Alors qu’Annapurna Pictures, la société de Megan Ellison et Skydance Productions, la société de son frère David Ellison, nous préparent actuellement un cinquième volet à Terminator, il nous semblait important de faire un rappel au sujet des droits de la franchise, plus exactement comment et pourquoi James Cameron a perdu les droits Terminator.

Terminator : Pas de destin, mais ce que nous faisons

Lors de la production du film original au début des années 80, Gale Anne Hurd montre un intérêt pour Terminator. Le cinéaste lui vend alors les droits de Terminator pour un dollar, avec la promesse qu’elle pourrait le produire uniquement si Cameron le réalisait. En tant que productrice, Gale Anne Hurd avait suggéré des changements dans le script et obtient une ligne dans les crédits du générique, elle est citée en tant que scénariste. James Cameron a déclaré par la suite qu’elle « n’avait fait aucune écriture réelle ». Quelques mois après la sortie du film, les deux tourtereaux se marient pour divorcer en 1989. 50% des droits de la franchise partent avec Gale Anne Hurd, l’autre moitié est détenu par Hemdale Film Corporation avant que Carolco ne les récupèrent pour Terminator 2 : Le Jugement Dernier.

Terminator 2 : Le Jugement Dernier

Cameron épouse la même année, Kathryn Bigelow, la réalisatrice de Point Break, Démineurs et de Zero Dark Thirty. Le couple divorce en 1991, cette même année James Cameron réalise tout de même Terminator 2 : Le Jugement Dernier, Gale Anne Hurd, son ex-compagne, en est la productrice exécutive.

Linda Hamilton – qui interprète Sarah Connor dans les deux premiers volets – a également été l’épouse du réalisateur de 1997 à 1999. Leur divorce reste l’un des plus coûteux d’Hollywood après 17 mois de mariage et 9 ans de vie commune mouvementée. Sur le plateau de tournage de Titanic, le réalisateur est en effet tombé sous le charme de la comédienne Suzy Amis, qu’il épousa en en 5e noce en juin 2000.

Lors de la procédure de divorce, Linda Hamilton déclare au tribunal : « Nous n’avons rien en commun à l’exception de notre fille. C’est un homme absolument misérable, misérable et malheureux« .

Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines

Carolco fait faillite en 1995, les droits sont récupérés par Mario Kassar – producteur sur Terminator 2 : Le Jugement Dernier – et Andrew Vajna afin de lancer en 2003 la production de Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines réalisé par Jonathan Mostow et produit par Gale Anne Hurd.

Lors de la sortie dans nos salles du troisième opus, Mario Kassar et Andrew Vajna confiaient à Dvdrama au sujet de l’absence de James Cameron : « On a pensé bien sûr à Cameron, mais c’était trop compliqué. On va faire simple, sinon on n’a pas fini. 50% des droits appartenaient à notre ancienne société Carolco et les autres 50% appartenaient à l’ex femme de Cameron qui s’appelle Gale Anne Hard qui les avait obtenu en procédure de divorce. On ne pouvait donc pas avoir tous les droits. Quand Cameron travaillait à la Fox sur Titanic il était également déjà en contact avec Schwarzenegger pour monter T3. Il ne lui aurait alors pas fallu faire beaucoup d’effort pour venir chez Carolco racheter les 50 % qui lui manquait. Tout d’un coup Andrew G. Vajna et moi nous avons pris un risque financier et nous nous sommes lancés dans l’aventure. J’ai appelé James Cameron qui était à San Fransisco «Voilà James on a tout les droits, tu es le bienvenu pour réaliser le film ». Mais il a décliné l’offre car il voulait contrôler le projet de A à Z« .

Andrew Vajna et Mario Kassar sont également producteurs de la série Terminator : Les Chroniques de Sarah Connor, qui s’est vue malheureusement annulé au bout de deux saisons. L’histoire qui ne tient pas compte du troisième épisode Terminator 3 : Le Soulèvement des Machines, avait un énorme potentielle, les derniers épisodes de la série ont laissé les spectateurs sur leur faim.

Terminator Renaissance

En 2009, McG – derrière les adaptations des Drôles de Dames – réalise Terminator Salvation. Bien que le film soit un niveau au dessus de son prédécesseur, il ne rapporte pas assez pour qu’un cinquième volet soit envisagé avec la même équipe. Suite à ces mauvais résultats Halcyon Company fait faillite, Vajna et Kassar vendent alors les droits à Pacificor en février 2010. Les droits qui à l’origine étaient annoncés à 90 millions de Dollars, sont très vite descendus à 30 millions. (Ndlr : Merci à Florent Abougit pour ce rappel)

Terminator Genisys

Pacificor – qui s’était approché de Justin Lin (Fast Five) pour la réalisation du cinquième volet (le réalisateur envisagé l’acteur Paul Walker pour le rôle de Kyle Reese) – remet les droits en vente pendant le Festival de Cannes 2011, LionsGate et Megan Ellison via sa société Annapurna Pictures se sont alors affrontés. Megan Ellison les a remportés pour 20 millions de Dollars.

Récemment nous apprenions que Megan Ellison s’associait avec Skydance Productions, la société de son frère David Ellison pour produire le prochain Terminator. En début de semaine, Deadline nous informait que la scénariste de Shutter Island et productrice exécutive d’Avatar, Laeta Kalogridis, allait s’occuper du script avec Patrick Lussier derrière Hell Driver 3D.

Peut avant la sortie du quatrième film, James Cameron confiait « J’ai en quelque sorte tourné le dos au monde de Terminator lorsqu’il a été très vite question d’un troisième volet. Je suis passé à autre chose mais je dois maintenant vivre avec les conséquences que cela implique : je n’arrête pas de le voir ressuscité. Je ne suis pas impliqué dans Terminator Renaissance. Je n’ai jamais lu le script. Mais je suis sûr que je débourserai 10 dollars pour le voir comme tout le monde« .

En septembre 2010, il déclare : « Concernant Terminator 3 et Terminator 4, parce qu’Arnold Schwarzenegger et Sam Worthington sont dedans, je voulais que ça soit bon, mais ça ne l’était pas« .

Quant à Gale Anne Hurd, elle confiait en janvier 2011 que les derniers films s’étaient profondément éloignés des films de James Cameron, qui bénéficiaient d’une forte tension dramatique, de la romance et des explosions.

« C’est vraiment triste. C’est comme lorsque vous donnez naissance et que l’adoption ne se passe pas aussi bien que vous l’auriez espéré. Bien entendu que je serai intéressé pour faire un nouveau film. J’adorerais cela« .

Comme le veut la Loi Américaine, James Cameron récupérera les droits de la franchise en 2018-19, soit 35 ans après les avoir vendu pour 1 Dollars à Gale Anne Hurd. L’avenir de la franchise était alors écrit dès la production du film original… Pas de destin, mais ce que nous faisons…

6 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.