Dans le rayon des jeux indépendants, on y déniche parfois de belles surprises et Airheart en fait partie. Ce Shoot’em up aux airs de Rogue Like vous emmènera dans les tréfonds du try and die jusqu’à plus soif.

S’élever au septième ciel pour atteindre le carré rose !

L’histoire est assez simpliste tout comme sa narration. La Terre n’a plus aucune ressource à offrir, tout se retrouve dans les cieux, mais gare aux pirates qui viendront vous gâcher vos rêves d’élévation. Amélia Airheart (Amélia Earhart vous l’aurez compris, célèbre aviatrice disparue dans les iles du pacifique).

Airheart est truffé de quelques petites cinématiques afin de nous expliquer l’univers. Mais, le background est malheureusement peu exploité. Les amateurs de jeux ayant une forte proportion de narration risquent d’être déçus.

T’aime les films de gladiateur ?

Les mécaniques de gameplay sont nombreuses et assez intéressantes. Vous aurez une bonne quarantaine niveaux à traverser, sachant qu’un boss se trouve au bout de 4 niveaux traversés. Sachant que ces derniers ne sont pas générés aléatoirement, vous connaitrez les niveaux sur le bout des doigts.
Sachez que si votre avion chute vous pourrez tenter de vous poser en catastrophe et être récompensé, ou bien vous allez mourir. Dans les deux cas il vous faudra remonter. Et cela dès que vous mourrez.

Mais chaque remonté bien que similaire dans les ennemis proposés ne le sera pas pour votre avion. Le système de craft vous demandera du temps pour travailler sur votre avion par itération afin de toujours monter plus haut. Vous pourrez améliorer vos armes et compétences comme la précision. Une bonne chose pour faire évoluer votre avion.

Une fois au sol, vous vous rendrez dans votre hangar afin de vous atteler à l’upgrade de votre engin. Cela vous demandera bien entendu de l’argent. L’argent que vous récupérerez en détruisant des tourelles pirates toujours plus difficiles à vaincre.

Sachant qu’une fois que l’avion est à court de vie, celui-ci pique du nez, à vous donc de le faire atterrir sous peine de perdre les améliorations durement acquise. Un rogue-like en bonne et due forme.
Au-delà des mécaniques de gameplay, Airheart propose une direction artistique colorée et steampunk. Plutôt agréable pour les yeux, le titre vous
émerveillera durant sa dizaine d’heures de durée de vie.

Conclusion :

Airheart est un bon petit titre qui se laisse découvrir au fur et à mesure dans son aventure. Une once de répétitivité se fait ressentir. Remonter, remonter et remonter sans cesse avec les mêmes ennemis ne conforte pas dans l’idée d’avoir une excellent rejouabilité.
Si vous cherchez un petit jeu sympathique et colorée avec une partie Shoot’em up alors Airheart pourra possiblement vous convenir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.