L’El Dorado, cette période mythique au cinéma, reflétant une ère de tous les possibles, de toutes les conquêtes et des méchants indigènes souhaitant tuer des conquérants et chercheur d’or et de reliques. Oro ne déroge pas à la règle et nous livre une prestation passable. Qui se regarde en se faisant apprécier par moment.

Une descente en Amazonie

Les conquistadors sont à leur apogé, ils arrivent aux Indes et permettent donc de découvrir un tout nouveau continent, plein de richesse et de découvertes. Un groupe va donc se former : trente hommes et deux femmes pour découvrir la cité mythique d’El Dorado. De l’or et moult richesses à découvrir.

Bref, comme vous pouvez l’imaginer, rien ne va tourner comme prévu et l’épopée sera pleine d’embûches. Les soldats anonymes conduits par deux femmes sont suivis par des membres du clergé et un représentant du roi d’Espagne. Une belle bande en somme pour ce périple, sale, boueux, triste et dramatique au possible.

Les personnages deviennent des animaux sanguinaires au fur et à mesure de leur avancée. Ils deviennent mesquins et servent leur propre intérêt au détriment du groupe. Ils n’hésitent pas à tuer si rien ne leur convient.

Je ne vais pas en dévoiler davantage mais sachez qu’Oro prend aux tripes et c’est une aventure tenant en haleine du début à la fin.

La jungle !

Ce film réalisé par Agustín DíazYanes (capitaine Alatriste, Sans nouvelles de dieu etc) était attendu par de nombreux fans et aura probablement pu convenir à tous les fans du réalisateur espagnol. Oro dépeint donc la réalité humaine dans ses tréfonds, pouvant être capable du meilleur mais surtout du pire et de la violence.

N’hésitant pas à utiliser du sang à foison tout en mettant en place une atmosphère malaisante entre viole, meurtre et laisser mourir son semblable. Autant de choses inconcevables dans notre société actuelle forte heureusement.

En bref, Oro vous poussera dans vos retranchements en tant que spectateur et c’est une bonne chose au final. A voir ensuite si vous accrocherez à cet univers remplis de conquistadors et dont les clichés masculinistes ont la dent dur.

Conclusion :

Oro est un long-métrage dur, violent et assumant ses choix vis-à-vis de sa réalisation allant dans le sens de ce qui a été dit plus haut. Reste à voir s’il peut être à la portée de tous avec un discours portant sur l’humain et sa capacité à user de violence quand la situation le dépasse. Oro vaut le détour, clairement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.