De la pop culture à la porn culture, découvrez Carré Rose, notre nouvelle chronique fun et coquine. Aujourd’hui un numéro spécial consacré à Wyylde, le 1er réseau social pour célibataires et couples libertins. Nous avons rencontré Benjamin Warlop responsable communication et marketing chez Wyylde. Nous revenons sur son parcours, sur les coulisses de la plate-forme avec quelques révélations, et sur ses gouts culturels.

Benjamin-Warlop

Bonjour Benjamin, tout d’abord merci à toi de nous accorder cette interview. Avant de débuter peux-tu te présenter ?

Benjamin : J’ai 31 ans et jusqu’en 2015 je travaillais dans la monde de la radio, devant et derrière le micro du service public en parcourant la France pour le réseau France Bleu et pendant 4 ans à la rédaction de France Inter. Avant de rejoindre Wyylde j’ai participé à de nombreux projets dans les contenus et fait de la formation auprès d’étudiants en journalisme.

Tu es aujourd’hui responsable communication et marketing chez Wyylde, le 1er réseau social pour célibataires et couples libertins. Comment s’est déroulée la transition d’animateur radio à responsable communication et marketing ?

Benjamin : Les frontières entre les médias et la communication sont très poreuses. Les passerelles courantes. C’était assez évident finalement. Encore fallait-il, dans le cas de Wyylde, être open avec le sujet !

Tu n’as pas abandonné pour autant ton rôle d’animateur Radio puisque nous te retrouvons tous les lundis aux côtés d’Anna Polina dans l’émission Wyylde. Dis-nous-en davantage :

Benjamin : C’est ma récréation hebdomadaire même si une hebdo demande beaucoup de travail. Nous sommes en direct avec Anna tous les lundis de 21h à 23h avec une première heure diffusée en simultanée sur notre page Facebook et une deuxième heure nettement moins Zuckerberg compatible exclusivement réservée à nos abonnés . On est fiers de proposer la seule émission filmée dans laquelle nous recevons des artistes, des philosophes, des créateurs, des blogueurs, des libertins… Le spectre est extrêmement large et c’est ce qui rend ce rendez-vous passionnant. On est capable de parler pendant 1 heure de sexualité dans la rome antique et d’enchaîner sur une exhib’ hyper cash. Dans les émission très libérées, on prend souvent en référence Howard Stern, animateur emblématique aux USA mais sans se mesurer à lui et en restant dans le contenu, ce que nous proposons est unique. Et puis l’équipe s’entend à merveille, on se surjoue rien. Anna, joseph et moi sommes les mêmes hors antenne. Une bande de potes. Les audiences sont tellement encourageantes que l’émission reviendra pour une deuxième saison à la rentrée de septembre dans un tout nouveau studio.

Benjamin-Warlop  Wyylde-LEmission

Revenons sur l’historique de Wyylde, anciennement Netech. Il me semble que tout a commencé en 2001 au début du web 2.0.

Benjamin : Une éternité à l’échelle d’internet ! Netechangisme a révolutionné la rencontre entre libertins, une communauté forte et fière. Nous avons d’ailleurs des abonnés là depuis 16 ans ! Nos membres ont d’ailleurs développé un attachement très fort avec la marque. Ils y rencontrent des compagnons de jeux, des amies… . C’est pour ça que Netechangisme et Wyylde aujourd’hui font partie de leur vie. Le libertinage ne se résume pas à la sexualité mais surtout à un mode de vie. D’où cet attachement.

Devant la mutation de l’industrie du web nous sommes obligés de s’adapter. Que ce soit au niveau des technologies, des dinosaures du web qui nous imposent leurs règles – les moteurs de recherches et les réseaux sociaux – pour être vu. C’est dans cette logique que Netech est devenu Wyylde. Que peux-tu nous dire sur ce repositionnement de votre image ?

Benjamin : Après 15 ans d’existence, Netechangisme devait se renouvellement et changer de peau. Un choix courageux mais essentiel pour pouvoir continuer de se développer et adapter notre offre au monde numérique d’aujourd’hui. Le choix a été fait de transformer notre site en un réseau social afin de répondre à la demande d’une génération hyper connectée et faciliter les échanges. Et puis le changement de nom. Quand tu t’appelles Netechangisme, les médias et les régis publicitaires te boudent, peu importe ton état-d’esprit et la qualité de ton service. Wyylde a tout changé. C’est pour ça qu’aujourd’hui nous pouvons nous afficher dans tout Paris ou encore être invité chez Yann Barthès. Ce choix a été payant.

Durant le processus de transition de Netech à Wyylde, quels ont été les obstacles rencontrés ?

Benjamin : Ils ont été nombreux ! 2 millions de personnes sont inscrites chez nous, alors amorcer un changement aussi lourd est loin d’être anodin. Nous sommes toujours extrêmement attentifs aux retours de nos membres, ils ont tous un avis qu’il faut respecter. L’exercice n’a donc pas été simple. Il a fallu les écouter et en même temps ne pas être paralysé par l’enjeu.

Benjamin-Warlop  Wyylde-LEmission  Logo-Wyylde

Wyylde c’est aussi un magazine papier. Quel est le contenu proposé par celui-ci ?

Benjamin : Le magazine est un de nos canaux de communication, nous en sommes fiers car la facilité aurait été d’en faire un bimestriel bourré d’auto-promo. Nous avons pris le pari de sortir un magazine papier en 2016 entouré d’une équipe de journalistes talentueuse dirigée par Christophe Soret (Garçons Magazine). Au delà de nous faire connaître, Wyylde : Magazine donne tous les deux mois la parole aux acteurs du libertinage que ce soit les patrons de club mais aussi monsieur et madame tout le monde. Depuis quelques mois, toutes nos unes sont d’ailleurs faites avec des membres ou des influenceurs du milieu. L’objectif aussi, comme tout ce que nous faisons en terme de communication est de faire évoluer l’opinion publique sur cette thématique. Le libertinage ne ressemble pas au traitement médiatique trop longtemps “vendu” dans les médias. Un truc sale, un peu glauque. C’est tout l’inverse, c’est hyper festif, joyeux, positif. Allez faire un tour sur Wyylde et vous verrez.

Peux-tu nous présenter les membres de l’équipe Wyylde ainsi que leurs tâches ?

Benjamin : Certains pensent que Wyylde c’est 2 personnes dans une cave. En réalité c’est une vingtaine de salariés à plein temps.

Parlons chiffres :

A ce jour, quel est le nombre d’utilisateurs actifs sur le site ?

Benjamin : Nous avons 2 millions d’utilisateurs sur Wyylde et 300.000 personnes viennent chaque jour nous voir. Nous sommes le 1er site de rencontres libertines en France et toutes catégories confondues nous sommes dans le top 3 des sites de rencontres.

Toujours en se basant sur vos utilisateurs actifs, quelles sont les trois villes qui comptent le plus de célibataires en France ?

Benjamin : C’est une donnée que je n’ai pas, impossible de savoir le nombre de célibataires sur Wyylde, car une fiche solo ne signifie pas célibataire.

Même question pour les couples libertins ?

Benjamin : Idem, mais la plus grande concentration de libertins se trouve en ile de France et dans le sud de la France.

Quels conseils donnerais-tu aux futurs inscrits du site ?

Benjamin : Tout dépend s’ils sont seuls ou en couple. Pour ces derniers la communication est la base de tout mais de manière plus générale, ne jamais oublier que de l’autre côté de l’écran vous avez une personne. Respectez tout le monde, soyez poli, faites un effort sur votre écriture, soyez cool et tout se passera bien.

Que prépare Wyylde pour la suite ?

Benjamin : Nous développons en permanence de nouvelles features mais la grosse nouveauté -et c’est la première fois qu’on l’évoque publiquement- c’est l’arrivée après l’été d’une application iOS. Pour Android elle viendra un peu plus tard.

Avec notre chronique Carré Rose nous partons à la rencontre des différents acteurs évoluant dans l’érotisme, la pornographie. A travers nos rencontres, nous avons du mal à faire la différence entre les actrices pros et certaines camgirls qui sont parfois plus célèbre que les actrices. Selon toi, en tant que communicant, les camgirls sont-elles en train de prendre le contrôle du porno ?

Benjamin : Allez poser la question à Stephen des Aulnois (Le Tag Parfait) infiniment plus pertinent que moi sur ce sujet.

Du 19 au 21 mai dernier, tu as participé au premier SexTechLab organisé par l’association ADN Startup Paris. Que retiens-tu de l’évènement ?

Benjamin : Des teams motivées et des projets intéressant. L’émulation générée par cet événement est très agréable, la sextech est un marché à la fois florissant et qui concerne chacun d’entre-nous.

Tu le sais, la chronique traite de porn culture, mais aussi de pop culture. C’est le moment d’évoquer tes gouts culturels. Quels sont tes films phares ?

Benjamin : Houla, je ne suis pas du tout cinéphile, pour te donner une idée de ma non-culture cinématographique, je ne suis pas allé au cinéma depuis 2015.

Quelles sont tes séries du moment ?

Benjamin : On va faire original, The Walking Dead, d’ailleurs tu me fais penser que je n’ai pas encore regardé la deuxième partie de la dernière saison mais de manière général je manque de temps pour me poser et m’accrocher à plusieurs séries à la fois.

La musique que tu écoutes en boucle actuellement au bureau ?

Benjamin : Beaucoup de rock psychédélique à la Tame Impala, Hooray For Earth, Empire Of the Sun, du Rock, un peu de métal, d’ailleurs on fait une opé au Hellfest du 16 au 18 juin !

Nous nous occupons également de l’actualité jeu vidéo. Es-tu un gamer ? Parle-nous de ta meilleure expérience vidéoludique et du dernier jeu auquel tu as joué ?

Benjamin : Pas simple de retenir une meilleurs expérience mais en bon trentenaire je dirai Zelda Ocarina Of Time sur 64. Tout était fabuleux. Pour le dernier, Mario Kart 8 sur Switch.

Quelles sont les actrices que tu souhaiterais voir participer à notre chronique, Anna Polina (rires) ? Pourquoi ?

Benjamin : Demandez à Elodie Frégé. Comme ça une fois que vous avez son 06 on l’invitera aussi dans l’émission.

Pour terminer, quelle question aurais-tu souhaité que l’on te pose et qu’aurais-tu répondu ?

Benjamin : Ça doit baiser partout chez Wyylde, non ?

Encore une fois merci Benjamin d’avoir participé à ce numéro spécial de Carré Rose pour nous parler de Wyylde. A bientôt.

Benjamin : Des bisous !

Benjamin Warlop sur Twitter

Wyylde sur Twitter

Propos recueillis par Thomas pour Eklecty-City.fr, qui remercie Benjamin Warlop de s’être prêté au jeu d’une interview.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.