AccueilCinémaDark Vador : James Earl Jones ne double plus Dark Vador

Dark Vador : James Earl Jones ne double plus Dark Vador

Âgé de 91, l’acteur James Earl Jones n’assure plus en personnage la doublage de Dark Vador dans l’univers Star Wars.

James Earl Jones a une carrière qui s’étale sur plus de soixante années. Actif au théâtre et au cinéma, notamment dans le rôle de Frank Couzo dans Best of the Best (1989) [parce que j’avais envie de citer ce film], il est également connu comme comédien de doublage. Sa voix de basse profonde fait qu’il est fréquemment un narrateur pour les documentaires, la radio. Il prête sa voix à des personnages dans des films, des séries ou encore dans des jeux vidéo.

Il est particulièrement connu pour être la voix originale de Dark Vador depuis 1977.

James Earl Jones remplacé par l’intelligence artificielle

Un article de Vanity Fair rapporte que le comédien a interprété le rôle de Dark Vador pour la dernière fois dans The Rise of Skywalker (2019). Âgé de 91 ans, James Earl Jones n’est pas revenu pour la série Obi-Wan Kenobi et s’est retiré du métier.

Nous apprenons que le comédien a autorisé Lucasfilm a réutiliser sa voix, mais aussi des anciens enregistrements pour les futurs productions Star Wars dans lesquelles le personnage de Dark Vador apparaitra. Dans la série de DisneyPlus, Obi-Wan Kenobi, la voix grave de Dark Vador est réalisés à partir des enregistrements d’archives, mais aussi avec des dialogues artificiels réalisés par la société ukrainienne Respeecher, qui a également travaillé sur les dialogues de l’I.A. de Luke Skywalker dans Le Livre de Boba Fett.

Bogdan Belyaev, un artiste de 29 ans spécialisé dans la parole synthétique au sein de la start-up ukrainienne Respeecher, a travaillé sur la série Obi-Wan Kenobi en pleine guerre Ukraine-Russie et a expliqué pourquoi il a continué à travailler sur le projet :

Pourquoi l’ai-je fait ? C’est un grand honneur de travailler avec Lucasfilm, et je suis un fan de Star Wars depuis que je suis enfant. Même si c’est la guerre, il n’y a pas d’excuse pour être le perturbateur de ce que vous avez aimé depuis l’enfance.

L’article de Vanity Fair nous informe que les employés de Respeecher à Kiev ont également tenu bon tout en se terrant. Dmytro Bielievtsov, cofondateur et directeur technique de l’entreprise, s’est connecté dans un théâtre où des plateaux de table, des livres et autres avaient été empilés devant les fenêtres en cas d’explosion. Les programmeurs qui « entraînent » l’IA à reproduire la voix de James Earl Jones et les rédacteurs qui reconstituent le résultat travaillent dans des couloirs à l’intérieur de leurs appartements. L’un d’eux s’est réfugié dans un ancien « sous-sol » en briques, pas plus grand qu’un vide sanitaire.

Vous avez aimé ? Partagez :

Thomas
Thomas
Rédacteur en chef et chroniqueur anti-protocolaire. Enfant des années 80's / 90’s biberonné à la Pop Culture.

Les favoris

Sur le même sujet

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.