Karl-E.-Landler-Photoshoot-Pocobene-Claude-01

Comédien au profil multi-facettes, Karl E. Landler nous a fait l’honneur d’une interview cet été. Vivant entre Los Angeles et Paris, Karl E. Landler est un expert en gymnastique, parkour et pratique différents sports de combat, de quoi l’inscrire à l’arsenal comme l’arme fatale. Égérie de la marque Shiseido, il s’est déjà fait un nom dans le cinéma d’action via plusieurs collaborations avec Luc Besson : Transporteur 3, Arthur et la Guerre des deux mondes, Banlieue 13

Découvrez notre interview exclusive avec Karl E. Landler un jeune comédien avec une bien belle carrière devant lui que nous retrouverons à la rentrée dans « Profilage », la nouvelle série signée TF1.

Bonjour Karl E., tout d’abord merci d’avoir accepté de te prêter au jeu de l’interview, dans le cas où il y aurait des internautes ignorant ton parcours, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Karl E. Landler : Merci à toi de me poser ces questions. Je suis un acteur qui aime vivre à fond et relever les challenges. J’avais envie de jouer, m’amuser et courir un flingue à la main comme Bruce Willis. Donc le cinéma me paraissait le meilleur compromis (rire). J’ai profité de mon background en gymnastique pour faire des films d’actions. Avec beaucoup de discipline et du plomb dans la tête j’ai réussi à en faire mon métier.

Originaire de Nîmes, tu as quitté très tôt ton sud natal pour te concentrer sur ta carrière de comédien. Qu’est ce qui t’a poussé à suivre cette voie ?

Karl E. Landler : L’envie de changer d’air. Je suis hyper actif et le l’idée de faire la même chose au même endroit pendant des années ne fonctionnerait pas. Je n’aime pas qu’on me dise ce que je dois faire. Alors je suis monté sur Paris pour commencer ce qui est encore aujourd’hui une folle aventure.

J’imagine que les actions movies hollywoodiens ont bercé ton enfance, quel est pour toi le film qui résume à lui seul le genre ?

Karl E. Landler : Volte Face. Tu restes scotché du début à la fin avec des ralentis incroyables, des acteurs au top, et une réal rythmée ! Un des premiers de ma génération à avoir surpassé les autres.

Quelles sont tes films références en matière de cinéma ?

Karl E. Landler : Pas évident ca dépend des moments. Pendant longtemps « Crying Freeman » de Christophe Gans était devenu un de mes films références. L’´esthétisme, la lenteur et les plans me fascinaient. « Million Dollars Baby » de Clint Eastwood. La fin m’a simplement plongée en dépression. Un total contre pied. Récemment j’ai découvert « Ip Man » de Wilson Yip. Un petit Bijou…

Outre ton talent pour la comédie tu es un expert en gymnastique, parkour et tu pratiques les sports de combat. Pour reprendre la réplique de Roger Murtaugh : « Je suppose qu’on devrait t’inscrire à l’arsenal comme l’arme fatale ? »

Karl E. Landler : : Je citerai un acteur que j’aime beaucoup « […] ce que j’ai, c’est des compétences particulières, que j’ai acquises au cours d’une longue carrière. Des compétences qui font de moi un véritable cauchemar pour vous. Si vous relâchez ma fille maintenant, ça s’arrêtera là. Si vous ne la relâchez pas, je vous chercherai, je vous trouverai et je vous tuerai. » Liam NeesonTaken. (Rire).

Taken-2-Movie-Picture-01

Aujourd’hui, nous te retrouvons dans des productions américaines, françaises et russes. Comment es-tu parvenu à t’exporter ?

Karl E. Landler : : J’ai des envies très précises sur ce que je souhaite faire et je n’arrive pas à décrocher tant que je n’essaie pas. Alors, je fonce. Je n’ai pas peur de me planter. C’est très Anglo-Saxon comme mentalité. On t’apprend à ne pas avoir peur de l’échec contrairement à la France où tu dois réussir à tout prix du premier coup sinon c’est mal perçu. J’ai défini au mieux mon profil, ce que je représente sur le marché du cinéma et j’essaie de l’exploiter au mieux. Parfois c’est à l’étranger que tes qualités seront le plus apprécier alors on bouscule les frontières pour se faire connaître… et si ça marche, Bingo.

Tu as collaboré à maintes reprises avec Luc Besson, doublure de Jason Statham dans le film « Transporter 3 », tu as également participé aux cascades du film Banlieue 13. Peux-tu nous en dire plus sur ces différentes expériences ? Je crois savoir que l’avant-première de « Ong-bak » a été décisive pour ta carrière…

Karl E. Landler : Waoow ! Okey comment sais tu ca ? « Ong Bak » était particulier. Je vivais à Nîmes à cette époque avec un court métrage amateur comme seul expérience. Luc Besson se déplaçait à Montpellier et ensuite à Nîmes pour les avant premières du film. Je me suis dit : OK, il faut savoir saisir les opportunités. J’imprime un CV, je rajoute un paquet de courts métrages en plus comme si ça aller changer quelques choses (rire) et je fonce à Montpel.

Je prends mon billet et je m’assoie au premier rang face à Luc Besson qui faisait la présentation. Je le fixe droit dans les yeux. Je le lâche pas du regard une seule seconde. Il finit son speech me passe à côté puis sort de la salle. Ma mission : qu’il reparte à Paris avec mes informations. Je lui cours derrière et l’interpelle. Avec ma voix qui se noue je lui tends mon enveloppe avec mes photos et CV à l’intérieur. Gentiment il m’écrit l’adresse de son casting directeur à Paris, me rend l’enveloppe et s’en va direction Nîmes.

Je cours à ma voiture, le suis sur l’autoroute jusqu’au deuxième cinéma, reprends un billet et m’assoie à nouveau au premier rang face à lui. Il me regarde à nouveau. Il finit son speech sort de la salle. Je lui court derrière et fini par lui dire que je préfèrerai qu’il prenne mon profil avec lui. Il me sourit prend l’enveloppe et s’en va. Je ne sais pas vraiment si ça à changer quelques choses où non. Mais en tout cas c’est un bon souvenir. Merci de m’y avoir fait repenser.

Banlieue-13-Ultimatum-2008-Movie-Picture-01
David Belle et Cyril Raffaelli / Banlieue 13 Ultimatum (2008)

Tu maitrises l’art du Parkour, inventé par David Belle, as-tu un conseil à donner à nos jeunes lecteurs qui souhaitent se lancer dans ce sport ?

Karl E. Landler : Le faire avec le plus de précaution possible. C’est un sport qui peut s’avérer très dangereux. Prendre des courts d’acrobaties en parallèle avec de bons techniciens sera un atout non négligeable. Préservez vos articulations, le béton fait parti de la discipline mais le corps n’aime pas ça.

Dans le film « Les Fauves » produit par TF1, tu campes le héros Virgil Parcek, un policier infiltré dans la mafia. Comment as-tu préparé ton personnage ? As-tu pu suivre de véritable policier pour t’imprégner du rôle ?

Karl E. Landler : A cette époque j’étais sur trois autres projets ; « Transporteur 3 », « Banlieu 13 : Ultimatum », et je finissais en suspect principal un épisode de « Julie Lescaut ». J’ai foncé directement dans la peau du personnage de Virgil. J’étais dans l’ambiance avec toutes ces productions actions autour de moi. (rire)

Diffusée durant trois ans au cinéma et à la télévision, tu as incarné Martin pour les besoins de la campagne de « L’Armée de Terre ». Comment t’es-tu trouvé impliqué dans le projet ?

Karl E. Landler : Un casting sur Paris. J’ai planté un salto Arrière en plein milieu de l’audition. C’est comme ca que j’ai eu le projet. Une semaine de tournage à Canjuers énorme centre d’entrainement militaire. Avec des moyens à l’américaine. Hélicoptères, tanks, voiture en flamme etc… Le Kiffe.

Ta méthode de travail est-elle identique d’un pays à l’autre ?

Karl E. Landler : Oui. Peux importe le pays, l’outil de travail reste le même. Toi. Par contre suivant la culture du pays dans lequel tu es, tu vas essayer de t’adapter un petit peu.

Tu as tourné récemment à Moscou avec Cyril Raffaelli pour la grosse production russe Gazgolder. Peux-tu nous en dire d’avantage sur le projet ?

Karl E. Landler : Gazgolder est un des plus gros groupe d’Entertainment qui représente de star du Rap, RnB, HipHop etc Russe. Basta, star du rap, faisait son premier film un peu comme Eminem avec « 8miles ». « Banlieue 13 » avait cartonné là bas et Cyril était connu comme le loup blanc. (rire). La prod à contacté Cyril qui m’a contacter avec un autre ami. On avait l’autorisation d’utiliser la ville de Moscou pendant trois Jours. A la Russe ! J’ai même fait une glissade sur le mur du Kremlin !

Parmi les nombreux films existants, quel personnage aurais-tu voulu jouer ?

Karl E. Landler : J’aurais bien voulu faire « Largo Winch », je trouve que ça peut devenir un parfait James Bond made in France ! Je ne désespère. Luc [Besson] si tu m’entends ? (Rire)

A la rédaction, nous pensons que ton profil pourrait être un atout dans la franchise Expendables, t-imagines-tu un jour donner la réplique à des stars telles que Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger ou encore Bruce Willis ?

Karl E. Landler : Ah Ah… On y travaille… mais Chuuuuuuut…

Justement, avec quel(s) acteur(s) désirerais-tu jouer ?

Karl E. Landler : Ma bande de pote en France. Alban Lenoir, Julien Ratel, Corinne Puget, Sarah-laure Estragnat, Samira Lachhab, David Atrakchi… je ne vais pas tous les citer. Mais des talents incroyables aux profils différents. J’aimerais un projet qu’on ferait tous ensemble en s’éclatant !

Un mot sur tes prochains projets ?

Karl E. Landler : Le 5 septembre (2013) la diffusion de la saison 4 inédite de « Profilage ». L’épisode « Panique » d’ouverture sera pêchu. J’interprète le suspect principal avec de l’action au rdv. Descente en rappel de trente mètres en plein Paris, prise d’otage à Orly.

Je connaissais Odile Vuillemin qui joue Chloé St Laurent depuis longtemps c’était cool de tourner ensemble. Je viens également de finir un film aux US « Layover » réalisé par Joshua Caldwell où je campe le rôle principal masculin et également la réalisation de mon premier court métrage co-écrit avec Marem Hassler. Je rejoins l’équipe talentueuse de « Métal Hurlant » pour un épisode fou, Action et Love au RDV ! Pour le reste… trop tôt pour en dire d’avantage, J’ai le syndrome du Brésil… Allez savoir ce que ca veut dire. (Rire)

Tu as été l’égérie de nombreuses campagnes mondiales dont Ubisoft, Eklecty-City couvre également l’actualité vidéoludique, quels sont tes jeux vidéo phares ?

Karl E. Landler : Angry Birds, le parfait petit jeu quand tu veux de relaxer 5mn ! J’attends la nouvelle version d’ « Angry Birds Star Wars » inspiré de l’univers de George Lucas… rien que ça. Pas si petit que ca le jeu finalement.

Karl E. Landler dans le spot du jeu Red Steel 2 sur Wii

Le cinéma s’invite régulièrement dans le jeu vidéo, nous pouvons parler des acteurs Willem Dafoe et Ellen Page qui ce sont lancés dans la performance capture avec Beyond Two Souls. Serais-tu intéressé par ce type d’expérience ?

Karl E. Landler : Je suis familier avec la motion capture. J’en ai fait pour diffèrent projet. Mais j’adorerai voir un personnage qui me ressemble dans un jeu.

As-tu un message pour nos lecteurs et tes fans ?

Karl E. Landler : Un Grand merci pour les messages et petit cadeau que je reçois chez mon agent. Certains sont très surprenants ! Surtout garder le cap et ne jamais laisser tomber ses passions, désirs et/ou envies… Ne pas écouter les conseils des autres. Personne ne détient « LA » vérité et tous les conseils sont basés sur les expériences de chacun. Donc ancré dans le passé. Seul les prises de risque peuvent changer les choses et potentiellement vous surprendre. Sans surprise… y a pas de plaisir. Ne me demande pas pourquoi je te parle de ca.

Pour conclure, quelle question aurais-tu souhaité que l’on te pose et qu’aurais-tu répondu ?

Karl E. Landler : Strength N Honor ( peu importe la question) !

Propos recueillis par Thomas.O “C-T” pour Eklecty-City.fr qui remercie Karl E. Landler pour s’être prêté au jeu de l’interview. Credit photo Pocobene Claude

Pour suivre Karl E. Landler :

https://twitter.com/karlelandler

La bande demo de Karl E. Landler :

1 COMMENTAIRE

  1. Hello, Profilage n’est pas une nouvelle série, déjà 3 saisons, à la rentrée on a droit à une nouvelle saison, la 4ème avec Philippe Bas et Odile Vuillemin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.