Mémoires-dun-Junkie-Dla-Zik

Tainted Love

Aujourd’hui, une chanson, trois époques. Ce titre a été l’un des plus repris de l’histoire de la musique. Mais on s’arrêtera ici à ses plus célèbres incarnations. Je ne présente que les meilleures versions, les autres étant assez anecdotiques…

Tout d’abord, Tainted Love est interprété par Gloria Jones en 1964. C’est de la soul, pure et dure. C’est un chant de femme à l’époque, réellement féministe, qui apporte un ton plus contestataire qu’après coup. Ceci est donc l’original… bien qu’une nouvelle version, toujours par Gloria Jones, soit sorti en ’76, ait écumé les dance-floors en plein vague londonienne punk

Mais celle qui va tout casser, c’est la version de ’81 new wave de Soft Cell, alors que les punks retournent déjà dans l’underground musical. N° 1 dans 17 pays. Tout le génie de la version électronique réside dans son ambiance mystérieuse, ses aspects planants, et son « hyper-dansabilité ». Bref, supra-gay, et supra-80’s !

Je ne peux finir que par la version de Marilyn Manson, foutrement jouissive. Si le faux goth le plus célèbre de la planète commençait (et continue) à être à la ramasse créativement, ceci en est peut-être le chant du cygne. A l’origine pour le film Not Another Teen Movie (Sex Academy en France…).

Trois époques; trois visions de l’Amour Souillé. Féministe dans l’un, pro-homo 80’s pour le deuxième, libertain post-Septembre 2001 (liberté ?) pour le dernier. Ne cherchez pas à savoir laquelle est la meilleure version, et pourquoi. Réfléchissez juste ce que çà représentait à ce moment-là.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.