Aux abords d’un lac verglacé, une fillette et son père s’enfonce dans la forêt. L’homme, armé d’un fusil repère une biche, la désigne à sa fille et met en joue l’animal. Alors que l’enfant appréhende la mort du gibier, le père dirige son fusil en direction de sa fille…. Puis, abandonne son idée morbide. En une poignée de plans, Joachim TrierBlack Home, Oslo, 31 Aout – pose la profession de foi de son film. Qui est réellement la Thelma du titre ? Une dangereuse créature qu’il faut éliminer ? Ou une enfant à protéger d’une terrible malédiction ?

Dans la lignée du Suédois Morse, le norvégien Thelma propose de revisiter le mythe de la sorcière en y apportant une dimension auteuriste riche en interprétation. Quittant sa campagne natale pour étudier à la ville, la jeune Thelma, bercée par une éducation pieuse et un traumatisme infantile, va apprendre à se connaitre au contact de son nouvel environnement. Alors qu’elle rencontre une dénommée Anja pour qui elle développera des sentiments, Thelma se découvre de dangereux pouvoirs aussi instable que surnaturels… À l’instar de William Friedkin dans l’Exorciste, toute l’intelligence de Thelma est de parvenir à créer une véritable ambivalence quand à la nature même des événements narrés. Les pouvoirs de Thelma sont-ils l’émanation d’une détresse psychologique ou, bien réels ? Appuyé par une narration froide et vaporeuse cette idée servira de fil conducteur à une bonne partie du récit. Mais loin de s’en contenter Joachim Trier insuffle en plus un propos sociétal et identitaire faisant de Thelma plus qu’une simple histoire morbide.

De tout temps, la figure de la sorcière est la personnification de la différence. Elle représente la folle, l’hystérique, l’handicapée, etc… Dans son film, Joachim Trier noie toutes ces figures en une seule pour faire de Thelma la représentation d’une jeunesse tiraillée entre des valeurs archaïques et une société moderne. Son héroïne déphasée va devoir apprendre à (sur)vivre avec les nouvelles règles édictées par son environnements. Sans dévoiler le pot aux roses, c’est en prenant conscience de se qu’elle est et en l’assumant que Thelma parviendra à s’affranchir de ses parents, de son éducation et à reprendre le contrôle sur elle-même. À cela, ambitieux, Joachim Trier développe une intrigue amoureuse homosexuelle faisant de Thelma un bel objet progressiste.

La réalisation est froide et maniéré mais très élégante et les idées de mise en scène pullulent – incroyable séquence de scanner qui laissera plus d’un épileptique sur le carreau. Jouant avec l’iconographie païenne, le réalisateur norvégien insère de nombreux symboles, troublant autant le spectateur que les personnages de son film. Les oiseaux, les serpents, l’eau et le feu, fonctionnent comme autant d’éléments métaphoriques appuyant un propos jamais caricatural et toujours nuancé. Il est clair que pour Joachim Trier, le salut de l’Homme viendra de la conciliation bienveillante. Tiraillée entre ses envies charnelles et son éducation dogmatique, c’est dans le compromis que Thelma tirera son bonheur – Sans citer explicitement la scène, je vous renvois vers le climax.

Infiniment subtil, Thelma est une petite pépite. Porté par la grâce et la délicatesse de ses héroïnes, le film dépoussière le mythe de la sorcière pour en cristalliser une analyse sociétale et identitaire sans se départir de son imagerie horrifique. Comme souvent avec les pays nordiques, on pourra arguer que le tout est souvent plus cérébral qu’émotionnelle mais ce serait faire fi de la sensualité qui se dégage de l’ensemble du métrage.

Dois-je l’intégrer à ma vidéothèque ?

Si vous devez acquérir le DVD de Thelma, ce sera avant tout pour le film. Au rayon bonus, l’ensemble est assez vide et se contente malheureusement du plus strict minimum.

À savoir :
– Une featurette d’un peu moins de six minutes servant de making-of.
– Une vidéo d’une minute présentant différents concepts d’affiche pour le film.
– Et c’est tout.

Cela dit, le transfère est tout à fait correct et l’ensemble du master DVD jouit d’aucun défaut notable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.