X ?

Susan : J’avais 21 ans à l’époque.

Quel est l’origine de ton pseudo ?

Susan : Eh bien mon premier pseudo était Susan Sweet – je pense qu’il n’y a pas de doute sur l’origine (rires). Mais un des agents m’a dit, que si je veux me démarquer, je dois aussi avoir un pseudo beaucoup plus original, parce que « Sweet » est un pseudo très courant dans l’industrie du porno. Nous avions besoin du nouveau nom rapidement et j’étais trop fatigué pour penser sérieusement à un nouveau nom, alors elle m’a suggéré « Ayn » et après quelques recherches, j’ai accepté. L’origine de « Ayn » vient du nom d’une commune du département de Savoie dans le sud de la France, mais je n’ai aucune relation avec cette région, nous avons juste aimé sa sonorité.

Parle-nous de ta première expérience de tournage. Comment cela s’est passé ?

Susan : C’était très bien. Mon premier tournage était avec 2 filles + 2 garçons et l’équipe s’attendait à beaucoup de complications avec une nouvelle fille inexpérimentée, mais toutes mes réponses étaient  » oui  » et avec le sourire – y compris certaines pratiques que les nouvelles filles n’aiment pas faire – alors elles ont été agréablement surprises.

Quel est ton meilleur souvenir de tournage ?

Susan : Je n’ai pas de souvenir particulier de meilleur tournage, mais quand je regarde en arrière, j’ai des souvenirs très positifs de toutes les scènes tournées avec mon collègue acteur Jan Velicka (repos en paix).

La scène dont tu es le plus fière ?

Susan : C’est difficile à dire, j’ai fait plus de 300 scènes jusqu’à présent pour divers studios de toutes sortes et aucune des scènes n’excède les autres pour en nommer ici. Mais ce dont je suis – si ce n’est pas fier, du moins satisfait – c’est la façon dont les producteurs m’apprécient, j’entends souvent des choses comme « Susan, si toutes les filles étaient comme toi….« .

Le fantasme que tu n’as pas encore réalisé ?

Susan : Je n’ai pas de tel fantasme, j’ai essayé tout ce que je voulais.

Lors des tournages, prends-tu réellement du plaisir ou es-tu uniquement dans la simulation ? J’imagine qu’il y a des jours avec et des jours sans, dans ce cas comment fais-tu pour tourner ?

Susan : Oui, ta supposition est tout à fait correcte. Mais tout d’abord, la plupart des gens ne se rendent pas compte que derrière chaque scène, il y a beaucoup d’heures de travail acharné, l’action sexuelle est souvent interrompue ou compliquée par les demandes du réalisateur, ou étant trop longue pour mes homologues masculins, ayant besoin d’un « rafraîchissement »… et tout cela rend plus ou moins difficile à apprécier. Et si vous tenez compte du fait que la routine, l’aspect « sexe vide » de la production, je pense que si quelqu’un répond « s’amuser à chaque fois », ce n’est tout simplement pas possible. Et je ne fais pas exception. Je peux vous dire que j’aime énormément le sexe, mais produire une scène de sexe n’est pas la même chose.

A ce jour quel est selon toi le meilleur studio de production?

Susan : Parmi les studios avec lesquels j’ai travaillé, Legal Porno.

Es-tu une grande consommatrice de porno ?

Susan : Je vais probablement vous surprendre ici, mais non. En fait, je ne regarde pas de porno du tout, pas même mes propres scènes.

Qu’est-ce que tu aimes dans le porno ?

Susan : L’argent (rires).

Et qu’est-ce que tu détestes ?

Susan : Eh bien…. des gens peu fiables, des tricheurs qui mettent les autres en danger et, en un mot, le manque de professionnalisme.

Quelles sont tes limites pour une scène ?

Susan : Seulement très peu de limites. Je n’ai aucun problème avec la triple anal, l’urine, ou dix hommes, mais ce que je ne fais jamais sont, laissez-moi dire, des pratiques liées aux excréments et je ne tourne pas non plus des trucs de soumission-domination hardcore.

Quels sont les actrices / acteurs et les réalisatrices / réalisateurs avec qui tu veux travailler ?

Susan : Aucun favori dans les deux cas. Je travaille avec n’importe quel studio ou réalisateur sérieux qui me fait une offre intéressante.

Qu’est ce qui t’excite chez un(e) femme/homme?

Susan : Les beaux hommes, bien sûr (rires) et je ne peux pas imaginer le vrai sexe sans un profond baiser.

Quels conseils donnerais-tu aux futures actrices qui souhaitent embrasser cette carrière ?

Susan : Je recommanderais qu’elle garde sa valeur – en commençant par les choses plus douces et en s’étendant à tout – est possible sur une période de plusieurs années. Ce que, bien sûr, je n’ai pas fait (rires).

Tu le sais chez Eklecty-City nous traitons de l’actualité cinéma. Avec quel acteur / actrice souhaiterais-tu passer une soirée (rires) ?

Susan : Leonardo DiCaprio.

Justement profite de ces quelques lignes pour lui adresser un message (rires).

Susan : Bonjour Leonardo, pouvez-vous demander à votre petite amie actuelle si elle vous permet de passer une journée de vacances inoubliables avec moi ?

Du coup, que faut-il faire pour te séduire ?

Susan : C’est une question trop privée, excuse-moi Thomas (rires). Passons à la suivante.

Si demain ta vie doit faire l’objet d’un biopic au cinéma, quelle serait l’accroche de l’affiche du film ?

Susan : Hehe (rires) …. OK, qu’en est-il de ça : « La vie est dure. Mais moi aussi.« 

Justement, parlons un peu de tes gouts culturels. Quels sont tes films préférés ?

Susan : Tous les films avec l’acteur nommé précédemment (Leonardo DiCaprio), je préfère les films comiques ou romantiques et surtout les films tchèques classiques à partir des années 80…. mais les noms ne diront rien à vos lecteurs.

Quelles sont tes séries du moment ?

Susan : Pas le temps de regarder n’importe quelle série malheureusement depuis quelques années maintenant, mais quand j’ai eu le temps, encore une fois les classiques comme Alerte Cobra.

La musique que tu écoutes en boucle actuellement ?

Susan : J’aime la musique et je ne peux pas vivre sans (rires) La plupart du temps, il s’agit de musique pop ou de danse jusqu’aux années 90. Rarement plus modernes.

Nous nous occupons également de l’actualité jeu vidéo. Es-tu une gameuse ? Parle nous de ta meilleure expérience vidéoludique et du dernier jeu auquel tu as joué ?

Susan : Non, pas de jeu du tout – jamais. Oh attend, très rarement, j’avais l’habitude de jouer à des jeux de plateau, mais certainement pas de jeux électroniques/informatiques. Je n’aime pas ça.

Parle-nous de ton actualité et de tes projets en cours.

Susan : Eh bien Thomas, je ne suis la fille d’aucun projet concernant mon travail – c’est comme si l’offre venait, j’accepte, je rejette. J’ai des plans et des objectifs sur lesquels je travaille, c’est mon seul « projet ». Imaginez que c’est comme si vous alliez à n’importe quel autre travail régulier. La nouvelle, eh bien je ne vis plus en République Tchèque depuis mi-2017, c’est la plus importante.

Où te vois-tu dans 10 ans ? Toujours devant la caméra ? A la réalisation ? Ailleurs ?

Susan : Certainement pas devant la caméra, ni derrière et probablement pas du tout dans l’industrie des adultes. Parce que dans 10 ans, je me vois au milieu de ma famille avec des enfants.

Que voudrais-tu dire à tous tes fans et aux prochains ?

Susan : Mes chers fans, merci pour tout le soutien et les paroles aimables que vous m’affichez sur les réseaux sociaux, je l’apprécie et je suis heureux de pouvoir rencontrer certains d’entre vous lors de mes tournées européennes.

C’est le moment du selfie, tu dois te prendre en photo là où tu es actuellement.

Susan : Je suis en train de me détendre (rires).

susan-ayn-selfie-carré-rose-eklecty-city

A quelle(s) autre(s) actrice(s) souhaiterais-tu que l’on pose ces questions ? Pourquoi ?

Susan : Personne de l’industrie pour adulte en tête… mais vous pouvez essayer de trouver une actrice traditionnelle (film / série) dont la carrière a été endommagée par la découverte ultérieure qu’elle tournait du porno avant de devenir célèbre dans les films normaux – cela pourrait être un sujet intéressant pour les lecteurs.

Pour terminer, quelle question aurais-tu souhaité que l’on te pose et qu’aurais-tu répondu ?

Susan : Je suis assez surpris que vous n’ayez pas posé de questions sur mes jouets sexuels préférés. Et je répondrais – pour démolir définitivement l’idée commune sur les filles typiques du pornos – que je n’aime pas beaucoup les jouets et ne les utilise pas beaucoup, sauf pour les demandes de films. Mais c’est parce que je ne suis pas une fille porno typique (rires).

Encore une fois merci Susan d’avoir joué le jeu, à bientôt.

Susan : De rien, j’espère que vos lecteurs apprécieront l’interview.

Susan Ayn sur Twitter

Propos recueillis par Thomas O. pour Eklecty-City.fr, qui remercie Susan Ayn de s’être prêtée au jeu d’une interview.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.