Les films humoristiques et burlesques existent depuis la nuit des temps et certains restent intemporels. C’est le cas pour le film Une nuit à Casablanca. Les Marx Brothers ont un humour toujours aussi bons et qui fonctionnent même encore aujourd’hui.

Une belle empreinte dans la pop-culture

Une nuit à Casablanca est sortie pour la première fois dans les salles obscures en 1946, autant dire que cela remonte à des temps anciens. Nous aurions pu nous dire que le temps n’a pas été clément avec le films et ses archétypes de personnages. Il n’en est rien.

L’humour corrosif du très célèbre Groucho Marx est toujours aussi bon. Utilisant des ressorts comiques toujours d’actualité. De là à dire qu’ils étaient des précurseurs, il n’y a qu’un pas. Tout comme le personnage de Harpo Marx. Un génie sur patte. Ses mimiques et son humour font mouches durant toute l’intégralité du long-métrage.

Il est fou de se dire que l’on sourit voir rigole à gorge déployé à des ressorts comiques datant de l’après-guerre. Concernant son scénario, celui-ci est daté mais agréable à suivre. On ne lui en demande pas trop au vu de la date du film.

Voici le synopsis :

Aidé de ses hommes de main et de sa maîtresse, un ancien nazi assassine un à un les directeurs de l’hôtel Casablanca, qui abrite, selon lui, des trésors cachés durant la Seconde Guerre mondiale. Appelé à la rescousse, Ronald Kornblow prend la tête de l’établissement maudit avec pour mission d’enquêter sur cette série de meurtres inquiétants et surtout de rester en vie.

On passe un agréable moment devant Casablanca avec des situations des plus rocambolesques les unes que les autres. Entre scènes « d’actions » de chant ou encore comique on ne peut pas être déçu de ce cocktail détonnant offert par Archie Mayo, le réalisateur du film. On ne s’ennuie jamais notamment durant le duel à l’épée dantesque et d’anthologie.

En termes de bonus on reste sur du classique avec les coulisses du film, un reportage sur les Marx Brothers et la bande-annonce du long -métrage.

Conclusion :

Une nuit à Casablanca est un cocktail ubuesque et totalement surprenant. On ne peut pas s’ennuyer et on se retrouve avec des scènes grandioses. Le scénario se permet de grosse digression et il est difficile de voir où il veut nous emmener sans compter de gros clichés, mais le film datant des années 40, on passe outre cela.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.