Comment passer à côté de la licence Fast and Furious. Chaque sortie nous rappelle que la cash-machine est de retour dans les salles obscures pour nous siphonner notre porte-monnaie à coup de dérapages et d’explosions. Fast and Furious 8 a fait son arrivée dans les étales avec une sortie Blu-ray.

C’est la famille !

Comme toujours, Dominic Toretto et sa famille vont devoir relever un nouveau défi pour le gouvernement. Mais voilà que le passé de notre héros le rattrape avec un secret lourd à porter. Face à l’adversité, Dom va se mettre à dos Letty, Hobbs, Roman et toute la clique.
La grande méchante répond au nom de Cipher. Un clin d’œil à Metal Gear Solid ? Probablement pas ; trêve de mondanité et revenons à ce qui nous intéresse. Le scénario. Rien de nouveau sous le soleil si ce n’est qu’il faut une nouvelle fois sauver le monde mais aussi encore et toujours « sauver la famille ».

The-Fate-of-the-Furious-Fast-and-Furious-8

Le tout tien la route, même si cela n’est pas très profond comme ce fut avec le 7 ou encore le 6. C’est loin d’être un navet, très loin même. Le fait de retourner la veste à Dom est intéressant.

Comment le groupe peut se débrouiller sans le leader ou « le mâle Alpha » ? Comment réussiront-ils à le stopper mais aussi à le sauver ? Quelle est la véritable raison de son départ ?

Toutes les réponses apparaitront au fil de l’aventure et je ne peux me permettre de vous dévoiler l’intrigue. Tout ce que je peux dévoiler c’est qu’il y a des voitures et des explosions.

Rapide et Dangereux 8

Comme à son habitude, le casting tient la route. Il y a tellement d’acteurs et d’actrices que l’on se croirait devant un volet d’Expendables. Notons que F. Gary Gray (Straight Outta Compton ; Braquage à l’Italienne), réalisateur du film a tout de même fait du bon boulot. La réalisation est à la fois soignée et maitrisée.

Charlize Theron en grande méchante est un grand OUI. Hobbs, incarné par The Rock passe pour un Hulk testostéroné qui ne craint rien et pouvant même soulever du béton sans suer. Il va s’en dire que si vous n’aimez pas la série, vous ne risquez pas d’aimer ce dernier volet. Loin de tout révolutionner ou même revenir à ce qui faisait l’essence même de la saga, Fast and Furious 8 propose du grand spectacle. C’est un blockbuster dans son plus simple appareil. Un film pop-corn, ni plus, ni moins. Il ne vous demandera pas de vous questionner sur vous-même ou sur la face du monde.
Aux niveaux des bonus vous aurez le droit à des commentaires du réalisateur mais aussi tout ce qui tourne autour des cascades et de la culture automobile. Le Blu-ray n’est pas avare en bonus ce qui est une bonne chose. Il nous donne même le droit aux versions longues des scènes de combat.

Conclusion :

Fast and Furious 8 fait dans la surenchère totale en faisant plus que son ainé. Ce qui est une prouesse en soi. Le film tient la route et vous divertira pendant un petit moment. Certains regretteront de la situation du frère Shaw (Jason Statham), mais le film fait des choix ce qui n’est pas sans déplaire. Le scénario tient la route dans son ensemble, sans sortir des sentiers battus, ce qui est un comble pour un Fast and Furious.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.